Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lectures-romans

Chloé des loups. La série lumineuse 

Publié le par Doc Bird

« Chloé des loups. La série lumineuse » d’Alexandra Ughetto, éditions Robert Laffont, collection R

Résumé : Chloé vit sur Anturia, en l’an 800. Elle va bientôt avoir 18 ans, et a peur de son destin, qui l’oblige à vivre avec un loup, car elle descend de cette lignée. Car depuis depuis toute petite, elle craint les loups et la volonté de son père qui l’oblige à se plier à son destin. Mais Chloé va aussi découvrir grâce à son amie Annabelle, et à d’autres rencontres, qu’elle peut choisir sa vie, en entrant à l’intérieur d’elle-même et en découvrant son courage et sa force intérieure.

Mon avis : Difficile de faire un résumé de ce livre qui est foisonnant, à la fois roman, parcours initiatique, traité de vie intérieure, et ouvrage de développement personnel.

Nous faisons la connaissance de Chloé, une jeune fille mal dans sa peau, à cause de ses peurs, de ses relations difficiles avec son père qui veut lui imposer son avenir. Chloé n’arrive plus à faire face à ce qui la ronge. Heureusement, elle va découvrir qu’elle peut agir pour vivre sa propre vie, et qu’elle possède elle-même les outils à l’intérieur d’elle.

Elle va écouter son amie Annabelle qui lui redonne très vite bonne humeur et joie de vivre, aller dans des endroits magnifiques et magiques, lire des livres interdits d’une bibliothèque secrète, dans un monde où réfléchir est interdit, et où la philosophie n’a pas droit de cité, faire des rencontres, comme celle d’Aelig qui vient du passé, et semble avoir des liens très forts avec elle.

Chloé va noter dans son carnet ce qu’elle appelle des pensées lumineuses, des outils qui lui permettent d’appréhender son monde intérieur, et de progresser dans la connaissance d’elle-même.

Elle va ainsi apprendre à identifier ses peurs et les regarder en face, découvrir l’ancrage par la respiration, la pensée positive, les croyances limitantes, écouter son intuition, voir le monde avec plus de légèreté, prendre soin de son enfant intérieur, découvrir le concept de résilience, apprendre à connaître et accepter ses émotions. En fait, elle va découvrir qui est elle est vraiment, pour faire des choix en pleine conscience.

Elle va ainsi se libérer de tout ce qui lui pesait, et partir, libérée vers l’avenir qu’elle s’est choisi librement.

L’histoire se déroule dans un endroit merveilleux, avec aussi des aspects sombres et douloureux, car l’homme s’est coupé de la nature et donc de lui-même, et un passé douloureux en la personne d’Aelig, avec qui Chloé va voir des liens par-delà les siècles. 

Cet ouvrage m’a fait penser par certains côtés au « Monde de Sophie », car il permet de découvrir la philosophie, mais surtout d’apprendre à se connaître soi-même.

Un superbe ouvrage, à lire tranquillement, à son rythme, avec les perles lumineuses écrites par Chloé dans son carnet, qui se révèlent des guides de vie à ne pas oublier. Un véritable coup de cœur, écrit pour les jeunes, mais que je conseille aussi aux adultes.

Vous pouvez écouter les podcasts de l’auteur "La p’tite chronique lumineuse" à cette adresse : https://alexandraughetto.com/category/la-ptite-chronique-lumineuse-podcast/

Quelques extraits :

 

Il se pourrait bien que je nourrisse ma peur en lui accordant autant de place… Il se pourrait bien que je ne nourrisse pas assez ma joie et mon bonheur.

L’ancrage, lui, me permet de trouver une stabilité intérieure et d’arrêter d’être chahutée par mes pensées.

 Mes pensées créent mon ambiance intérieure.

En fait, il vaut mieux identifier nos besoins et trouver comment les satisfaire.

 Surtout, j’ai beaucoup moins peur. Je devrais plutôt dire que j’ai appris à avancer avec ma peur, sans la laisser décider à ma place. 

Fallait-il en détruire, des barricades, pour pouvoir l’aimer.
Fallait-il en détruire, des barricades, pour pouvoir m’aimer moi-même.

Partager cet article
Repost0

Le journal de Gurty, 4. Printemps de chien

Publié le par Doc Bird

« Le journal de Gurty, 4. Printemps de chien » de Bertrand Santini, éditions Sarbacane, collection Pépix

Résumé : C’est le printemps ! Une saison que Gurty adore, comme toutes les autres saisons d’ailleurs… Gurty va retrouver son amie Fleur, s’amuser avec elle qui se transforme et gonfle à cause d’allergies, faire face aux grenouilles dont le rire lui fait peur, adorer un gâteau d’anniversaire, ou participer au sauvetage d’un arbre. Que de folles aventures !

Mon avis : Comme à chaque fois avec Gurty, je me réjouis d’avance dès que je prends un tome entre les mains, car je sais que je vais passer un bon moment. Et ce tome 4 est aussi jubilatoire que les autres, avec une Gurty toujours aussi en forme, avec ses répliques parfois pleines de philosophie, et des situations piquantes et drôles.

Cela commence dès le début quand Gurty prend l’avion et fait caca, et cela se poursuit avec sa rencontre cocasse avec les grenouilles, car même si Gurty n’a peur de rien, les grenouilles qui rient lui font mal au ventre.

Toutes ses aventures printanières sont pleines de saveur, et donnent envie de poursuivre ses aventures à hauteur de truffe.

Quelques extraits :

En me réveillant ce matin, j’ai pris une décision radicale : ma peur des grenouilles devait cesser.
Seulement, au lieu d’essayer de guérir de ma peur, j’ai préféré guérir les grenouilles de leur envie de rigoler de moi, car c’est toujours plus pratique de demander aux autres de changer plutôt que d’essayer de changer soi-même.

 Vois-tu, j’ai dit d’un air inspiré, à force d’admirer les autres, on en oublie parfois ces petites choses uniques qui rendent nos existences magiques.

 Or, s’il y a bien un signe indiscutable de bêtise, c’est de se croire plus malin que les autres.

 Ça tombait bien, car moi aussi, j’adore être heureuse.
C’est pour ça que je fais de chaque journée une occasion de rire, de jouer, de faire des bêtises, de réfléchir et de s’émerveiller.

Attention, cependant : je ne suis pas heureuse juste pour me faire plaisir !

Très tôt dans la vie j’ai compris que le plus cadeau que l’on pouvait faire à ceux qu’on aime, c’était d’être heureux soi-même. 

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Amande

Publié le par Doc Bird

« Amande » de Won-Pyung Sohn, éditions Pocket jeunesse

Résumé : Depuis tout petit, Yunjae ne ressent pas les émotions, n’arrive pas à décoder le visage des autres, et est incapable d’éprouver de l’empathie. Sa mère lui a appris à retenir des codes pour pouvoir s’en sortir, mais un tragique événement le fait se retrouver seul. Sa rencontre avec Gon, un ado rebelle, va commencer à changer sa vie et son quotidien, et Yunjae va commencer à s’ouvrir au monde et à la vie.

Mon avis : J’ai reçu ce roman, qui sort en librairie le 5 mai, grâce à un Masse critique spécial de Babelio et aux éditions Pocket jeunesse, que je remercie.

J’ai fait la rencontre d’un ado, Yunjae, qui est atteint de la maladie appelée alexithymie, qui empêche la personne qui en est atteinte de pouvoir identifier et ressentir ses émotions, et de pouvoir accéder à celles des autres. Cela est lié à des amygdales cérébrales qui sont plus petites et ne se sont pas développées. Ces amygdales ont une forme d’amande, d’où le titre de ce roman et les essais désespérés de la maman de donner des amandes à son fils pour que ses amygdales se développent, par leur ressemblance physique.

Yunjae est un enfant comme les autres, hormis ce handicap émotionnel qui le met à part des autres, et lui vaudra d’être harcelé par les autres enfants. Il vit avec sa mère et sa grand-mère, et toutes deux essaient de palier son manque d’émotions par l’apprentissage de réponses et de codes qui peuvent l’aider à s’intégrer et à paraître moins bizarre.

Mais sa vie déjà compliquée va être totalement bouleversée par un événement terrible, pour lequel il ne ressentira rien. Il se retrouve seul, et va devoir apprendre à faire face seul aux autres. Il retourne au lycée, où il va faire la rencontre de Gon, un ado qui n’a pas été épargné non plus par la vie, car il a été enlevé à ses parents quand il était petit, et a retrouvé son père biologique récemment. Gon est plein de colère et de rancœur, contre son père mais aussi contre Yunjae, mais tous les deux vont finir par devenir amis.

Progressivement, Yunjae va s’ouvrir à Gon, et commencer à développer des embryons de sentiments et d’émotions, et quand il rencontrera Dora, il va aussi faire l’expérience de sensations inédites. Mais il va aussi découvrir la souffrance à travers Gon...

Ce roman est un gros succès en Corée, et devrait trouver très vite sa place dans le cœur des lecteurs. Car si Yunjae ne ressent pas d’émotions, le lecteur va passer par toute une palette de sentiments, s’attachant à ce héros si distancié et en même temps si humain, qui va être le témoin d’événements douloureux depuis tout petit, anesthésiant encore plus son cerveau, qui ne ressentait pas d’émotions.

On s’apitoie sur son sort, tout en sentant qu’il possède une force de caractère incroyable, et en rencontrant Gon puis Dora, et en commençant à faire face au monde qui l’entoure, il va progressivement, par petites touches, évoluer.

Seul bémol, certains événements à la fin paraissent un peu trop précipités, avec de grosses ficelles. J’aurais préféré une fin plus nuancée.

Partager cet article
Repost0

Le Pays des contes, 1. Le Sortilège perdu

Publié le par Doc Bird

« Le Pays des contes, 1. Le Sortilège perdu » de Chris Colfer, éditions Michel Lafon, collection Michel Lafon poche

Résumé : Depuis la mort de leur père, la vie d’Alex et Conner, jumeaux a perdu de sa saveur, et les jours s’enchaînent sans joie. Mais un jour, l’aventure vient frapper à leur porte, quand leur grand-mère leur offre son livre de contes, car ils se retrouvent happés par le livre, et parviennent dans le pays des contes. Après le ravissement des premiers moments, vient le temps des questions : comment faire pour retourner dans leur monde ? Il leur faudra mener une grande quête pour y arriver…

Mon avis : Voilà un premier tome d’une série plutôt rafraichissant, avec un démarrage plutôt classique au début, avec deux jumeaux orphelins de père, qui se retrouvent dans le pays des contes, après être passés à travers un livre.

C’est ensuite que l’histoire devient franchement originale, avec nos héros qui vont rencontrer les personnages de contes, qui ont évolué depuis le happy end des contes que l’on connaît. Et tout le monde n’est pas forcément comme on aurait pu le penser.

Par exemple, le Petit Chaperon Rouge, devenue reine, est carrément une enfant gâtée qui ne comprend pas qu’on lui résiste, et qui joue de mauvais tours aux autres pour parvenir à ses fins. Blanche Neige a pitié de sa belle-mère, la Méchante Reine. La Belle au bois dormant doit reconstruire un royaume endormi depuis un siècle. Cendrillon doit s’imposer dans son royaume avec difficultés, car elle n’était pas une princesse. Boucle d’Or est une fugitive qui fuit la justice…

Nos deux héros vont rencontrer beaucoup de personnages, traverser divers royaumes, vivre beaucoup d’aventures heureuses ou dangereuses. Car pour pouvoir retrouver leur monde, ils vont devoir retrouver huit objets magiques, et la Méchante Reine est aussi en train de les chercher !

Un beau début de série qui nous emmène au-delà de ce qu’on sait des contes, dans lequel on se plonge avec délices, et qui fait réfléchir aux différentes morales des contes. A lire !

Quelques extraits :

Le monde choisit toujours ce qui l’arrange, et non la vérité. Il est plus facile de haïr, d’accuser et de craindre que de comprendre. Personne ne veut la vérité ; les gens veulent du divertissement.

La leçon que je tire de tout ça est que les méchants sont souvent des personnes que les circonstances ont rendu mauvaises, conclut Alex.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

K-Pop. Love Story : Sous les projecteurs

Publié le par Doc Bird

« K-Pop. Love Story : Sous les projecteurs » de Ae-Jung, éditions les Livres du Dragon d’Or

Résumé : Alice a trouvé un job pour payer ses études depuis le décès de ses parents : elle travaille dans une salle de concert. C’est là qu’elle va croiser les 7X, un groupe de K-Pop dont elle est fan. Et le producteur va lui demander de partir en Corée avec le groupe pour jouer le rôle de la petite amie de Sun, un des membres du groupe. Mais Alice va-t-elle accepter, sachant qu’elle a croisé le beau regard de Heejoon, un autre membre du groupe ?

Mon avis : J’ai acheté ce titre pour mes élèves en pensant aux fans de K-Pop, sans avoir même lu le résumé. Et ce roman a été une grande déception tellement le scénario est prévisible, peu réaliste, et où dès les premières lignes on sait comment cela va finir !

Et le vocabulaire employé, les descriptions des situations font vraiment penser à un roman pour midinettes sirupeux, en attente du prince charmant, qui c’est sûr vous reconnaîtra et que vous reconnaîtrez dès le premier regard. L’ensemble dégouline de sentiments, et j’ai vraiment dû me forcer pour le lire jusqu’au bout.

Il plaira peut-être aux fans de K-Pop ou aux jeunes filles en attente de l’amour idéal, mais moi je l’ai trouvé très pénible à lire ! 

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Publié le par Doc Bird

« Miss Peregrine et les enfants particuliers » de Ransom Riggs, éditions Le livre de poche, collection Le livre de poche jeunesse

Résumé : Depuis tout petit, Jacob aime écouter les histoires extraordinaires de son grand-père sur son enfance dans un orphelinat dirigé par Miss Peregrine, et où vivaient des enfants aux pouvoirs particuliers. Mais en grandissant, Jacob comprend que ce n’étaient que des histoires. Jusqu’au jour où son grand-père meurt, officiellement attaqué par des chiens ou des animaux sauvages, mais Jacob semble avoir aperçu un monstre. Les récits de son grand-père seraient-ils vrais ? Jacob décide de partir en quête de son passé.

Mon avis : J’avais beaucoup entendu parler de cette série à sa sortie, ainsi que du film qui en a été tiré, mais que je n’ai pas vu.

L’histoire commence dans notre monde ordinaire, avec Jacob qui a perdu la croyance en les récits de son enfance, notamment les histoires de son grand-père, qui lui racontait avoir vécu dans un orphelinat où vivaient des enfants avec d’étranges pouvoirs. Les photos que son grand-père lui montraient semblaient vraies, mais en grandissant, Jacob a compris qu’elles avaient sûrement été truquées.

Mais tout est remis en question le jour où il découvre son grand-père en train de mourir, et qu’il croit voir un monstre dans le sous-bois. Il en fait des cauchemars, et va même voir un psychologue, car cet épisode l’empêche de vivre, pensant que des monstres vont à son tour l’attaquer… Et il y a les derniers mots de son grand-père, qui lui donne des instructions étranges, en rapport avec cet étrange orphelinat.

Jacob décide alors de se rendre sur l’île de cet orphelinat, pour partir en quête du passé de son grand-père. C’est à ce moment que le récit prend un tour fantastique, car Jacob va découvrir que cet orphelinat n’existe plus, car il a été bombardé lors de la Seconde Guerre Mondiale, mais qu’il peut entrer dans une boucle temporelle, le faisant retourner en juin 1940, à la date du bombardement de l’orphelinat.

Et là, il va rencontrer Miss Peregrine, qui maintient la boucle en place, et les enfants particuliers dont lui parlait son grand-père, et qui n’ont pas vieilli dans la boucle temporelle. Et surtout Jacob va aussi découvrir que lui aussi est spécial, et que ce monde est en danger…

J’ai trouvé ce roman original, les premiers chapitres m’ont parfois un peu semblé longs pour mettre en place le cadre de l’histoire, mais à partir du moment où on bascule dans le fantastique, le récit est beaucoup plus dynamique. La construction du récit est assez classique, car on comprend rapidement que Jacob va devoir choisir entre deux mondes, mais la suite de l’histoire nous réserve ensuite des surprises…

J’ai trouvé intéressant que l’auteur se soit inspiré de photos réelles trouvées par des passionnés pour monter ensuite une histoire étonnante avec des enfants aux pouvoirs divers et variés, et qu’il les ait insérées au fur et à mesure de son récit.

Une lecture que je poursuivrai avec plaisir.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Sam de Bergerac 

Publié le par Doc Bird

« Sam de Bergerac » de Sarah Turoche-Dromery, éditions Thierry Magnier, collection En voiture Simone !

Résumé : Sam est très bon en français, et a de très bonnes notes en rédaction. Aussi, lorsque son meilleur ami, Victor, lui demande d’écrire une lettre d’amour à Julia, Sam ne peut pas refuser. Mais le voilà pris dans un engrenage infernal, car d’autres lui demandent le même service…

Mon avis : J’avais beaucoup apprécié la lecture pleine d’humour de « Martin, gaffeur tout terrain » et celle de « I invade you » du même auteur, et je me suis plongée avec plaisir dans ce titre.

Sam est doué en français, et accepte d’écrire une lettre d’amour pour Victor, son meilleur ami. Et le succès de ses lettres ayant permis l’amour de Victor et Julia, d’autres garçons veulent à leur tour qu’il leur écrive des lettres d’amour. Sam se retrouve alors enfermé dans ce rôle qui prend des proportions qui le dépassent, et il ne sait pas comment s’en dépêtrer, surtout quand il pense être démasqué…

Un roman court et sympathique à lire, qui permet de connaître un peu Cyrano de Bergerac, découvrir de belles lettres d’amour, avec une belle surprise à la fin.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

 Nectar et Ambroisie et le monde des ténèbres, Tome 1

Publié le par Doc Bird

« Nectar et Ambroisie et le monde des ténèbres, Tome 1 » de Sabina Colloredo, traduit de l’italien par Claire Bertholet, illustrations de Haria Urbinati, éditions Hachette

Résumé : Nectar et Ambroisie, deux enfants immortels, vivent sur l’Olympe en compagnie des dieux et déesses. Ils s’amusent ensemble dans un monde devenu glacé depuis qu’Hadès a enlevé Perséphone. Ils décident alors de se rendre dans les Enfers pour convaincre Hadès et faire revenir le printemps.

Mon avis : Voilà deux nouveaux héros hauts en couleurs, qui ont l’esprit affûté, et la langue bien pendue !

Nectar et Ambroisie ont été trouvés lorsqu’ils étaient encore des bébés, et ont été élevés par Héra et les autres dieux. Nul ne sait qui ils sont vraiment et pourquoi ils ont été abandonnés. Ils s’entendent très bien et adorent vivre des aventures ensemble. En faisant de la luge, ils se rendent compte que le monde glacé est bien triste, et Nectar réfléchit à un moyen de pouvoir changer les choses.

Accompagné d’Ambroisie, il part direction les Enfers ! Les deux héros vont alors devoir faire preuve de ruse et de courage pour pouvoir réussir à rencontrer Hadès et Perséphone.

Voilà un tome 1 d’une série qui devait plaire à partir de 8 ans avec deux enfants aux nombreuses ressources qui vont dépoussiérer la mythologie ! Il y a un mélange d’aventures, d’humour et une pointe de mystère sur les origines des enfants qui donne envie d’en savoir plus !

Les caractères des différents dieux et héros rencontrés dans le récit sont fidèles, et le lecteur découvre alors un peu de la personnalité de chacun, mais aussi différentes aventures mythologiques.

Un bon roman à lire pour découvrir la mythologie en s’amusant ! Merci à Babelio et aux éditions Hachette de m'avoir proposé cette lecture. 

Partager cet article
Repost0

À la recherche de Jack

Publié le par Doc Bird

« À la recherche de Jack » de Mel Darbon, éditions Hélium

Résumé : Rosie est amoureuse de Jack, et Jack est amoureux de Rosie, et c’est tout ce qui compte. Mais un jour Jack est envoyé dans une autre ville à cause d’un accès de violence, et Rosie n’a pas le droit d’aller le voir. Alors Rosie n’a plus qu’une idée en tête, aller le retrouver, même si elle doit braver les interdits, et qu’elle sait que ce sera très compliquée, car elle est trisomique 21.

Mon avis : Coup de cœur pour ce roman émouvant qui met le lecteur dans la peau de Rosie, jeune fille de 16 ans atteinte de trisomie 21, lui permettant de la comprendre de l’intérieur, de connaître ses difficultés et sa façon de réagir par rapport aux autres et aux situations.

L’auteur a écrit ce roman par rapport à son frère autiste, et à tous les préjugés rencontrés par rapport à lui, mais aussi car elle a travaillé comme assistante pédagogique avec des élèves trisomiques. Et son expérience personnelle l’a aidée à prendre la plume pour écrire ce petit bijou, et montrer que chacun est différent, a des capacités et des compétences différentes, mais est profondément humain.

Sur son trajet à la recherche de Jack, Rosie va oser partir seule dans la grande ville de Londres, pour trouver un train qui lui permette d’aller rejoindre la ville de Jack. A certains moments dans le métro, les aventures de Rosie m’ont fait penser au « bizarre incident du chien pendant la nuit » où un ado autiste prend aussi seul les transports et va vite être perdu dans un monde inconnu.

Et dans la peau de Rosie, on comprend que cela va se révéler très compliqué, mais que Rosie a aussi une très grande force de caractère, et est très courageuse. Parfois tout s’embrouille dans sa tête, elle a beau avoir bien écrit et enregistré les plans de métro pour pouvoir se rendre à la gare Victoria, elle va jouer de malchance, car la neige va annuler tous les trains et Rosie va se retrouver seule dans une grande ville. Elle va faire de belles rencontres, avec des personnes qui vont l’aider, mais d’autres vont aussi se moquer, ou profiter de sa faiblesse, et à certains moments on tremble pour Rosie ! Car le monde n’est pas empli que de personnes altruistes qui veulent aider, il y a aussi celles qui volent ou veulent faire du mal aux autres.

 Ce roman est à la fois une belle façon de parler du handicap, mais est aussi une très belle histoire d’amour, car la boussole et l’espoir de Rosie, c’est son Jack qu’elle aime passionnément, et pour qui elle est prête à tout pour le retrouver. Et le récit est entrecoupé des cartes postales envoyées par Jack à Rosie, qui permettent de comprendre son handicap à lui aussi, ainsi que son amour profond pour Rosie.

Si on devait retenir quelque chose de ce roman, ce serait que l’amour rend meilleur, que le handicap est seulement une différence, qu’il faut laisser au placard la peur qui naît des différences.

Un coup de cœur à lire et à proposer aux élèves au CDI !

Partager cet article
Repost0

Chère Fubuki Katana 

Publié le par Doc Bird

 « Chère Fubuki Katana » de Annelise Heurtier, éditions Casterman

Résumé : Emi, jeune lycéenne japonaise, ne va pas trop bien, car sa classe la harcèle. Mais elle n’ose pas s’en plaindre, car cela ne fait qu’empirer les choses au Japon, et vous fait passer pour un faible. Seule lueur d’espoir pour elle, sa rencontre avec Hana dans un bar à chats. Pourra-t-elle oser lui parler et s’ouvrir à elle ?

Mon avis : Les romans d’Annelise Heurtier que j’ai lus sont tous empreints de poésie et de délicatesse, en abordant des sujets difficiles ou lourds, comme l’anorexie dans « Le complexe du papillon », le ségrégationnisme dans « Sweet Sixteen » ou le handicap dans « Envole-moi ». A chaque fois, je ressors de la lecture à la fois vivifiée et apaisée, et me disant que je vais sûrement proposer ce livre aux élèves. Et ce roman-ci ne fait pas exception.

On plonge dans le Japon moderne empreint de nouveautés mais aussi de beaucoup de traditions, certaines étant parfois étouffantes.

Emi vit avec ses parents dans une maison traditionnelle, vivant au rythme des saisons et des différentes fêtes et coutumes que sa mère suit scrupuleusement. Mais depuis quelques mois, Emi ne ne sent pas bien et se rend au lycée avec la boule au ventre, car elle est harcelée et se sent seule. Alors elle a arrêté les clubs, et essaie de se forger une carapace, en se disant que cela passera, qu’elle est forte et qu’elle peut surmonter cela, et elle se réfugie dans son univers manga, imaginant la vie en cases noir et blanc. Mais cette situation est très difficile à vivre pour elle.

Seule joie et seul répit dans la semaine, c’est quand elle se rend dans un bar à chats où elle voit son chat préféré. C’est d’ailleurs à cet endroit qu’elle va rencontrer par hasard Hana, une jeune fille qui a arrêté le lycée, et avec qui elle va commencer à se prendre d’amitié. Grâce à Hana et à son soutien, Emi commence à reprendre goût à la vie, et à redresser la tête.

Mais dans un monde où les apparences comptent beaucoup, Emi va découvrir que tout n’est pas forcément comme on pourrait le penser.

J’ai eu un coup de cœur pour ce roman formidablement bien écrit, qui arrive à mettre en avant le poids des traditions au Japon, permet d’en savoir un peu plus sur les différentes coutumes (visites et prières au temple, temps forts de l’année, les kimonos des geishas, les yakuzas, les préjugés sur certaines catégories de personnes…), met en avant la beauté de l’éphémère, et montre la force et le pouvoir de l’amitié.

Et on découvre seulement dans la dernière partie du roman pourquoi donc le titre s’intitule « Chère Fubuki Katana », et qui est cette personne à qui une entreprise envoie des lettres.

Un roman qui montre que le Japon est un pays aux traditions et mentalités bien différentes de l’Occident, et qui montre la vérité derrières les apparences. Un coup de cœur à lire !

Un extrait : 

Quelles que soient les influences, on était toujours libre de penser différemment. Mais où puisait-on la force de le faire ? Qu’est-ce qui faisait qu’on était capable, ou non ?

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>