Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lectures-bd

Amy pour la vie !

Publié le par Doc Bird

« Amy pour la vie ! », scénario de Christophe Cazenove et Jérôme Derache, dessins de Cécile, couleurs d’Annelise Sauvêtre, éditions Bamboo

Résumé : Amy, 12 ans, est malvoyante, et se déplace au quotidien avec une canne blanche. Mais sa vie va changer le jour où le chien qu’on lui a offert quand il était bébé, Kita, revient de son école de dressage, et devient son chien-guide. Tous deux vont apprendre à vivre ensemble, partager de bons moments, et des bêtises !

Mon avis : Je remercie les éditions Bamboo et Babelio, grâce à qui j’ai reçu cette BD lors du dernier masse critique spécial littérature jeunesse.

Je suis très contente de pouvoir lire une BD qui permet de discuter de handicap avec les élèves, mêlant fiction à travers l’histoire d’Amy et de son chien Kita, et documentaire à travers des pages explicatives.

L’histoire se divise en plusieurs épisodes de la vie d’Amy et de Kita, bientôt rejoints par un nouvel arrivant dans l’école d’Amy, Louka, qui va devenir ami avec elle, et partager leur quotidien. Chaque épisode est entrecoupé de pages explicatives, qui donnent des informations sérieuses sur le handicap visuel, les chiens d’aveugle et leur formation.

Les auteurs de cette BD, qui ont travaillé ensemble sur la belle série « Amies de papier », ont de nouveau collaboré ensemble pour écrire cette BD pleine d’humour et dont j’ai bien aimé les illustrations tout en douceur, entre une Amy pleine de facétie, un Louka maladroit, et un Kita sérieux mais aussi plein d’humour !

J’ai bien aimé aussi la dernière partie où les camarades de classe d’Amy expérimentent la vie en aveugle et en découvrent de l’intérieur toutes les difficultés, permettant de les mettre en empathie avec Amy.

Une BD très intéressante à proposer aux élèves pour parler du handicap, et du rôle des chiens guides.

Partager cet article
Repost0

Lulu et Nelson, Tome 1. Cap sur l’Afrique 

Publié le par Doc Bird

« Lulu et Nelson, Tome 1. Cap sur l’Afrique » de Charlotte Girard, Jean-Marie Omont et Aurélie Neyret, éditions Soleil, collection Métamorphose

Résumé : Hope doit quitter l’Inde pour l’Italie avec sa mère, alors qu’elle souhaite rester. Juste avant le départ, elle reçoit une lettre de sa grand-mère, Lulu, qui va lui raconter un épisode de son passé pour lui montrer que la vie prend parfois des détours pour nous emmener vers notre destin.

Mon avis : Ce tome 1 est un véritable coup de cœur, que ce soit pour le scénario comme pour les illustrations d’Aurélie Neyret. Vous aurez d’ailleurs reconnu son beau coup de crayon.

L’histoire commence en Inde, mais va très vite nous emmener ailleurs, dans le récit du passé de Lulu. Cette dernière a toujours été attirée par les lions depuis toute petite, et ses parents sont dompteurs dans un cirque. Tout bascule jour où sa mère se fait tuer sous ses yeux par un lion lors d’un spectacle. Dès lors, son père souhaite l’éloigner de sa passion pour les lions. Mais Lulu est obstinée, surtout qu’elle aime Cyrus, le lionceau devenu un lion adulte.

Mais un autre fait tragique va encore faire basculer sa vie. Le feu prend dans le cirque, et tous les lions meurent, y compris Cyrus. Le père de Lulu décide de quitter le cirque et le métier de dompteur, mais Lulu a une autre idée : partir en Afrique du Sud trouver des bébés lions pour les ramener et les dresser.

Et comme Lulu n’en fait qu’à sa tête, elle décide partir seule sur un bateau… Heureusement, son père parvient à monter in extremis. Ce sera le début d’un voyage dont en sent qu’il va bouleverser la vie de Lulu, surtout quand elle va rencontrer un jeune africain, Nelson, qui va l’aider dans tous ses problèmes.

Quel beau récit que ce tome 1 ! Je me suis laissée tout de suite emportée par le récit de Lulu, et je n’ai qu’une hâte : pouvoir lire la suite pour savoir ce qui va se passer.

Cette BD aborde la thématique des animaux : peut-on  les aimer et les enfermer dans une cage ? Ou faut-il les laisser en liberté ? Mais il aborde aussi le thème de l’Apartheid en Afrique du sud, et de la différence de traitement en fonction de la couleur de peau.

Une belle série à suivre !

Publié dans Lectures-BD, Coups de coeur

Partager cet article
Repost0

Les Mythics, Tome 8. Saint-Pétersbourg

Publié le par Doc Bird

« Les Mythics, Tome 8. Saint-Pétersbourg» de Patrick Sobral, Patricia Lyfoung, Philippe Ogaki, éditions Delcourt

Résumé : Abigail a été invitée en Russie pour participer à un concours de chant. Neo va être invité par un mystérieux inconnu, Ozerov, à la retrouver, car ils sont concernés par les prédictions d’une mystérieuse jeune fille, qui pourrait être dangereuse et au service du démon.

Mon avis : Comme dans le tome 7, deux héros vont se retrouver et vont devoir allier leurs forces, et devoir choisir face aux ruses des gens qui les entourent.

Cette fois-ci, il s’agit d’Abigail et de Neo, qui vont se retrouver en Russie. Deux personnes s’intéressent de très près à eux, Ozerov qui dit être de leurs côté, et leur donne des indices pour réaliser leur mission, et une jeune femme voyante, qui prédit l’avenir de tous sauf le sien.

Nos deux héros vont devoir apprendre à se connaître et à collaborer pour pouvoir avancer de front, et surtout résister aux illusions. Ce sera l’occasion pour le lecteur d’en savoir sur le passé douloureux de Neo.

Un tome plus intéressant, mêlant vérité et faux-semblants, et qui relance mon intérêt pour la suite de la série.

Publié dans Lectures-BD

Partager cet article
Repost0

Rackette-moi si tu peux

Publié le par Doc Bird

« Rackette-moi si tu peux » de Sophie Adrianses, illustrations de Clerpée, éditions Gulf Stream, collection Les Graphiques

Résumé : Enzo est nouveau dans son école, et se retrouve isolé, n’ayant pas encore de copains. C’est pourquoi, lorsque trois filles de sa classe viennent l’aborder pour demander deux euros pour acheter les nouveaux bonbons en forme de poulpe de la boulangerie, il accepte de prendre de l’argent dans sa tirelire, alors qu’il économise pour acheter une maquette de bateau. Mais les filles lui redemandent de l’argent chaque jour, le menaçant…

Mon avis : J’aime collection la collection des « Graphiques » chez Gulf Stream Editeur, qui est aussi très plébiscitée au CDI.

Cette fois-ci, « Rackette-moi si tu peux » s’adresse plutôt aux élèves du primaire, mais pourra aussi intéresser les plus jeunes au collège. Est abordé le thème du racket, avec l’histoire d’Enzo, arrivé dans une nouvelle école, et qui est un peu seul. Trois filles le remarquent et décident de lui demander de l’argent pour acheter des bonbons en forme de poulpe à la boulangerie, des nouveautés aux différents parfums qui coûtent plus chers.

Au début, Enzo accepte, pensant aller à la boulangerie avec les filles et partager avec elles les bonbons. Mais en fait, elles y vont seules, et ne lui donnent rien du tout. Enzo est déçu, mais la situation empire encore, car les chipies demandent à Enzo chaque jour de l’argent, n’hésitant pas à le menacer ! Alors chaque jour Enzo apporte deux euros, prenant dans sa tirelire, alors qu’il économisait pour s’acheter une maquette de bateau. Jusqu’au jour où Enzo n’a plus d’argent dans sa tirelire et plus rien à donner…

Une belle BD/roman graphique qui montre que le racket peut commencer simplement, mais qu’il est possible de s’en sortir en osant en parler aux adultes, et en reprenant confiance en soi. Une belle histoire, aux très belles illustrations, qui permet de discuter de ce thème avec les élèves et d’apprendre à dire non.

Publié dans Lectures-BD

Partager cet article
Repost0

Celle qui parle

Publié le par Doc Bird

« Celle qui parle » de Alicia Jaraba, éditions Bamboo, collection Grand Angle

Cap sur un mélange d’histoire et de légende avec cette BD, reçue dans le cadre d’un Masse critique spécial de Babelio et des éditions Bamboo, que je remercie.

Elle met en avant Malinalli, la fille d’un cacique (chef) d’un village, qui va se retrouver vendue comme esclave à un autre cacique, travaillant dans les champs, puis devenant ensuite une des concubines du cacique. Elle décide d’apprendre la langue maya, qu’elle ne connaissait pas, afin de pouvoir communiquer et de comprendre ce qui se dit.

Lorsqu’arrivent des navires avec à son bord Hernan Cortez, son don des langues lui vaut d’être repérée, afin qu’elle joue le rôle d’interprète entre Cortez et les différents interlocuteurs locaux. Elle deviendra la Malinche, celle qui parle, et qui donc joue dans les décisions, car elle a le pouvoir de la parole dont seuls les hommes disposaient.

Elle veut à la fois aider son peuple qui est dominé par les Mexicas, mais va aussi vite se rendre compte que Cortez et ses hommes ont soifs de richesse et de domination, tous peuples confondus, et qu’ils veulent détruire leurs traditions et leurs croyances. Certains penseront qu’elle a été une traître par rapport à son peuple.

J’ai trouvé cette BD très intéressante, car l’autrice a décidé de combler les nombreux blancs et mystères qui entourent la vie de Malinalli, en ajoutant sa sensibilité féminine pour une histoire surtout transmise et véhiculée par les hommes.

Elle montre une jeune fille, puis une femme, qui essaie de faire au mieux en fonction de son cœur et de ses convictions, mais qui va aussi faire des erreurs, qui subit beaucoup dans un monde dominé par les conflits et par les hommes. Les femmes n’ont pas une vie facile, souvent esclaves de leur compagnon, devant obéissance et accepter les relations sexuelles imposées.

Alicia Jarara en fait le portrait d’une femme forte malgré ses hésitations, qui ose parler et dire non. Une BD qui met en avant le sort réservé aux femmes, et qui montre le courage de s’élever et de dire non.

Partager cet article
Repost0

 Le jour où elle n’a pas fait Compostelle

Publié le par Doc Bird

« Le jour où elle n’a pas fait Compostelle », scénario de BeKa, dessins de Marko, couleurs de Maëla Cosson, éditions Bamboo

Résumé : Clémentine a enfin trouvé son chemin de vie, en ouvrant sa librairie salon de thé. Elle fait une pause quelques jours afin de retrouver Antoine, qui l’a guidée jusque-là, et avec qui elle va passer quelques jours sur les chemins de montagne qui mènent à Compostelle.

Mon avis : J’ai apprécié ce tome 3 autant que les précédents, intitulés « Le jour où elle le bus est reparti sans elle » et « le jour où elle a pris son envol ». J’ai retrouvé avec plaisir Clémentine et son guide de vie, rencontré par hasard, Antoine. Tous deux vont partir quelques jours sur les chemins de Compostelle.

Enfin, pas vraiment, car au lieu de prendre les routes où tout le monde passe, ils vont faire un pas de côté et passer par les chemins de moutons, à l’écart, mais tout aussi sympathiques. En discutant avec Antoine, Clémentine va comprendre qu’elle a certes découvert son chemin de vie, mais qu’il lui faut faire attention de ne pas s’en détourner s’en sans rendre compte, à cause de ce qu’Antoine appelle les « aimanteurs », des idées ou des groupes de personnes qui prennent de plus en plus de place et de force, et qui peuvent faire dévier de son véritable chemin de vie.

Et à travers différents récits et contes, Antoine va offrir un beau cadeau à Clémentine : celui de la laisser libre de ses choix, de prendre ses propres décisions, loin de l’influence des idées et des autres, y compris de lui-même, qui l’a guidée, mais doit la laisser parcourir aussi toute seule son chemin.

Une belle leçon de vie, qui montre que l’on peut suivre un guide pour nous aider, mais qu’il faut aussi apprendre à s’en détacher pour apprendre à penser et avancer seul, libre de ses choix. Une belle série à lire !

Quelques extraits :

Un aimanteur est donc une entité immatérielle dont la force et la puissance dépendent de la quantité d’énergie mentale qu’il reçoit… Il existe des petits aimanteurs, comme une famille, un groupe d’amis, un site internet, un cours de sport, ta station radio préférée… Et des très grands… Un pays, une culture, un parti politique, une religion une mode, une marque…

Pour se libérer d’un aimanteur :  Il ne faut lui accorder aucune importance, et surtout ne pas se battre contre lui ni entrer dans son jeu… Et encore moins se mettre en colère ! Tu l’acceptes comme une chose établie, un mal inévitable. Tu le laisses agir à sa guise et tu continues ta route sans t’en préoccuper…

 Si par contre, tu n’as pas d’autre choix que d’affronter un aimanteur, ta seule chance est de le surprendre !  Il ne faut pas réagir comme il attend que tu le fasses… Tu dois modifier le scénario qu’a prévu l’aimanteur. Et là, il ne saura plus quoi faire. Il sera contraint de te laisser partir ou alors d’accepter ta règle du jeu…

Donc si je récapitule, pour se libérer d’un aimanteur, on doit réduire son importance (…) et si je parviens à surprendre l’aimanteur, je redeviens le maître du jeu.

 il ne faut pas se laisser influencer par la société, mais il faut suivre sa voie 

 Tu n’as nullement besoin d’un guide qui ne serait qu’un aimanteur de plus à venir encombrer ta vie. Tu as toutes les cartes en main, le reste ne dépend que de toi ! La seule personne que tu ne dois jamais oublier ni abandonner, c’est toi ! Celle que tu es vraiment, détachée de tout ce qu’on veut te faire croire ou te faire faire… Sois toi-même, toujours simplement.

Et lorsque que quelque chose n’ira pas dans ta vie, demande-toi toujours quel aimanteur tu sers au lieu de te servir toi-même. 

Partager cet article
Repost0

 Les enfants de la Résistance, Tome 6. Désobéir !

Publié le par Doc Bird

« Les enfants de la Résistance, Tome 6. Désobéir ! », scénario de Dugomier, dessin et couleurs d’Ers, éditions Le Lombard

Résumé : L’Allemagne a perdu la bataille de Stalingrad en 1943, et a besoin de toutes ses forces vives dans l’armée. Le Service du Travail Obligatoire est alors instauré en France. C’est l’occasion pour le réseau du Lynx d’essayer de lutter et d’encourager à désobéir.

Mon avis : Dans ce tome 6, les 3 amis apprennent avec joie la première défaite de l’Allemagne en Russie, leur laissant un espoir. Mais ils déchantent vite en découvrant la mise en place du STO. Tous les français de 20 à 22 ans doivent être recensés pour être envoyés en Allemagne travailler dans les usines, car la main d’œuvre allemande manque, envoyée sur le front. Ils décident alors d’encourager les jeunes à résister et à désobéir via le réseau du Lynx.

Ce tome 6 est toujours conforme à la réalité historique, mettant en avant ici le STO, les premiers désobéisseurs, la mode des Zazous en signe de résistance à l’occupant, ou encore les filières permettant de sauver des enfants juifs en les emmenant vers les Alpes italiennes. Les enfants sont toujours aussi courageux, et cachent aux adultes leur rôle dans le réseau du Lynx, se faisant passer pour des intermédiaires, afin d’être crédibles.

Une série à acheter dans les CDI de collège.

Publié dans Lectures-BD

Partager cet article
Repost0

 Dad, 6. Père à tout faire

Publié le par Doc Bird

« Dad, 6. Père à tout faire » de Nob, éditions Dupuis

Résumé : La mère de Dad part en vacances, et ce dernier est donc obligé de recevoir son père à la maison. Et cela complique les choses, car il y a déjà Panda qui a décidé d’arrêter ses études, et Dad commence à en avoir plein le dos !

Mon avis : La série est toujours aussi intéressante à suivre, entre les situations du quotidien, criantes de réalité, l’écart entre les générations et l’éducation des enfants, et les situations humoristiques qui peuvent parfois tourner au drame !

Mine de rien, Nob nous dépeint notre société actuelle, avec la pression de toujours réussir, l’égalité homme femme dans la répartition des tâches ménagères, la charge mentale… Et naît un petit espoir sur les amours de Dad.

A suivre…

Publié dans Lectures-BD

Partager cet article
Repost0

 Ninn, 4. La Cathédrale de Fer

Publié le par Doc Bird

« Ninn, 4. La Cathédrale de Fer » de Johan Pilet et Jean-Michel Darlot, éditions Kennes

Résumé : Ninn est partie à l’aventure dans le métro avec son tigre, car l’eau envahit les différents tunnels. Elle va alors comprendre que cela est lié à la princesse qu’elle pensait noyée, et qui veut utiliser la Cathédrale de Fer pour atteindre les humains.

Mon avis : Cette série BD est tout simplement fantastique, avec son imaginaire débridé et un monde inconnu dans lequel nous plongeons avec Ninn.

Elle qui pensait en avoir terminé avec la princesse et ses sombres desseins va rapidement comprendre que cette dernière est toujours vivante, qu’elle peut prendre différentes apparences, et qu’elle souhaite utiliser la Cathédrale de Fer, une installation mise en place par les allemands pendant la Seconde guerre mondiale, pour pouvoir prendre le pouvoir sur terre.

Ninn va aussi rencontrer la dame de l’eau, qui va lui permettre d’en apprendre plus sur ses origines.

Encore un tome magnifique qui prend appui sur la réalité, et ajoute bien sûr une grande touche de fantastique, pour nous emmener avec Ninn dans un monde à la fois si proche et si lointain. Une réussite ! 

Publié dans Lectures-BD, Coups de coeur

Partager cet article
Repost0

La Rose écarlate, XVI. Il me fait confiance

Publié le par Doc Bird

« La Rose écarlate, XVI. Il me fait confiance » de Patricia Lyfoung, éditions Delcourt

Résumé : Le roi de Rurituanie est gravement blessé par un soldat lors l’affrontement entre le roi de France et le roi de Prusse. Et les membres du Cercle ont infiltré le pouvoir des différents pays car ils veulent la guerre. Maud et Guilhem parviendront-ils à empêcher leurs sombres desseins ?

Mon avis : Ce tome 16 va permettre à Maud et Guilhem d’avoir de nouvelles informations sur le Cercle et leurs objectifs : mettre l’Europe à feu et à sang à l’aide d’habiles conseillers auprès des rois, et récupérer différents artefacts pour obtenir le pouvoir suprême. Et on va enfin découvrir qui sont vraiment Apollon et Artémis, car Artémis semblait jouer un double jeu, mais la révélation sera plus étonnante que ce que l’on imaginait…

Un tome plein d’actions et de révélations qui donne envie de poursuivre la suite avec le tome 17 !

Publié dans Lectures-BD

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>