Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lectures-romans

La Bête et Bethany 

Publié le par Doc Bird

« La Bête et Bethany » de Jack Meggitt-Phillips, illustrations d’Isabelle Follath, éditions Bayard jeunesse

Résumé : Ebenezer vit depuis plus de 500 ans avec un monstre horrible qui sent le chou bouilli, mais lui donne tout ce qu’il veut, dont une potion d’éternité, en échange de nourriture. Mais un jour, la Bête lui réclame un plat original, un enfant bien dodu ! Ebenezer est horrifié, mais part en quête de l’enfant le plus détestable possible. Et il va rencontrer Bethany, une fille au fort caractère…

Mon avis : Nous voici dans l’automne où les nuits commencent à empiéter sur les jours, et cachent des ombres menaçantes. Et ce roman proposé par Babelio et les éditions Bayard, que je remercie pour l'envoi,  tombe à pic en cette saison.

Rien que la couverture nous donne un avant-goût de ce qui attend le lecteur qui osera ouvrir ce livre, et tomber face à un monstre puant et hideux.

Le monstre, ou plutôt la Bête, vit au dernier étage de la maison d’Ebenezer, et peut manger les mets les plus exotiques ou impossibles, qu’Ebenezer lui fournit, car elle a un pouvoir magique, qui lui permet de faire sortir de sa gueule tout ce qu’il désire, et surtout la potion de vie éternelle. Tout va bien entre Ebenezer et la Bête depuis des centaines d’années, 511 ans pour être précis.

Ebenezer vit une vie de rêve, et parcourt parfois le monde en quête de nourriture rare et insolite pour la Bête : ours polaire, meuble rare, ou perroquet chantant. Mais un jour la Bête exige de goûter à un enfant.

Ebenezer est horrifié de la demande, essaye de refuser, mais il a besoin de sa potion de jeunesse. Alors il part en quête d’un enfant, mais c’est plus difficile à attraper que prévu, car il y a toujours des parents avec eux. Il va alors se rendre dans un orphelinat, où il va rencontrer l’enfant parfaite, suffisamment détestable pour qu’il ne regrette pas de la donner à manger : Bethany, qui refuse une bonne éducation, vole, fait des bêtises, est insolente…

Mais Bethany a plus d’un tour dans son sac, elle trouve la Bête moche et grosse, et la Bête ne la trouve pas assez grosse.

Ebenezer a alors quelques jours pour la rendre dodue, alors qu’il sent le manque de la potion d’éternité, et se sent vieillir chaque jour. Et lui qui ne souhaitait qu’une chose, se débarrasser au plus vite de l’horripilante Bethany, va alors découvrir qu’il peut aussi s’attacher à elle malgré son mauvais caractère. Et Bethany va aussi découvrir un adulte différent des autres, qui pourrait bien la faire changer de comportement. Mais comment échapper à la Bête ?

Voici un roman que j’ai bien aimé, mêlant à la fois un humour pince sans rire à l’anglo-saxonne, une histoire de monstre horrible et puant à souhait, du fantastique, une jeune fille au caractère un peu trop bien trempé, un homme immortel qui va découvrir l’amitié et l’attachement, nous donnant une histoire originale, réjouissante, et effrayante à la fois.

Ce roman permet de réfléchir sur le pacte qu’on peut parfois nouer avec le diable, et l’illusion d’une vie rêvée, mais qui est payée chèrement. Car la Bête veut qu’Ebenezer ne soit attachée qu’à elle, et a un argument de poids avec sa potion d’éternité, pour que ce dernier lui obéisse, n’hésitant pas à faire tout ce qui est demandé. L’arrivée de Bethany va le faire sortir de sa zone de confort, et il va oser penser par lui-même, vivre vraiment sa vie avec les autres, et oser faire ses propres choix.

Et l’histoire se termine en laissant la porte ouverte vers un tome 2 prévu en 2023, qui se sera certainement tout aussi truculent !

Quelques extraits :

 Une vie de rêve peut transformer quelqu’un en un affreux individu. Quelqu’un qui a tendance à oublier que beaucoup de gens ont des problèmes et n’éprouve finalement ni intérêt ni compassion pour les autres.

A chaque fois qu’il avait consenti à l’aider pour obtenir son élixir ou n’importe quel cadeau en échange, il avait commis un acte barbare

Excusez-vous pour les erreurs que vous avez commises et souvenez-vous des amis que vous avez perdus, mais laissez tomber les remords. Quand on s’attarde trop longtemps sur le passé, on oublie de vivre.

Partager cet article
Repost0

En apnée

Publié le par Doc Bird

« En apnée » de Meg Grehan, éditions Talents hauts

Résumé : Maxime a 11 ans, sait qu’elle a un prénom étrange pour une fille, a peur parfois, et a soif de connaissances pour savoir quoi faire si quelque chose arrivait. Et Maxime découvre aussi en elle un sentiment inconnu par rapport à son amie Chloé. Serait-ce de l’amour ?

Mon avis : Ce roman écrit en vers libre peut être lu en silence ou scandé à voix haute, révélant la force des mots de Maxime, jeune fille qui se pose des questions sur la vie, ses peurs, mais aussi ses sentiments. Car Maxime ressent au fond d’elle un sentiment nouveau pour son amie Chloé, et n’arrive pas à le nommer. Elle va progressivement comprendre qu’il s’agit d’amour. Elle va alors vouloir enquêter pour savoir si c’est possible qu’une fille aime une autre fille.

Ce que je viens d’écrire sur ce roman n’est pas à la hauteur du texte, que je trouve magnifiquement écrit, et de la finesse des interrogations et des réflexions de Maxime, qui aime sa maman, a peur quand celle-ci pourrait aller mal, est avide de savoirs, ne comprend pas pourquoi elle ressent certaines peurs et fait des cauchemars, veut en savoir plus sur la vie sous-marine, et découvre un sentiment nouveau en elle : son amour pour Chloé.

Elle trouvera certaines réponses à ses interrogations auprès de la bibliothécaire, un modèle d’approche par rapport à la question de l’homosexualité, qui va comprendre à demi-mots les questions de Maxime, et va l’aider à trouver des réponses dans les livres.

Une belle histoire sur l’amour féminin.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Interfeel, 2. Les résistants

Publié le par Doc Bird

 « Interfeel, 2. Les résistants » d’Antonin Atger, éditions Pocket jeunesse

Résumé : Après l’arrêt d’Interfeel pendant près de 5 minutes, Nathan a disparu, enfermé dans une prison-alvéole dont personne ne sait où elle se trouve. Chacun de ses amis a alors décidé de s’engager dans la résistance, selon des voies différentes…

Mon avis : Ce tome 2 est tout aussi passionnant que le premier, et ma seule déception est qu’il ait été plus court que le précédent 😉.

Dans ce tome 2, Nathan n’apparaît plus dans le récit, sauf pour savoir qu’il est emprisonné dans un endroit inconnu. Par-contre, nous suivons les parcours de ses différents amis.

Elizabeth a pris la tête de la résistance passive dans le quartier est de la ville, depuis que son frère a été arrêté, et rassemble les forces vives de l’informatique pour contrer Interfeel.

Adila et Nadem suivent les indications de Kassandra Kacem, et partent en direction du pays rouge pour retrouver la trace du créateur d’Interfeel.

Hanek, le professeur Claude et Talak partent à la recherche de l’endroit que leur signal le nouveau réseau de l’opale.

Et Kassandra Kacem veut se venger de Vlad Ekaton, et enquête de son côté.

On suit avec passion leurs différentes déambulations, et on voit surtout les différents adolescents évoluer psychiquement et émotionnellement, apprenant à accueillir leurs émotions pour mieux les dépasser.

Par rapport au tome 1, il n’y a pas de grosses révélations ni de gros rebondissements, mais on sent qu’un nouveau fil de résistance se tisse, et le tome 3 va sûrement nous révéler des surprises !

Une belle série addictive à suivre !

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Interfeel 

Publié le par Doc Bird

« Interfeel » d’Antonin Atger, éditions Pocket jeunesse, collection Pocket jeunesse

Résumé : Interfeel est un réseau auquel presque tout le monde est connecté, et qui permet de partager ses émotions. Du coup, les émotions violentes ont disparu, chacun souhaitant donner une bonne image de lui. Nathan vit avec Interfeel depuis qu’il est né, mais la défenestration de son professeur de philosophie va remettre en cause tout ce qu’il pensait pour acquis. Et si Interfeel les contrôlait et limitait les libertés ?

Mon avis : Voici un roman jeunesse très bien fait qui permet aux lecteurs de réfléchir sur la notion de liberté et d’asservissement volontaire, et qui comporte beaucoup d’aventures, de rebondissements et de revirements assez étonnants !

Nathan mène une petite vie tranquille avec ses amis, habitué à connaître les émotions des autres grâce au réseau Interfeel, dont il ne pourrait pas se passer. Mais un jour, leur professeur de philosophie va créer un électrochoc chez Nathan et ses amis, car il va se jeter par la fenêtre en plein cours. A partir de là, Nathan va commencer à s’interroger.

Et sa rencontre avec Elizabeth, une « sans-Réseau », va le pousser à aller plus loin dans ses investigations et ses interrogations. Et il pense que le professeur, encore vivant malgré sa chute, pourrait lui apporter des éléments de réponses.

Mais les Forces Spéciales au pouvoir s’interrogent aussi sur ce professeur…

Ce roman m’a fait penser par certains côtés à la série « Uglies » que j’avais bien appréciée, avec cette idée de réseau où chacun vit heureux dans sa bulle, sans trop de connexion réelle avec les autres, mais où un fait va tout remettre en cause, avec la découverte d’une communauté qui vit à part, et que le pouvoir voudrait bien infiltrer et détruire.

Les événements s’enchaînent rapidement, et on assiste à l’éclosion d’une nouvelle réflexion par lui-même de Nathan, mais malgré tout, les autres ont aussi une influence, et Nathan pourrait bien tomber dans un piège en voulant détruire Interfeel.

Un bon roman d’anticipation que je recommande !

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

 Fable, 1. L’aventurière des mers

Publié le par Doc Bird

« Fable, 1. L’aventurière des mers » d’Adrienne Young, éditions Rageot

Résumé : Fable vit sur l’île de Jeval depuis plusieurs années, depuis que son père, un riche marchand, l’a abandonnée sur cette île le jour du naufrage du bateau où sa mère a trouvé la mort. Elle a maintenant 17 ans, et a appris à survivre seule, en ne faisant confiance à personne, et en plongeant dans la mer pour récupérer des carmines, des gemmes rouges qu’elle revend pour gagner suffisamment d’argent pour se payer la traversée vers le continent et retrouver son père à qui elle veut demander des comptes et trouver une place auprès de lui.

En embarquant sur le Marigold, elle va rencontrer le capitaine West et son équipage, et va devoir faire ses preuves pour gagner sa place et pouvoir arriver à bon port. Mais la traversée va se révéler plus compliquée que prévu, car chacun cache des secrets et les apparences ne correspondent pas toujours à la réalité…

Mon avis : Merci à Babelio et aux éditions Rageot de m’avoir proposé la lecture de ce titre, avec ce roman qui m’a attirée avec sa très belle couverture et avec l’impression de rencontrer une héroïne forte, à qui la vie ne va pas faire de cadeaux, et qui va devoir se battre pour trouver sa place. Et c’est tout à fait cela que j’ai rencontré dans ce roman.

Certes, le démarrage a été un peu long pour moi, mais à partir du moment où Fable met les pieds sur le Marigold, les aventures s’enchaînent, on croise des personnages hauts en couleurs qui cachent tous des mystères, et Fable se révèle une jeune femme aux ressources insoupçonnées, qui suit les règles de son père pour pouvoir survivre, et qui ose faire ses choix et avancer dans sa vie. Elle semble promise à un destin exceptionnel, entre sa connaissance du monde maritime des marchands, et sa connaissance des gemmes, mais en même temps, ses atouts peuvent aussi devenir des handicaps. Surtout que personne ne sait qu’elle est la fille de Saint, un riche marchand, et qu’elle commence à ressentir de l’attirance pour West, le capitaine du Marigold.

Un roman addictif qui nous plonge dans le monde de la mer, des marchands maritimes, où tous les coups sont permis, où chacun doit cacher ce qu’il est pour s’en sortir, avec une héroïne au caractère bien trempé. Les dernières pages sont riches en rebondissements et révélations, et donnent envie de connaître le tome 2. Mais pour cela, il faudra attendre le printemps 2023 !

Quelques extraits :

 Il fallait suivre cinq règles (…)
1. Garde toujours ton couteau à portée de main.
2. Ne sois jamais redevable envers quiconque.
3. Rien n’est gratuit.
4. Invente toujours les mensonges à partir de la vérité.
5. Quelles que soient les circonstances, ne dévoile jamais ce qui est cher à ton cœur. 

Il ne parlait pas seulement de la nourriture, d’une traversée ou des vêtements qu’on portait. Il parlait du respect. De la sécurité. De la protection. Personne ne vous les devait, c’était à vous de les gagner. 

Les négociants en gemmes avaient besoin de ce genre d’accessoire, car ils étaient incapables d’évaluer les pierres comme je le faisais. Ils ne comprenaient pas leur langue, constituée de lumière et de vibrations, et ils ignoraient comment décrypter leurs secrets

Partager cet article
Repost0

Les lumières de septembre

Publié le par Doc Bird

« Les lumières de septembre » de Carlos Ruiz Zafón, éditions Robert Laffont

Résumé : Eté 1937. Simone Sauvelle arrive avec sa fille Irène et son fils Dorian dans la demeure de Cravenmoore. Simone est embauchée par Lazarus, un fabricant de jouets. Mais une ombre rôde et pourrait tout emporter sur son passage.

Mon avis : Ce roman conclut la trilogie de Carlos Ruiz Zafón, et ce dernier m’a plus plu que les autres. Comme dans les deux autres titres, on comprend tout de suite que Cravenmoore cache de sombres secrets, et que les automates qui l’habitent pourraient se révéler effrayants une fois la nuit venue.

C’est dans cette grande demeure mystérieuse que va travailler Simone, pensant mettre ses difficultés de côté et avoir une vie meilleure. Mais une ombre rôde et pourrait bien tout faire basculer.

Et les malheurs commencent, avec la mort affreuse d’Hannah, qui faisait la cuisine. Sa mort semble avoir réveillé une ombre menaçante qui décide de s’en prendre à Simone et à sa famille.

La tension monte crescendo dans ce roman, et le passé s’invite pour faire mourir le présent et toute forme de bonheur. Car lorsqu’enfant, on vend son âme au diable sans le savoir, celui-ci vient toujours réclamer son dû.

Un roman qui montre, comme dans le tome 2, que les hommes possèdent tous une part d’ombre en eux, et quand elle rejaillit des ténèbres, elle fait des ravages.

Et si finalement, la plus grande lutte était celle de chacun contre sa part de ténèbres ?

Partager cet article
Repost0

 Brouzouf tour ou la folle virée avec ma grand-mère complètement barrée

Publié le par Doc Bird

« Brouzouf tour ou la folle virée avec ma grand-mère complètement barrée » de Cécile Chartre, éditions du Rouergue, collection Doado

Résumé : Victorien part sur les routes avec sa grand-mère Colette, car elle va participer à une émission TV et pense bien remporter la mise ! Mais le chemin pour arriver à Paris sera semé de détours…

Mon avis : Voilà un roman bien déjanté qui va nous emmener sur les routes de France avant d’arriver à Paris.

On monte en voiture avec Victorien et son inénarrable grand-mère Colette, qui vont faire du covoiturage pour aller à Paris. Mais Colette a aussi décidé que ce voyage était aussi l’occasion de retrouver son ancien amour, à qui elle n’avait jamais avoué ses sentiments.

Première étape avec Montpellier, où Victorien va faire des rencontres inattendues, avec la rencontre de Barbara, prostituée au grand cœur, puis direction Saint-Etienne pour retrouver l’ancien amour de Colette. 

Et alors, l’objectif de Paris pour gagner au jeu TV ? Il n’est pas oublié, mais l’essentiel n’est pas dans l’arrivée, mais dans la route et ses chemins détournés.

Un roman que j’ai apprécié en tant qu’adulte, mais je ne sais pas si les élèves seront sur la même longueur d’ondes par rapport à l’humour décalé.

Un extrait 

Parce que des fois, à trop vouloir bien faire, on fait tout mal. Et on passe complètement à côté de l’essentiel.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Météore

Publié le par Doc Bird

« Météore » d’Antoine Dole, éditions Actes Sud Junior, collection D’une seule voix

Résumé : Sara est née dans un corps de garçon, et se sent depuis toujours femme. Elle a décidé de révéler au grand jour qui elle est vraiment, malgré ses peurs, ses doutes, et l’incompréhension et la haine des autres.

Mon avis : La collection D’une seule voix propose des textes qui souvent sont des électrochocs. Ici, Antoine Dole a écrit un texte fort, scandé comme de la poésie, et fort au niveau des mots et des émotions.

Sara décide de sortir dans la rue en robe, et va se faire insulter et frapper. Ce sera l’occasion pour elle d’exprimer son ressenti, son impression pendant des années de ne pas être née dans le bon corps, son dégoût d’elle-même, ses idées noires, son parcours du combattant avant de pouvoir mettre des mots sur ce qu’elle ressent, et son envie de devenir elle-même, une femme libre de ses choix.

Le texte met aussi en avant le conditionnement et les stéréotypes liés au genre. Un texte à lire à voix haute avec les élèves pour en parler avec eux et faire réfléchir.

Quelques extraits :

 

Cette vie nous demande des choix. Sans cesse. S’écrouler ou se battre. Se cacher ou affronter. Disparaître ou exister. Ce ne sont pas les autres qui font ces choix. C’est nous, et seulement nous. Cette voix intérieure. Cette intime conviction. 

 Vous pouvez vous débattre autant que vous voulez, sans cesse on vous rattrape pour vous remettre dans votre case. On ne vous laisse pas le choix. Pas cette liberté. On vous dit que vous êtes un garçon, que vous allez aimer ceci ou cela.

C’est quoi être un garçon ? C’est quoi être une fille ?
Est-ce que c’est d’avoir les cheveux courts et porter du bleu ?
Est-ce que c’est avoir des gros seins et se maquiller ? 

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

Le palais de minuit 

Publié le par Doc Bird

« Le palais de minuit » de Carlos Ruiz Zafón, éditions Robert Laffont

Résumé : Calcutta en 1916. Ben et Sheere, jumeaux, ont été séparés dès la naissance pour éviter d’être tués. Ben est recueilli dans un orphelinat, tandis que Sheere vit avec sa grand-mère. Arrive l’anniversaire de leurs 16 ans, où ils vont se rencontrer, et découvrir qu’un personnage diabolique se met à leur poursuite…

Mon avis : « Le palais de minuit » est le tome 2 de la trilogie faisant suite au « Prince de la brume », mais il peut être lu indépendamment, car en dehors de la présence d’une ombre maléfique et malveillante, les héros de l’histoire sont différents.

Dans une Inde pleine d’ombres et de mystères, Ben, bientôt 16 ans, vit dans un orphelinat, où il a fondé la Chowdar Society avec six amis, se réunissant au Palais de minuit, un palais en ruines, et se promettant entraide mutuelle. Peu de temps avant son anniversaire, Ben va faire la rencontre de Sheere, qui est en fait sa sœur, et tous deux vont avoir à peine le temps de se connaître, que va apparaître un danger insaisissable et diabolique, qui les poursuit dans leurs cauchemars comme dans la vie.

Ils vont devoir lutter et se protéger contre une entité maléfique, et découvrir ce qui s’est vraiment passé dans l’ancienne gare qui a pris feu et où leur père est mort.

Ce tome 2 est plein de mystères et met en avant, comme dans le tome 1, un être fait de brume, de feu et de vengeance, qui semble pouvoir parvenir à ses fins.

Un roman où des adolescents sont les héros, mais qui peut être lu, tout comme le tome 1, par des adultes comme par des ados.

Si vous appréciez l’étrange et l’inexplicable, et aimez avoir peur dans la nuit et ses possibles dangers, ce roman devrait vous plaire.

Partager cet article
Repost0

C’est moi qui décide !

Publié le par Doc Bird

« C’est moi qui décide ! » de Roland Godel, éditions Oskar, collection Droits de l’enfant 

Résumé : Estelle se rend compte que sa meilleure amie, Safiyé, a changé depuis plusieurs semaines, car elle ne vient plus aux cours de piscine. Quel secret cache-t-elle ?

Mon avis : Ce roman met en avant le combat d’une jeune fille, Safiyé, contre l’intégrisme religieux de son père qui ne veut plus qu’elle aille à la piscine, car elle grandit, et ne doit pas se montrer en maillot de bain aux yeux des hommes.

Safiyé va se confier à Estelle, sa meilleure amie, et Estelle va soutenir Safiyé dans sa lutte pour la liberté. Mais le chemin va être difficile, car le père de Safiyé pense que ce qu’il exige est bon pour sa fille, car respectueux de sa culture religieuse, et n’imagine même pas qu’on puisse le contredire. Estelle en parlera à ses parents et à sa maîtresse, mais c’est Safiyé qui devra mener le long combat pour accéder à sa liberté, et avoir le choix de prendre ses propres décisions.

Le texte est court et incisif, et montre les points de vue sur le sujet, permettant de comprendre l’ampleur du travail à faire pour convaincre que les enfants aient la liberté de choix. Un beau texte à partager pour en discuter.

Publié dans Lectures-romans

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>