Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lectures-romans

 Brexit romance

Publié le par Doc Bird

« Brexit romance » de Clémentine Beauvais, éditions Sarbacane

Résumé : Le Brexit a été voté. Justine est résolument contre cette décision et a créé son entreprise « Brexit romance » comme un pied de nez à ce vote. Car « Brexit romance » sert à préparer des mariages blancs, afin que des anglais puissent se marier avec des européens et pouvoir continuer à se déplacer librement en Europe. Justine a tout prévu, mais que se passe-t-il si l’amour a décidé de s’en mêler ? Toutes les cartes pourraient être rabattues…

Mon avis : J’avais lu il y a quelques années « Les petites reines », que j’avais beaucoup apprécié, et qui a aussi été adapté en pièce de théâtre. Et j’avais beaucoup entendu parler de ce titre. Je l’ai donc tout de suite emprunté quand je l’ai vu en rayon à la médiathèque.

Le sujet du roman est original, avec l’idée de créer une société arrangeant des mariages blancs afin de lutter contre le vote du Brexit. L’histoire mêle plusieurs personnages qui vont se rencontrer par hasard, ou par « Brexit romance », et de nombreux chassés-croisés amoureux vont avoir lieu.

Marguerite, jeune soprano française, va tomber sous le charme de celui qu’elle appelle son lord, Cosmo, mais celui-ci est intéressé uniquement par un mariage blanc. Justine a peu de temps pour elle car son entreprise lui prend beaucoup de temps, et tout ne se passe pas comme prévu. Elle arrange le mariage blanc de son frère avec Cannelle, une française, mais ce dernier aime quelqu’un d’autre… Alors Justine essaie d’arranger les choses. Pierre, le professeur de Marguerite, croit être tombé chez les fous, mais son cœur va aussi vasciller…

L’ensemble est un joyeux méli-mélo de relations, et rien ne va vraiment se passer comme prévu… Et l’ensemble est bourré d’un humour typiquement anglais qui ravira celles et ceux qui l’apprécient. Un roman enthousiasmant !

Seul bémol, le fait que ce roman soit publié en jeunesse. Je pense que ce roman intéressera plus les adultes que les ados.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Dysfférent

Publié le par Doc Bird

« Dysfférent » de Fanny Vandermeersch, éditions le Muscadier, collection rester vivant

Résumé : Charlemagne se dit qu’il s’il avait eu un prénom un peu plus banal, il aurait évité d’être aussi différent, dyslexique, dysorthographique, dyspraxique… Mais Charlemagne va aussi découvrir que lui aussi peut avoir un talent.

Mon avis : Coup de cœur pour ce roman frais qui redonne espoir aux jeunes qu’on étiquette comme agités, distraits, en difficulté.

Charlemagne rencontre beaucoup de difficultés à l’école malgré ses efforts. Il a vraiment du mal en français où son professeur l’envoie souvent au tableau, ou en EPS où personne ne veut de lui dans son équipe. C’est d’ailleurs en EPS qu’il va lui arriver une étrange aventure : il va se perdre dans les bois lors d’une course d’orientation, et va entendre une douce mélodie venant d’une maison dans les bois, qui va l’attirer et le remuer profondément.

Et quand la remplaçante du professeur de musique va lui faire écouter de la musique classique, Charlemagne va se retrouver transporté. Il va découvrir le piano et vouloir apprendre à en jouer, même si on pourrait penser qu’il a trop de difficultés pour y arriver.

Un beau roman qui montre que chacun a un talent en lui, qu’il doit découvrir, et que les difficultés n’empêchent de réussir à trouver sa voie dans la vie.

Ce roman est écrit en police Open Dyslexic, facilitant la lecture pour les dyslexiques.

Un extrait 

 Il ne faut pas avoir honte de ce que l’on est. Si on se sent inférieur, les autres le sentent et en profitent. Si on se sent comme eux, ou si au moins on leur fait croire, ils nous laissent tranquille.

Partager cet article
Repost0

Autour de Jupiter 

Publié le par Doc Bird

« Autour de Jupiter » de Gary D. Schmidt, éditions Bayard

Résumé : Les parents de Jack vont devenir famille d’accueil et recevoir Joseph, un garçon de 14 ans qui est allé en maison de redressement, et qui est papa d’un bébé, Jupiter. Jack se sent prêt à tout pour protéger Joseph, même s’il est plus jeune que lui.

Mon avis : Coup de cœur pour ce roman intense et riche en émotions qui va droit au cœur.

Joseph est un garçon de 14 ans qui n’a pas eu de chance avec la vie, sauf quand il a rencontré Madeleine, est tombé éperdument amoureux d’elle et a vécu des moments heureux avec elle. Tous deux admiraient dans le ciel étoilé la planète Jupiter, et c’est pour cela que Madeleine a donné ce nom à leur fille quand elle est née. Mais Joseph ne peut pas voir sa fille et il en est malade.

On lui dit que c’est impossible, qu’il est trop jeune pour être papa, qu’il doit oublier, qu’il est déjà allé en maison de redressement car les parents de Madeleine avaient porté plainte.

Le narrateur de l’histoire, Jack, a deux ans de moins que Joseph et décide de prendre Joseph sous son aile et de l’aider. Même si la communication est difficile entre lui et Joseph, car celui-ci est taiseux et a souffert de traumatismes, peu à peu on sent leurs liens se resserrer et l’ébauche d’une belle amitié se dessiner. Jack va devenir le témoin de la renaissance progressive de Joseph à la vie, et va tout faire pour l’aider, y compris envers et contre certains adultes et élèves qui condamnent Joseph d’avance.

Ce récit est tout simplement magnifique, dans un univers agricole, où la traite des vaches et l’amour d’une famille va permettre de renouer avec la vie et l’espoir, même si le destin semble se moquer des hommes et de ce qu’ils souhaitent.

Une histoire forte, belle et triste à la fois, qui m’a laissé les larmes aux yeux à la fin. A lire !

Un extrait : 

C’est comme ça, quelquefois. Vous savez qu’il va se passer quelque chose de bien et, même si ce n’est pas tout de suite, rien que de savoir que ça va arriver, vous avez envie de hennir et de vous ébrouer. Enfin, façon de parler.

Partager cet article
Repost0

 Le Pays des contes, 3. L’Eveil du dragon

Publié le par Doc Bird

« Le Pays des contes, 3. L’Eveil du dragon » de Chris Colfer, éditions Michel Lafon, collection Michel Lafon poche

Résumé : Depuis que les passages entre les deux mondes ont été irrémédiablement fermés, Conner ne peut plus communiquer avec Alex que par miroir interposé. Et il va y avoir urgence, car Conner découvre par hasard, en entendant des contes inédits des frères Grimm, que le Pays des contes va être envahi par une immense armée.

Mon avis : C’est avec un grand plaisir que j’ai trouvé ce troisième tome en médiathèque, car c’est une série que j’apprécie de plus en plus. On croyait que tout était bien qui finit bien, mais les contes ne finissent jamais…

Alex est heureuse au Pays des contes, et apprend avec bonheur auprès de sa grand-mère la magie, et elle va aussi rencontrer un jeune homme qui ne va pas la laisser indifférente. Conner est heureux car il va partir quelques jours en Allemagne avec d’autres élèves pour écouter trois contes des frères Grimm, et il y sera avec une jeune fille qui l’attire beaucoup, même s’il ne veut pas se l’avouer.

Mais il découvre qu’une immense menace pèse sur le Pays des contes, car une armée d’il y a deux cent ans va débarquer pour soumettre les différents royaumes ! Il doit donc trouver un moyen de se rendre dans le Pays des contes pour aider sa sœur ! Pour cela, il peut compter sur la Mère l’Oie, par qui ce malheur a commencé…

Comme dans chaque tome, le début commence assez calmement, puis soudain tout s’accélère et on est tenu en haleine par les différents rebondissements. Les jumeaux commencent à grandir, à découvrir l’amour, mais aussi leurs nouvelles responsabilités. Et la fin est étonnante, et donne envie d’en savoir plus en lisant la suite.

Ce que j’aime aussi beaucoup dans cette série, ce sont les divers conseils donnés mine de rien qui peuvent permettre aux adolescents de réfléchir et de mûrir en même temps que leurs héros.

Quelques extraits :

 Tu ne peux pas prendre soin des autres si tu ne prends pas soin de toi d’abord.

Si tu passes toute ta vie à craindre d’être blessée, tu ne vivras jamais. Il ne faut pas chercher à te protéger de toutes les mauvaises choses, sinon il ne t’arrivera jamais rien de bon non plus.

 Il le savait bien, les aventures se savourent toujours mieux lorsqu’on a quelqu’un avec qui les partager. 

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Frangine

Publié le par Doc Bird

« Frangine » de Marion Brunet, éditions Sarbacane, collection Exprim’

Résumé : Joachim et Pauline ont deux mamans et vivent entourés de bonheur et d’affection. Mais Pauline rentre en seconde et commence à aller mal. Au début, Joachim pense que c’est le temps de s’acclimater au lycée, mais il va comprendre que Pauline est harcelée à cause de ses mamans homosexuelles.

Mon avis : « Frangine » est un roman que j’ai emprunté à la médiathèque, car j’en avais entendu du bien, mais dont je ne connaissais pas le résumé. D’ailleurs la 4ème de couverture est un extrait du roman, et on ne sait pas trop à quoi s’attendre.

Dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire, racontée par Joachim, le grand frère de Pauline. Il est en terminale, pendant que sa sœur entre en seconde, et ne se fait pas trop de souci pour elle. Mais il va rapidement comprendre que cette dernière va mal, même si Pauline ne souhaite pas se confier, ou par bribes. Et il va découvrir que Pauline est harcelée par des Premières et des élèves de sa classe, en raison de ses deux mamans, elle est traitée de gouine, insultée, évitée. Joachim pense régler cela à sa façon, en utilisant la force et les poings, alors que Pauline préfère régler cela avec les mots.

Voici un roman très intéressant à faire lire à partir de la troisième et à des lycéens, qui aborde le thème de l’homosexualité sous un angle peu abordé en littérature jeunesse, celui des enfants d’un couple homosexuel, qui vivent bien, mais qui vont se retrouver confrontés au regard souvent plein de peur et de jugement des autres, y compris dans leur propre famille.

En trois parties, on découvre la plongée aux enfers de Pauline, sa pause de vacances qui lui permet de se ressourcer et d’envisager des solutions, et enfin sa mise en pratique. Les chapitres sont courts, incisifs, et mettent en avant les sentiments de chacun, Joachim bien sûr qui veut protéger sa petite sœur, découvre l’amour physique, et qui voit que tout ne peut pas se régler à sa façon, Pauline, jeune fille qui semble fragile, mais qui se révèle forte, les deux mamans qui vivent des difficultés comme dans tous les couples.

Un roman fort que j’ai lu d’une traite, dont je conseille vivement la lecture.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Je voulais juste être libre

Publié le par Doc Bird

« Je voulais juste être libre » de Claire Gratias, éditions Le Muscadier, collection Rester vivant

Résumé : Manon, 16 ans, est partie un soir de chez elle, et n’est jamais revenue. Pourquoi sa mère a-t-elle attendu aussi longtemps avant de prévenir la police ? Pourquoi sa meilleure amie ne reçoit aucune nouvelle ? Et quel rôle a joué Valentin dans sa fuite ?

Mon avis : Ce roman, initialement paru en 2015 aux éditions Rageot sous le titre « Entre nous et le ciel », est organisé en différents chapitres sous forme d’enquête menée par la police et d’interrogatoires. Progressivement, le lecteur est amené à comprendre ce qui s’est passé, ce qui se cache derrière les apparences, en sachant plus ou moins que cela va mal se terminer, car différents extraits de « Manon Lescaut » émaillent le récit. D’ailleurs l’héroïne porte son prénom, Manon.

Le récit dévoile progressivement le portrait de Manon, vue par tous ceux qui l’entourent ou qu’elle a croisé sur sa route.

Sa meilleure amie Salomé, qui présente une Manon à la fois fragile et rebelle, qui décide de quitter sa mère beaucoup trop directive, et qui va pencher vers les sombres côtés que sa mère voulait lui éviter. Sa mère qui pensait laisser un peu de liberté à sa fille qui se rebellait, et ne s’inquiétait pas trop. Valentin, amoureux transi et discret de Manon, qui va l’aider à prendre la fuite, et va découvrir l’amour qui rend fou et malheureux, jusqu’au pire…

Un roman fort qui montre que les parents ne peuvent pas empêcher ce qu’ils craignent le plus, et dont le comportement peut amener au pire, que la fragilité adolescente donne envie de tout essayer et de devenir libre de toute emprise, par tous les moyens, que l’amour peut faire très mal. Un roman noir qui fera réfléchir les lycéens.

Un extrait : 

Ceux qui pensent qu’on peut tout contrôler ou tout prévoir n’ont rien compris. Il faut savoir accueillir ce qui se présente. Vivre au présent.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Le Pays des contes, 2. Le Retour de l’Enchanteresse 

Publié le par Doc Bird

« Le Pays des contes, 2. Le Retour de l’Enchanteresse » de Chris Colfer, éditions Michel Lafon, collection Michel Lafon poche

Résumé : Alex et Conner s’ennuient du pays des contes, mais n’ont pas pu y retourner. Pire, ils n’ont pas revu non plus leur grand-mère la fée dont ils n’ont aucune nouvelle… Alors, lorsqu’ils découvrent que leur mère s’est fait enlever par l’Enchanteresse, qui veut dominer le pays des contes, ils passent outre les instructions de prudence, et décident de passer de l’autre côté pour agir et sauver leur mère !

Mon avis : J’avais bien apprécié le premier tome de cette série, qui revisite les contes et nous les fait voir d’un œil nouveau. Et le tome 2 tient toutes ses promesses.

Comme dans le tome 1, le début est un peu lent, peut-être aussi pour que le lecteur ressente l’ennui des jumeaux qui n’en peuvent plus d’attendre, puis le récit s’accélère quand Alex et Connor se rendent au pays des contes, et décident de partir en quête des éléments qui permettent de fabriquer un sceptre qui pourrait leur permettre de vaincre l’Enchanteresse.

J’ai pris du plaisir à suivre ces nouvelles aventures, où j’ai croisé une mère l’Oye très originale, plutôt flambeuse, loin de l’image de grand-mère qu’on aurait pu avoir, et où Rouge, petit chaperon de son état, est toujours aussi pénible mais a aussi de bons côtés… L’ensemble du récit est émaillé de petites leçons de morale (nous sommes dans des contes quand même !), qui permettent au lecteur de réfléchir sur lui-même, ses actions…

Une série que je lis avec plaisir !

Quelques extraits :

Alors trouve ton arme, trouve ta force, et brandis-la fièrement. Bats ces filles sur leur propre terrain en leur montrant que ta vie te convient parfaitement. 

 Est-ce qu’on a le choix ? S’il faut choisir entre le doute et l’espoir, je choisis l’espoir. C’est moins difficile d’être optimiste.

Tu crois qu’en privant les autres de leur bonheur, tu trouveras le tien, mais ce n’est pas comme ça que ça marche. Tu pourras courir après le bonheur toute ta vie, tu ne le trouveras pas tant que tu seras incapable de le reconnaître juste sous ton nez.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Celle que je suis

Publié le par Doc Bird

« Celle que je suis » d’Anne Loyer, éditions Slalom

Résumé : Anoki, 16 ans, mène à New Dehli une vie tranquille, dans une famille qui pousse ses enfants à réussir leurs études. Mais sa vie bascule brutalement quand elle comprend que les femmes ne peuvent pas choisir leur avenir comme les hommes.

Mon avis : Voici un roman dont j’avais beaucoup entendu parler sur la condition des femmes en Inde.

Le récit met en avant Anoki, qui vit dans une famille qu’elle pense moderne, vivant avec insouciance ses jeunes années. Mais elle va découvrir que la réalité n’est pas aussi rose qu’elle le croyait : sa belle-sœur ne peut pas travailler en tant qu’infirmière malgré son diplôme, car les hommes de la maison pensent qu’il est normal qu’une femme reste au foyer et s’occupe de son mari.

C’est le choc pour Anoki quand elle entend les réactions de son frère et de son père, et encore plus quand elle comprend que sa mère est d’accord avec ces paroles. Son monde s’effondre, et elle commence à se révolter, tout comme sa petite sœur Lila.

Et Anoki n’est pas au bout de ses surprises, car elle découvre que son envie de faire des études de journalisme est refusée par ses parents, et que ces derniers lui cherchent un futur mari, alors qu’elle est amoureuse d’un autre garçon.

Elle peut heureusement écrire à son autre frère parti en France faire des études, et qui évolue mentalement en s’ouvrant au monde occidental.

J’ai trouvé ce roman sur les difficultés de la condition féminine en Inde très fort, avec une héroïne qui se pensait libre et qui se retrouve rattrapée par les traditions. Elle va découvrir que les hommes, mais aussi les femmes, ne se posent pas de questions et souhaitent suivre les traditions, et que le concept de réussite et de bonheur personnels y sont bien étrangers. Elle va aussi découvrir qu’elle n’est pas la plus à plaindre, et que d’autres femmes subissent bien pire.

Le roman se termine sur une note positive, mais il faut comprendre que toutes les femmes n’ont pas le courage d’Anoki, à l’image de sa meilleure amie.

Un roman indispensable à lire pour faire avancer la cause des femmes.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Parée pour percer. Tu peux pas m’arrêter

Publié le par Doc Bird

« Parée pour percer. Tu peux pas m’arrêter » d’Angie Thomas, éditions Nathan

Résumé : Bri, 16 ans, va au lycée, mais rêve surtout de devenir rappeuse et d’en vivre. Mais sa volonté peut-elle suffire avec sa mère qui perd son travail, son frère obligé d’arrêter ses études pour prendre un job et son caractère qui peut lui jouer des tours ?

Mon avis : Ce roman est le deuxième que je lis d’Angie Thomas, et elle y met en avant son thème de prédilection : parler des quartiers noirs difficiles des Etats-Unis, où l’horizon semble bien bouché quand on est noir ou latino, et où le danger rôde partout, des blancs qui ont peur d’eux et peuvent mal interpréter une parole ou un geste, aux vigiles qui les soupçonnent de vol ou de violence systématiquement.

Avec ce nouvel opus, Angie Thomas met en avant une héroïne au caractère bien trempé, Bri, qui vit pauvrement avec son mère et son frère. Ce dernier travaille pour rapporter de l’argent à la maison, sa mère perd son emploi et a des difficultés à en retrouver un avec un CV avec des trous liés à la drogue, sa tante ramène parfois de l’argent et  de la nourriture car elle appartient à un gang, son père, rappeur qui aurait pu devenir célèbre, a été tué par un membre d’un gang quand elle était petite, il n’y a pas toujours de chauffage, d’électricité ou à manger tous les jours.

Bri possède en elle une force incroyable, elle sent qu’elle peut percer dans le monde du rap, surtout après une battle et un de ces raps qui commence à la faire connaître. Elle est aussi et surtout une écorchée vive, dans la réaction et la surréaction, ce qui va lui jouer des tours.

Mais Bri va aussi apprendre de la vie, s’interroger sur ses sentiments, sur son comportement, et elle va ainsi entamer un travail sur elle-même, pour savoir qui elle est et ce qu’elle veut vraiment, en accord avec elle-même. Elle a une grande force intérieure en elle, mais fait des bêtises, et son destin est compliqué par ses conditions de vie, par les a priori racistes dans son pays.

Un roman fort, au langage cru des cités, qui vous donne envie de vous battre et de rapper pour un monde meilleur plus respectueux de la différence. Et le chemin est long… En plus, vous découvrirez ou redécouvrirez des rappeurs américains connus ou moins.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

 Wicca - Le manoir des Sorcelage

Publié le par Doc Bird

« Wicca - Le manoir des Sorcelage » de Marie Alhinho, éditions Poulpe Fictions

Résumé : Octobre et Avril sont frères et sœurs, et appartiennent à une lignée de sorciers Wicca. Ils mènent une vie parfaitement normale au collège, et Avril doit cacher à sa meilleure amie, Nour, son secret. Mais une pierre du cercle magique qui protège leur région disparaît, et des forces maléfiques pourraient en profiter…

Mon avis : Voici un roman dont j’ai entendu parler, avec une belle couverture qui m’a donné envie de lire. Les deux héros, Octobre et Avril, sont représentés à la fois assez proches de la nature, et avec des éléments qui font penser à la sorcellerie, sur fond de manoir hanté. Et c’est exactement ce qu’on découvre à l’intérieur du livre, avec un manoir qui n’en fait parfois qu’à sa tête, des personnages proches de la nature, et un mystère à résoudre.

Car Octobre et Alice vont participer à la quête de la pierre disparue, et vont rapidement comprendre que des forces obscures vont en profiter, surtout Avril.

J’ai trouvé la première partie de ce roman un peu lente, avec  la découverte par Nour qu’Avril et Octobre sont des sorciers, mais la seconde partie est beaucoup plus palpitante, avec la force démoniaque qui apparaît et pourrait tout faire basculer, ainsi que la révélation de la véritable nature de Nour. J’ai aussi apprécié la présence du feu follet H qui apporte une belle touche d’humour et de décalage au niveau langagier.

Au final, un roman intéressant qui devrait attirer les lecteurs fans d’aventures fantastiques, avec une réflexion sur la connaissance de soi, la confiance en soi et l’amitié.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>