Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lecture-adultes

La consolation de l’ange

Publié le par Doc Bird

« La consolation de l’ange » de Frédéric Lenoir, éditions Albin Michel

Résumé : Hugo a fait une tentative de suicide, et se retrouve dans la même chambre qu’une femme en fin de vie, Blanche. Tous deux vont alors nouer un dialogue original sur la vie, et cela permettra peut-être à Hugo de se reconcilier avec la vie.

Mon avis : J’aime beaucoup les romans de Frédéric Lenoir, qui sous couvert de fiction, permettent d’approcher la philosophie et de réfléchir sur le sens de la vie.

Ici, Hugo, qui a fait une tentative de suicide et est fâché avec la vie, va rencontrer Blanche, une vieille femme qui va bientôt mourir. Tout les sépare, et pourtant un dialogue va se nouer entre ces deux êtres. Leur dialogue va permettre d’enrichir Hugo, avec un bel hommage à la poésie de Victor Hugo et de Baudelaire, à la philosophie de Spinoza, et va aussi aborder le sujet de l’expérience de mort imminente, que Blanche a vécu.

Ce dialogue très touchant et émouvant va permettre au lecteur de comprendre quel sens donner à la vie, et où trouver la joie intérieure permettant de surmonter les peines.

Un livre très intéressant à lire pour qui s’interroge sur la vie.

Quelques extraits :

Pour moi, être libre (…) C’est ne pas être esclave de ses pulsions, de ses désirs, de ses émotions. La vraie privation de liberté, c’est agir en automate, en recherchant toujours le plaisir immédiat et en refusant la frustration

tout le chemin de la vie, c’est de passer de l’inconscience à la conscience et de la peur à l’amour

Car toute âme est libre. Non pas toujours du choix des événements qui arrivent, mais toujours de la manière dont elle va y réagir.

Puisses-tu libérer les forces d’amour enfouies dans ton cœur, transformer tes colères en pardon, apprendre à mieux apprivoiser tes peurs, traverser tes chagrins profonds. 

Le bonheur du sage ne dépend plus des événements, toujours aléatoires, dépendant du monde qui lui est extérieur, mais de l’harmonie de son monde intérieur.

Que les plus belles lumières surgissent des nuits les plus noires. 

Tout le sens de notre existence sur terre, c’est de parvenir à conquérir notre liberté et à accueillir l’amour, à le faire grandir.

Publié dans Lecture-adultes

Partager cet article
Repost0

Petit traité de philosophie naturelle 

Publié le par Doc Bird

« Petit traité de philosophie naturelle » de Kathleen Dean Moore, éditions Gallmeister

Kathleen Dean Moore est une philosophe américaine qui nous livre ici une réflexion autour de la nature et du monde qui nous entoure.

A travers différents chapitres courts, elle met en avant le monde naturel, plantes, arbres, roches, terre, eau, ciel, animaux… et nous livre des réflexions à partie de souvenirs liés à la nature, ces souvenirs pouvant être classés en deux catégories : souvenirs de connexion et souvenirs de séparation. 

La nature est au centre de son livre, qui est une description de moments vécus dans la nature, avec des observations qui amènent à des réflexions et à des questions. Elle s’interroge (et nous aussi) sur la volonté de l’homme de dompter la nature et donc de participer à sa destruction, sur les relations entres les humains, le sens de la vie, les enfants qui quittent le nid, la mort…

Une belle occasion de se reconnecter à la nature et de réfléchir sur soi-même.

Un extrait : 

 Parfois le monde naturel vous fait un don si précieux, si merveilleux, qu’il ne reste plus qu’à demeurer là, en larmes.

Publié dans Lecture-adultes

Partager cet article
Repost0

Emotions : enquête et mode d’emploi, Tome 3

Publié le par Doc Bird

« Emotions : enquête et mode d’emploi, Tome 3 » d’Art-Mella, éditions Pour Penser

Ce tome 3 va mettre en avant les différentes parts de soi, après nous avoir appris à reconnaître nos émotions et les accueillir, et à nommer les différents besoins derrière les émotions.

Car quand une émotion arrive, elle peut faire référence à une part de soi qui a pu être blessée, et pour que cette émotion négative et douloureuse ne revienne pas, des protections se sont mises en place, qui souhaitent éviter les situations qui peuvent faire ressurgir cette émotion, et si elle arrive malgré tout, trouver tous les moyens possibles pour l’empêcher de faire souffrir, ce qui peut parfois amener à des comportements compulsifs comme ne plus pouvoir s’arrêter de manger.

Il va alors falloir entamer un dialogue avec ces différentes parts de soi pour savoir leur intention, les rassurer et pouvoir intégrer cette part en soi.

Ce tome 3 permet de mettre en avant la bienveillance vis-à-vis des différentes parties de soi, notamment celles qui sont blessées, et de rassurer son enfant intérieur qui a subi le premier traumatisme.

A la fin, une boîte à outils est proposée (qu’on peut aussi télécharger en ligne via un QR-Code dans le livre), qui permet de se poser les bonnes questions pour dialoguer avec soi.

Ce livre est un bon outil pour tout adulte, et je remercie Art-Mella d’avoir partagé avec nous cette mine de connaissances qui devrait faire partie de la boîte à outils de chacun pour mieux vivre en harmonie avec soi. Et quand on sent qu’on ne peut pas y arriver tout seul, la rencontre d’un thérapeute est indispensable.  

Partager cet article
Repost0

Changer l’eau des fleurs 

Publié le par Doc Bird

« Changer l’eau des fleurs » de Valérie Perrin, éditions Le livre de poche

Résumé : Avant d’être garde-cimetière dans un petit village de Bourgogne, Violette Toussaint a été garde-barrière à la SNCF. Elle recueille maintenant les confidences des gens, leur peine, mais elle non plus n’a pas été épargnée.

Mon avis : J’avais énormément entendu parler de ce roman, et je me suis laissée tenter en le voyant en librairie. J’ai passé un moment empli de joie et de tristesse en le lisant, mais ce n’est pas non plus le coup de cœur annoncé, que beaucoup de lecteurs ont eu.

L’histoire est originale, avec déjà le nom de de famille de Violette, Toussaint, qui semblait la prédestiner au métier de garde-cimetière. Violette, dont on va découvrir par bribes le destin difficile, mais qui va se révéler et trouver une certaine sérénité d’esprit malgré les difficultés et les coups du sort.

En lisant son histoire, on découvre aussi le destin d’autres personnes, qui ont-elles aussi été marquées par la vie. Violette a commencé difficilement dans la vie, presque morte au moment de sa naissance, et ballotée de famille d’accueil en famille d’accueil. Alors, lorsqu’elle croise la route et le regard du beau Philippe Toussaint, elle pense enfin avoir droit à sa part de bonheur, qui se concrétisera avec la naissance de sa fille Léonine. Mais l’amour peut passer, et le destin se montrer cruel. Devenue garde-cimetière, Violette va faire des rencontres imprévues qui pourraient bouleverser sa vie.

J’ai eu un peu de mal au début à entrer dans l’histoire, me sentant un peu étrangère à Violette, puis, progressivement, je me suis attachée à ce personnage, pour ensuite dévorer la deuxième partie du roman.

Car le destin de Violette, mais aussi celui d’Irène, une défunte, montrent à quel point la vie peut être fragile, et qu’il ne faut pas attendre sa mort ou celle des autres pour profiter de l’instant et des autres.

Un beau roman doux amer, dont la tristesse m’a touchée, ainsi que l’espoir et la promesse d’une résilience possible, et le fait que rencontrer les bonnes personnes peut changer notre vie, comme la rencontre du précédent gardien de cimetière qui a permis à Violette de revenir vers la vie.

Publié dans Lecture-adultes

Partager cet article
Repost0

Couleurs de l’incendie

Publié le par Doc Bird

« Couleurs de l’incendie » de Pierre Lemaître, éditions Le livre de poche

Résumé : 1927. A la mort de son père Marcel Péricourt, Madeleine se retrouve seule. Elle va vivre un épisode douloureux et tragique à cause de son fils. Et surtout, elle va se retrouver dépouillée de son argent. Face à ses coups du sort, Madeleine décide de relever la tête…

Mon avis : Ce roman est la suite d’« Au-revoir là-haut », et fait partie d’une trilogie appelée « Les Enfants du désastre ». Le premier tome m’avait beaucoup marquée, aussi bien par la thématique que par l’écriture, et j’ai retrouvé ici l’atmosphère sombre et lugubre de Pierre Lemaître, entrecoupée de moments d’humour parfois grinçant. Je ne pensais pas au départ lire la suite, mais je me suis finalement lancée, et j’ai beaucoup plus apprécié ce deuxième tome.

On retrouve Madeleine Péricourt, qui vient de perdre son père. Elle se retrouve seule à la tête de l’empire financier par son père. Mais le jour de l’enterrement de son père, un tragique accident va arriver à son fils. A partir de ce moment, Madeleine sombre, hébétée, et ne pense plus qu’à son fils. Certains vont en profiter, et Madeleine va se retrouver ruinée.

Elle va alors reprendre sa vie en main, et décider de se venger de tous ces hommes qui ont profité d’elle et lui ont fait du mal.

Pierre Lemaître brosse le tableau plutôt sombre d’une société dominée par les hommes, où l’argent sert à tout négocier, les malversations courantes, et l’évasion fiscale déjà un problème. Dans ce monde d’après guerre, les rivalités et tensions s’exacerbent entre les pays d’Europe, et l’ombre d’Hitler et du fascisme pointent.

Dans ce monde difficile, où chacun veut plus d’argent par tous les moyens et aux dépends des autres, Madeleine décide de reprendre les rênes de sa vie en mains, et malgré son éducation l’ayant peu préparée, va ourdir dans l’ombre sa vengeance contre les hommes qui ont abusé de sa situation.

Un roman fulgurant, que j’ai lu presque d’une seule traite, qui tient en haleine, et contient de nombreux rebondissements, et peint une société peu reluisante.

Je pense que je me lancerai dans la lecture du tome 3.

Publié dans Lecture-adultes

Partager cet article
Repost0

 J’ai encore menti !

Publié le par Doc Bird

 « J’ai encore menti ! » de Gilles Legardinier, éditions J’ai lu

Résumé : Laura joue des mensonges dans sa vie, parfois pour la rêver plus belle qu’elle n’est, notamment en ce qui concerne l’amour. Mais un jour, un accident va la rendre amnésique, et elle va repartir pour tout de zéro. Pourra-t-elle se réinventer une vie ?

Mon avis : J’aime bien les romans de Gilles Legardinier, qui mêlent réflexions sur la vie et humour. Cette fois-ci, j’ai trouvé la lecture sympa, mais je sens que mon enthousiasme commence à s’essouffler.

Le roman met en avant Laura, une jeune femme assistante sociale, qui essaie de se débrouiller comme elle peut face à la vie, notamment l’amour qu’elle rêve beaucoup. Le compteur va être remis à zéro le jour où elle a un accident de poney, et qu’elle se réveille totalement amnésique. Elle va devoir tout réapprendre à vivre, aussi bien pour les gestes de la vie de tous les jours, que pour les relations aux autres, les émotions et les sentiments.

Elle a ainsi l’occasion d’avoir une nouvelle vie, dans laquelle elle pourrait être enfin elle-même. Pour cela, elle peut compter sur Lucie, sa meilleure amie, qui va l’aider à reprendre pied, et elle va peut-être aussi rencontrer l’amour.

L’humour est bien présent, notamment avec le décalage entre les paroles et comportements de Laura par rapport à ce qui est attendu en société, ses questions naïves, mais une certaine lassitude s’est emparée de moi à la lecture de ce roman. J’ai moyennement accroché à l’histoire, même si la personnalité de Laura est intéressante, et j’ai trouvé dommage que les chapitres s’enchaînent sans parfois une suite logique, me perdant un peu. Un roman feel good intéressant à lire, mais ce n’est pas mon préféré.

Un extrait 

Plus je redécouvre le monde, plus je m’aperçois que nous sommes une espèce qui s’attache aux objets dès qu’ils nous rappellent des gens ou des sentiments.

Publié dans Lecture-adultes

Partager cet article
Repost0

Shaman, la trilogie. Tome 1 – La Quête

Publié le par Doc Bird

« Shaman, la trilogie. Tome 1 – La Quête » de Tigran, éditions Mama

J’ai reçu ce livre lors du dernier Masse critique de Babelio, que je remercie, ainsi que les éditions Mama, que j’ai d’ailleurs découvertes grâce à ce titre. Quand j’ai ouvert le livre, une gentille attention m’y attendait avec une dédicace de l’auteur accompagnée d’un joli marque-page.

Les éditions Mama sont spécialisées dans le domaine du spirituel et du chamanisme, et cherchent à faire advenir plus de conscience. L’auteur, Tigran, a mis de son expérience dans ce titre, même si l’histoire est fictive.

On y fait la connaissance d’un français qui a beaucoup voyagé, notamment en Mongolie, et en qui une chamane a reconnu son héritier. Il a suivi une initiation sur plusieurs années, et attend le signe qu’il est bien destiné à être chamane. Et ce signe va lui arriver sous forme de foudre qui va le frapper sans le blesser. Il va dès lors continuer à progresser dans le chemin spirituel du chamanisme, guidé par la chamane qui semble savoir et connaître tout ce qu’il vit.

Il va vivre des expériences qui vont l’emmener dans le monde des esprits, où il va apprendre l’humilité, l’écoute, le lâcher-prise et la dissolution de son ego, pour pouvoir réaliser au mieux sa mission. Il va aussi tomber amoureux d’une belle jeune femme que le destin semble lui destiner, mais qui est promise à une autre selon les traditions.

Ce livre ne se lit pas comme un récit, mais est construit sous forme de flashs qui montrent des moments de la vie du futur chaman, ses ressentis, ses expériences, parfois oniriques et douces, parfois violentes et générant la terreur. Ses voyages dans un autre espace-temps, et ses expériences spirituelles sont indiquées en italique, permettant au lecteur de comprendre à quels moments il part dans le monde des esprits pour vivre des expériences fortes.

Un titre déroutant, où on se perd dans les méandres de l’esprit et du récit par moments, sûrement voulu pour montrer les voies parfois tortueuses du chamanisme. On s’y perd parfois comme le futur chaman, ressentant une partie de son expérience. Un livre à lire par petits bouts, sans chercher à tout comprendre, et qui permet de lâcher prise par rapport à notre logique. Deux autres tomes poursuivent ce récit. 

Quelques extraits :

Je prends conscience de l’espace, immense, du silence, et de ma chance. Je suis au bon endroit, au bon moment.

Je meurs à moi-même, et disparais. Dissolution de l’ego. Il n’y a plus de je. Que le néant…

Lâche prise. Et si tu veux prier, alors oui, vibre et imagine, prie et apprécie, mais sans attachement. Lâche prise.

Le vide est le message, le silence est le sens. Tout ici me dit que je n’ai rien à inventer, ni même à intenter. Et surtout rien à forcer. Qu’à être. 

Partager cet article
Repost0

Just Not Married, 2

Publié le par Doc Bird

 « Just Not Married, 2 » de Kinoko Higurashi, éditions Kana, collection Big Kana

Résumé : Non-Chan et Ritsuko continuent tranquillement leur vie de couple, mais des réglages sont toujours à faire…

Mon avis : Je suis ravie de pouvoir lire ce tome 2, qui permet de suivre le quotidien du couple formé par Non-Chan et Ritsuko.

Vu de l’extérieur, leur couple a l’air parfait, mais ce n’est qu’une apparence. Cette fois-ci, nous allons connaître leurs points de vue concernant les relations sexuelles, la cuisine et les enfants. Et chaque vision des faits est riche d’enseignements, et rend mignon ce couple qui s’aime malgré les incompréhensions, et où chacun fait des efforts pour l’autre.

A lire seul ou en couple pour ouvrir à la discussion !

Partager cet article
Repost0

La Forêt des 29 

Publié le par Doc Bird

« La Forêt des 29 » d’Irène Frain, éditions Michel Lafon

Résumé : En Inde, il y a 5 siècles, les différents puissants veulent construire de magnifiques palais, mais pour cela, ils ont coupé beaucoup d’arbres, beaucoup trop. Et quand la sécheresse arrive, c’est la catastrophe pour tous. Djambo, jeune paysan qui va vivre un périple initiatique, va alors proposer une nouvelle vie à tous ceux qui le veulent, quelle que soit leur origine, avec pour objectif de vivre en respectant la nature et la vie.

Mon avis : Paroles m’avait donné envie de lire ce livre sur Babelio, et j’ai été contente en le trouvant à la médiathèque.

« La Forêt des 29 » est à la fois un roman tiré de la réalité et un roman initiatique qui propose déjà 5 siècles avant notre ère de vivre en harmonie avec la nature, et en harmonie avec tous les êtres vivants. Un discours écologique avant l’heure !

Dans ce livre, on suit les traces de Djambo, jeune paysan rejeté par sa famille, qui va prendre la route, rencontrer différentes personnes, réfléchir, pour enfin se révéler et proposer une nouvelle façon de vivre. Celle-ci inclut 29 principes, largement débattus et testés en communauté, dont nous devrions bien nous inspirer aujourd’hui : respect de la femme, respect de tous les être vivants, protection de la nature, réflexion sur les pensées et sur les actes… Cette philosophie de vie existe toujours, suivie par les Bishnoïs (qui signifient les 29).

J’ai trouvé ce roman initiatique passionnant, l’auteur ayant fait une enquête très minutieuse, entre mythe et réalité sur Djambo. Une belle ode au respect de la nature, à un mode de vie plus frugal, et une belle réflexion philosophique.

Quelques extraits :

 Si vous voulez de l’eau, dit Djambo ce soir-là pour la première fois, commencez par la chercher au fond de vous, soyez à vous-même une source. Et ensuite, rappelez-vous que la nature est un corps, un corps immense, dont nous ne sommes, nous, les humains, qu’une infime partie.

 Et soyons patients, car le seul lieu des hommes, ce n’est ni leur champ ni leur village, ni leur ville, ni même leur pays. C'est le Temps. 

Le Suprême est partout dans la Nature, comme je vous l’ai dit, et par conséquent il est en nous, les hommes. Nous les Vingt-Neuf, quand nous nous levons, chaque matin avant l’aube, nous n’avons qu’une seule interrogation : savoir par quels actes nous illustrerons cette parcelle de divin qui nous a été remise avec la vie. Nous estimons l’homme à ce qu’il fait, non à ce qu’il raconte. Et pour le juger, nous ne nous posons que deux questions. La première : a-t-il dit et respecté la vérité ? La seconde : le feu de la violence, en lui, a-t-il réussi à l’éteindre ? 

Partager cet article
Repost0

Les lumières de septembre

Publié le par Doc Bird

« Les lumières de septembre » de Carlos Ruiz Zafón, éditions Robert Laffont

Résumé : Eté 1937. Simone Sauvelle arrive avec sa fille Irène et son fils Dorian dans la demeure de Cravenmoore. Simone est embauchée par Lazarus, un fabricant de jouets. Mais une ombre rôde et pourrait tout emporter sur son passage.

Mon avis : Ce roman conclut la trilogie de Carlos Ruiz Zafón, et ce dernier m’a plus plu que les autres. Comme dans les deux autres titres, on comprend tout de suite que Cravenmoore cache de sombres secrets, et que les automates qui l’habitent pourraient se révéler effrayants une fois la nuit venue.

C’est dans cette grande demeure mystérieuse que va travailler Simone, pensant mettre ses difficultés de côté et avoir une vie meilleure. Mais une ombre rôde et pourrait bien tout faire basculer.

Et les malheurs commencent, avec la mort affreuse d’Hannah, qui faisait la cuisine. Sa mort semble avoir réveillé une ombre menaçante qui décide de s’en prendre à Simone et à sa famille.

La tension monte crescendo dans ce roman, et le passé s’invite pour faire mourir le présent et toute forme de bonheur. Car lorsqu’enfant, on vend son âme au diable sans le savoir, celui-ci vient toujours réclamer son dû.

Un roman qui montre, comme dans le tome 2, que les hommes possèdent tous une part d’ombre en eux, et quand elle rejaillit des ténèbres, elle fait des ravages.

Et si finalement, la plus grande lutte était celle de chacun contre sa part de ténèbres ?

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>