Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

masse critique babelio

Sialimar 

Publié le par Doc Bird

« Sialimar » de Emad Jarar, éditions Iggy Book

J’ai reçu ce roman lors d’un Masse Critique spécial qui me proposait de le lire. Je remercie d'ailleurs Babelio et l'auteur de me l'avoir proposé.

Il s’agit d’un roman d’anticipation, l’histoire se passant en 2032, dans un état imaginaire, la Romagnie, où vit Elyas, qui travaille dans le milieu de la banque, réside dans la capitale, se pense athée, mais d’origine musulmane, s’est marié avec Sophia, une femme de Romagnie, avec qui il a eu deux enfants. Il ne s’interroge guère sur sa vie et sa spiritualité, se pensant libre penseur, capable de toujours avoir le dernier mot avec ses arguties, satisfait de sa vie actuelle. Il a réussi dans la vie en quittant sa famille et ses origines à Sialimar, a monté les échelons de la société, s’est bien intégré, jusqu’à devenir ce qu’il est actuellement. Il parle parfois religion avec son chauffeur, Brahim, qui accepte le Coran comme une vérité, même s’il ne comprend pas tout.

Mais sa vie va changer radicalement le jour où il apprend l’assassinat de sa cousine, qu’il n’avait jamais revu depuis son départ, possiblement tuée pour ses convictions religieuses. En allant à son enterrement, il renoue le lien avec son oncle et son cousin, et avec ses origines. Il va alors être profondément remué, et se rallier à la cause musulmane en Romagnie.

Je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal à me mettre à la lecture du roman, car je m’attendais à un récit de fiction, et le début ressemble plutôt à un essai qui met en avant les différents courants de pensée au sein de la communauté musulmane, et met en avant la violence liée au Coran. Le récit commence ensuite, mais sans beaucoup d’action, même s’il y en a quand même à certains moments, notamment vers la fin du récit.

On est plutôt confronté aux idées d’Elyas, son introspection, ses réflexions autour de la religion musulmane, du Coran, de sa vision politique sur la Romagnie qui a accueilli beaucoup d’immigrés musulmans, leur a offert des aides, et se retrouve confrontée à l’intégrisme.

Et c’est d’ailleurs ce qui rend son revirement complet totalement étonnant, il semble finalement lié pied et poings à ses racines, comme s’il était impossible de pouvoir se défaire des ses origines. La mort de sa cousine semble avoir été le déclencheur, comme s’il se sentait coupable, et qu’il ne voit d’autre avenir que dans l’aide à sa famille qu’il a quittée et qu’il souhaite aider dans sa volonté d’indépendance en Romagnie, quitte à perdre la famille qu’il a fondée.

Et apparaît aussi dans le récit Safia, son amour de jeunesse, qui elle aussi s’est engagée dans la cause, montrant en filigrane l’importance de la femme, qui peut faire évoluer les choses.

L’écriture de l’auteur est très littéraire, et j’ai vraiment trouvé touchant que ce dernier, dans sa lettre de présentation jointe à l’envoi, s’excuse par avance des coquilles qu’il a corrigées manuellement, ce qui représente un gros travail.

En conclusion, voici un roman qui tient parfois plus de l’essai, et qui demande un bon niveau de concentration, permettant de réfléchir sur la question de la religion musulmane, l’intégrisme, l’intégration, la liberté de penser….

Partager cet article
Repost0

La ferme des animaux 

Publié le par Doc Bird

« La ferme des animaux » d’après George Orwell, scénario de Maxe L’Hermenier, dessin de Thomas Labourot, couleur de Diego L. Parada, éditions Jungle, collection Jungle Pépites

Résumé : Les animaux de la ferme se révoltent un jour, et chassent le fermier qui les exploitait. Ils décident de mettre en place un régime où tout le monde est égal et contribue au bien commun. Mais les cochons en deviennent les chefs et le bel idéal bascule…

Mon avis : Sachant il y a plusieurs mois que j’allais recevoir cette adaptation BD des éditions Jungle et de Babelio, que je remercie, j’avais relu auparavant le roman de George Orwell pour me remettre dans le bain de l’histoire, et pouvoir comparer le roman et la BD.

Et une fois de plus, les éditions Jungle ont réussi leur pari et l’adaptation faite par Maxe L’Hermenier est vraiment de qualité !

Commençons par la couverture, toute en rouge et or, avec son drapeau mêlant corne et sabot, rappelant fort bien le marteau et la faucille des communistes en U.R.S.S., et qui met en avant les principaux protagonistes de l’histoire : les cochons Boule de neige et Napoléon, les chiens de Napoléon, les poules, le cheval et l’âne.

Tout commence comme un idéal réalisé, tous les animaux de la ferme réussissent à faire fuir le fermier, et forment une communauté où tout le monde est égal, et où chacun participe aux tâches de la ferme. Mais ce bel idéal va se fissurer rapidement, avec la prise de pouvoir par les cochons qui ont appris à lire plus vite et sont intelligents.

Rapidement, les cochons s’octroient de nouveaux droits, tandis qu’une lutte s’engage entre les deux principaux chefs, Boule de neige et Napoléon, qui va se terminer par la victoire de Napoléon, qui va alors régner sans partage, et devenir un maître finalement plus cruel que l’ancien fermier. Les animaux vont se retrouver alors avec plus de travail à faire qu’auparavant, devenus des esclaves vivant dans la terreur. Au final, les cochons vont devenir semblables aux humains qu’ils haïssaient auparavant.

Cette BD est très réussie, l’adaptation n’oubliant aucun moment clé du récit, et les illustrations mettant en scène les animaux correspondent bien avec leurs différents caractères. Seul bémol, la BD insiste moins sur le caractère bête et suiveur des moutons et leurs répétitions incessantes du slogan « Quatre pattes oui ! Deux pattes, non ! ».

C’est donc une belle découverte pour rencontrer le monde d’Orwell, et lire cette satire du stalinisme. A la fin, des explications et des jeux permettent de s’approprier l’histoire.  

Partager cet article
Repost0

Les 12 lois du karma

Publié le par Doc Bird

« Les 12 lois du karma » de Sandy Hinzelin & Anaka, éditions Jouvence

J’ai été très contente de recevoir ce livre dans le cadre du Masse critique Babelio non fiction, et je remercie les éditions Jouvence pour l’envoi.

En ces temps compliqués où tout change tout le temps, je trouve que la lecture de ce livre tombe à point, car il met en avant la notion d’impermanence, que notre ego essaie de vite évacuer, et donne des pistes pour que chacun puisse s’engager dans le changement de soi-même.

Sandy Hinzelin est docteur en philosophie et professeur de yoga, et Anaka est photographe, et engagée dans la pratique méditative. Elle a d’ailleurs réalisé une expo photo pour présenter les 12 lois du karma, et certaines de ses photos sont reprises dans cet ouvrage.

J’avais déjà un peu entendu parler des 12 lois du karma, notamment à travers une petite vidéo (voir ici).  Mais je n’avais pas vraiment approfondi ce sujet.

C’est maintenant chose faite avec ce livre qui bouscule un peu du train train de nos habitudes, et éclaire le sujet du karma et propose des pistes pour changer et avancer dans la voie spirituelle.

Chaque chapitre présente une des 12 lois du karma, en partant d’une photo prise par Anaka, puis explique cette loi, en proposant des pistes d’action pour amorcer le changement, et enfin en proposant une pratique tirée du yoga. Chaque chapitre est émaillé de citations de sages, et se termine avec un rappel de l’essentiel à retenir.

J’ai trouvé ce livre très riche, et il a trouvé de l’écho en moi. Il montre que chaque action (en pensée, en parole ou en acte) a des conséquences aussi bien sur nous que sur le monde qui nous entoure, et qu’il existe une voie pour progresser : développer la bienveillance, la force intérieure, l’humilité, l’honnêteté, la patience, la responsabilité, s’ancrer dans le corps, comprendre que tout change, vivre dans l’instant présent…

Un livre à lire et à relire pour s’en imprégner et progresser vers une meilleure version de soi-même.

Partager cet article
Repost0

 Un cœur gros comme une étoile 

Publié le par Doc Bird

« Un cœur gros comme une étoile » de Sarah Allen, éditions Milan

Résumé : Lorsque la professeur d’histoire demande de faire des exposés sur des personnes présentées dans leur manuel, puis sur des personnes qui n’y sont pas et que le manuel a oublié, Libby sait tout de suite qu’elle va travailler sur Cecilia Payne, qui a découvert de quoi étaient faites les étoiles, et dont un homme s’est approprié ses résultats et le succès. Et ce projet va d’autant plus lui tenir à cœur qu’il pourrait aider sa famille.

Mon avis : Je vous présente Libby, jeune collégienne un peu différente des autres, qui va vous emmener dans son univers et sa vie, et qui j’espère saura toucher votre cœur. 

Libby n’est pas tout à fait comme les autres, car elle est atteinte du syndrome de Turner, une maladie génétique. Concrètement elle a un physique un peu plus épais, une petite taille, est atteinte de surdité, et ne pourra pas avoir d’enfants, car elle a un seul chromosome X, l’autre n’étant pas apparu. Elle rencontre aussi des difficultés d’apprentissage dans certains domaines, comme par exemple jouer du piano, et a aussi des difficultés pour nouer des relations et communiquer avec les autres. Elle est donc souvent seule au collège, se réfugie à la bibliothèque, et est parfois l’objet de moqueries. Mais une nouvelle élève, Talia, arrive dans sa classe, et elles vont toutes deux se lier d’amitié.

Lorsque leur professeur d’histoire leur présente les différents projets de l’année, où il faut présenter des personnes connues, et d’autres méconnues, Libby décide de travailler sur Cecilia Payne, qui est la première à avoir découvert de quoi étaient constituées les étoiles. Elle pense aussi participer à un concours d’écriture de lettre pour présenter ce personnage. Et ce projet lui tient d’autant plus à cœur que sa sœur, Nonny, est enceinte, et que Libby veut plus que tout que le bébé soit en bonne santé, et pas comme elle, et qu’elle voudrait aider financièrement sa sœur qui a des problèmes d’argent.

Pour cela, il faut qu’elle remporte le premier prix ! Elle passe alors une sorte de pacte avec Cecilia Payne pour réussir : en mettant en avant Cecilia Payne et ses découvertes et en gagnant le prix, elle souhaite en échange que tout se passe bien pour Nonny et son bébé. Et Libby ne ménagera pas ses efforts…

J’ai vraiment été enchantée par ce roman qui non seulement met en avant une héroïne différente, atteinte d’un handicap que je ne connaissais pas, et dont l’auteur parle si bien parce qu’elle en est elle-même atteinte, mais aussi pour la découverte des femmes oubliées par l’histoire, et dont les hommes se sont ensuite appropriés les résultats de leur travail.

Libby est une jeune fille très courageuse et très intelligente, mais elle possède aussi des qualités de cœur très importantes comme le courage malgré la peur, la persévérance, l’amour pour sa famille, son dévouement, son envie de progresser…

Je remercie beaucoup Babelio et les éditions Milan pour ce livre reçu lors du dernier Masse critique, et je vous conseille sa lecture riche en émotions.

Quelques extraits : 

Autrement dit, j’ai moi aussi un rôle à jouer dans l’univers – peu importent ma petite taille, mon patrimoine génétique et les cicatrices

La peur ne disparaît pas, dit-elle. Mais on apprend à la maîtriser. A vivre avec, même quand on risque d’échouer. Et ça, pour moi, c’est la meilleure définition du courage. 

Partager cet article
Repost0

 Les apprentis samouraïs, 1. Le trésor des Minamoto

Publié le par Doc Bird

« Les apprentis samouraïs, 1. Le trésor des Minamoto », éditions Bayard jeunesse

Résumé : Sakura, Léon et Logan sont très doués en arts martiaux, et se retrouvent à participer tous les trois à un stage dans le célèbre dojo de maître Saburo. Ils ne s’entendent pas vraiment, mais en découvrant ensemble trois anneaux, qui vont les emmener dans le passé au Japon, ils vont devoir apprendre à coopérer pour pouvoir réussir leur triple mission : retrouver les armes de trois anciens célèbres samouraïs. Et cela s’annonce encore plus difficile car un mystérieux ninja se lance à leur poursuite…

Mon avis : J’ai reçu ce livre dans le cadre d’un Masse critique spécial, et je remercie Babelio et les éditions Bayard jeunesse pour m’avoir proposé sa lecture.

Ce roman d’aventure transporte immédiatement le lecteur dans le domaine des arts martiaux, de leurs valeurs, et dans la quête d’objets à protéger.

Sakura, Léon et Logan sont des descendants de familles de samouraïs et sont très bons dans les différents arts martiaux : kendo, judo ou aïkido. Ils vont passer une semaine ensemble pour suivre un stage auprès du renommé maître Saburo. Ils ne s’entendent pas bien, Logan se moquant des autres régulièrement. Mais ils vont découvrir par hasard ensemble trois anneaux, et en les mettant à leurs doigts, ils vont se retrouver propulsés dans le passé, dans le Japon du XVIème siècle. Et ils vont rapidement comprendre qu’ils vont devoir apprendre à unir leurs forces plutôt qu’à se chamailler, car ils doivent partir en quête de trois armes de combats d’anciens samouraïs de renom, tués par un traître. Et un mystérieux ninja, porteur d’une quatrième bague, se retrouve toujours à leur poursuite pour trouver avant eux les armes !

Je me suis laissée emporter par ce roman qui permet à nos jeunes héros d’apprendre à faire preuve de différentes qualités, à s’entraider et à dépasser leurs peurs, pour réussir leurs différentes missions. D’ailleurs, le courage est la qualité la plus dure à éprouver dans des situations difficiles. Ces belles valeurs permettent aux lecteurs de connaître les différentes valeurs des arts martiaux, véritable code à respecter.

Par ailleurs, les voyages dans le passé sont l’occasion de découvrir différents univers et éléments de la culture japonaise : les cerisiers en fleurs, les jardins zen de méditation, les sanctuaires, le théâtre japonais, la pêche des perles…

Une belle aventure, de belles valeurs, et une découverte de la culture japonaise font les qualités de ce roman, qui devrait plaire aux ados. Les termes japonais écrits dans le texte sont à la fois définis dans un lexique en fin d’ouvrage, et aussi très bien expliqués dans le texte lui-même. Et les ancêtres samouraïs des ados ont vraiment existé comme l’explique l’auteur en fin d’ouvrage. J’ai ainsi découvert qu’ont existé un samouraï européen et un autre africain.

Je lirai la suite des aventures de nos trois héros avec plaisir.

Quelques extraits :

Sakura, le courage, ce n’est pas de ne pas avoir peur. C’est d’être capable d’affronter les dangers malgré sa peur.

Chaque pierre de votre anneau symbolise une de ses valeurs : le courage, la droiture, la bienveillance, le respect, la sincérité, l’honneur et la loyauté.

Partager cet article
Repost0

PUSH

Publié le par Doc Bird

« PUSH » de Annelise Heurtier, éditions Casterman


Résumé : Tessa fait de la gymnastique dans le club dirigé par sa mère et où son père est kiné. Elle adore ce sport, mais sait très bien que c’est sa petite sœur de 8 ans qui a d’immenses possibilités et qui pourrait devenir un jour championne olympique. Et l’année qui arrive ouvre plein de possibilités, avec l’arrivée d’un coach professionnel, Raphaël, qui pourrait faire énormément progresser chaque membre de l’équipe.


Mon avis : J’ai reçu ce roman, qui va paraître le 9 juin, sous forme d’épreuves non corrigées, grâce à Babelio et aux éditions Casterman qui m’ont proposé de lire ce livre lors d’un Masse critique spécial. Je les remercie d’ailleurs pour l’envoi.

La thématique annoncée du roman dès la quatrième de couverture est celle des abus sexuels dans le monde du sport. D’ailleurs, un texte introductif explique que l’auteur a décidé d’écrire ce roman en entendant l’interview de la patineuse Sarah Abitbol à l’occasion de la sortie de son livre qui révélait qu’elle avait été victime d’abus sexuels de la part de son entraîneur. Elle a décidé d’écrire sur le monde de la gymnastique, ayant pratiqué cette discipline de nombreuses années, et en ayant gardé un très bon souvenir et des amitiés avec les autres filles de son équipe.

Tessa, qui pratique la gym depuis de nombreuses années, est parfois, voire souvent jalouse de sa petite sœur, Coline, qui semble être un petit génie de la gym. Et en même temps, elle l’adore ! En fait, elle en veut à sa mère, qui semble parfois n’avoir d’yeux que pour Coline et sa réussite.

Tessa va commencer à écrire un journal intime, un peu forcée par sa mère au début, qui lui soutient que cela lui permettra de se rappeler ce qu’elle ressentait à l’adolescence quand elle sera adulte. Tessa n’est pas convaincue, mais va finalement coucher les mots sur un cahier, lui permettant d’écrire ce qu’elle ressent. Et son cahier a la particularité de poser des questions introspectives à chaque page, auxquelles Tessa va parfois se dérober, et parfois revenir dessus et réfléchir honnêtement à ce qu’elle ressent.

Elle va ainsi mettre en avant son ressenti négatif vis-à-vis de Camille, une fille de son groupe, qui a dit des choses pas très sympas sur elle et sa famille, qui appuie là où ça fait mal par rapport à son niveau en gym. Et en plus Camille fait des manières avec le nouvel entraîneur, car elle est tombée sous son charme.

Ce dernier, Raphaël, va permettre à Tessa de donner le meilleur d’elle-même et le maximum en gym, tout en apprenant à se faire confiance pour oser faire des exercices et les réussir. Du coup, Tessa pense que son équipe pourrait gagner des médailles.

Mais Camille quitte alors brusquement le groupe.

Je m’attendais rapidement à ce que le sujet des abus sexuels soit abordé dans le roman, vu qu’il était annoncé par le résumé, mais il apparaît plutôt à la fin du récit, ce qui est un peu déstabilisant, car on attend que les événements arrivent, et cela se produit en fait vers la fin.

Du coup, on rate un peu le cœur du récit, qui est surtout celui des relations familiales, le report par les parents d’une carrière sportive qui n’a pas été possible sur les enfants, l’impression par Tessa de ne pas être à la hauteur en gym, et donc moins intéressante pour sa mère, les relations fortes entre chaque membre de l’équipe, et aussi l’apport d’un entraîneur dans un club amateur, qui va proposer de nouvelles approches et techniques pour faire progresser chacun.

Le thème des abus sexuels est mis en avant sous l’œil de Tessa, qui a compris quelque chose un soir, mais sans en voir tous les tenants et aboutissants, et niant au début que Camille puisse avoir raison, pensant qu’elle laisse tomber la gym et le groupe pour d’autres raisons Au final, elle ira avec sa meilleure amie accompagner Camille pour porter plainte.

J’ai donc un avis en demi-teinte sur ce roman, un peu trompée par le résumé. J’aurais aussi aimé que les termes techniques liés à la gym soient expliqués, comme les figures de flip et du soleil, qui reviennent souvent et que je ne connaissais pas avant de voir sur Internet. 
 

Un extrait : 

Abandonne tes peurs, tes doutes, les comparaisons. (…) Aie le courage d’être qui tu es, de poursuivre tes propres buts. Un combat est un combat, peu importe son enjeu, Tessa. Et si tu le mènes jusqu’au bout, tu en sortiras gagnante. Quelle que soit l’issue.

Partager cet article
Repost0

N.E.O., 1. La chute du soleil de fer 

Publié le par Doc Bird

« N.E.O., 1. La chute du soleil de fer » scénario de Maxe L’Hermenier, dessin de Djet, couleurs de Diego El Parada, d’après le roman de Michel Bussi, éditions Jungle

Résumé : Suite à un air empoisonné, les humains ont disparu de la planète, sauf deux clans d’adolescents qui vivent à Paris. Le clan du Tipi vit dans la Tour Eiffel, et se nourrit de baies et de viande séchée, tandis que le clan du Château vit au Musée du Louvre, se nourrissant de légumes et fruits qu’ils font pousser. Arrive un moment où les deux clans semblent prêts à en découdre par les armes et la guerre… Zyzo, du Tipi, et Alixe, du Château, pensent que cela peut être évité et que les deux clans doivent au contraire collaborer.

Mon avis : J’ai été très contente de recevoir cette BD dans le cadre d’un Masse critique spécial, et je remercie Babelio et les éditions Jungle pour m’avoir sélectionnée pour lire ce titre.

J’aime beaucoup les romans policiers de Michel Bussi, et avait entendu parler de la sortie de son roman de science-fiction jeunesse, sans avoir encore pu le lire. C’est donc avec plaisir que je me suis lancée dans l’adaptation BD, sans craindre de faire de comparaison avec le roman.

Je précise pour les fans de Michel Bussi que ce titre n’a vraiment rien à voir avec ce qu’il écrit d’habitude pour les adultes.

C’est d’ailleurs ce qui m’a plu, car l’histoire a réussi à me surprendre dans un genre totalement différent.

Dans un monde où ne restent que des adolescents, qui vivent en fonction de certains rites, comme celui d’honorer chaque année l’anniversaire du soleil de fer, qui fait office de soleil, mais est un appareil hautement technologique, envoyé dans le ciel par les rares adultes restants avant leur disparition totale, vivent deux clans.

Le clan du Tipi a élu domicile dans la Tour Eiffel, reconvertie en grande hutte. C’est là que vit Zyzo, qui se voit confier la mission d’infiltrer le clan du Château, pour en rapporter des informations, et connaître leur mode de vie. Car une étrange maladie tue les oiseaux, et d’autres animaux, empêchant bientôt le clan du Tipi de pouvoir subsister grâce à la chasse. Zyzo va réussir à entrer dans le château, et rencontrer Alixe, la reine du Château, dont il va tomber amoureux.

Il va découvrir un clan qui fonctionne totalement différemment du sien, avec différentes catégories d’adolescents qui étudient, font de l’art ou sont soldats. Il comprend alors qu’il est beaucoup plus ignorant qu’eux, qui ont eu accès au savoir depuis leur enfance, étudient dans les livres, font pousser leurs fruits et légumes, ont du chauffage et de l’électricité grâce au soleil de fer. Zyzo apprécie cet endroit où il est fait prisonnier, et souhaite même s’intégrer. Mais il semblerait que ses chefs de clan et les dirigeants du Château en aient décidé autrement, et souhaitent la guerre. D’autant plus que des phénomènes inquiétants ont lieu…

J’ai vraiment bien accroché à ce tome 1 que j’ai trouvé passionnant. L’univers proposé par l’auteur est foisonnant, et plutôt original, avec suffisamment de mystère pour intriguer et donner renvie d’en savoir plus. On se pose beaucoup de questions sur ce monde : Pourquoi seuls quelques adolescents ont survécu ? Quel est le véritable rôle du soleil de fer ? Quel a été le plan des adultes avant leur disparition ? Quel était le véritable projet de Marie-Lune, femme mentor du clan du Château qui vivait à travers les écrans ? D’où vient vraiment la maladie qui tue les animaux ? Les adolescents sont-ils les seuls humains vivant sur terre ?

Les dessins sont superbes et mettent tout de suite dans l’ambiance d’un monde post-apocalyptique, où les différences de mode de vie sont flagrantes entre les deux clans.

Je n’ai qu’une envie, c’est de connaître la suite !

Partager cet article
Repost0

 Wild Child

Publié le par Doc Bird

« Wild Child » de Neil Connelly, éditions Bayard

Résumé : Eddie est un très bon lutteur et pense pouvoir intégrer une bonne université grâce à cet atout. Mais il laisse souvent sa colère parler sur le ring, et il va un jour aller trop loin… Adieu tous ses rêves de réussite et de gloire, et bonjour les ennuis. C’est alors que Sunday, organisateur de combats illégaux, lui propose de travailler pour lui, contre de l’argent facile. Eddie s’engage alors dans cette pente glissante et dangereuse…

Mon avis : J’ai reçu ce roman dans le cadre d’un Masse critique spécial, et je remercie Babelio et les éditions Bayard de m’avoir proposé sa lecture. La thématique de ce roman est plutôt éloignée de mes goûts, mais j’ai décidé de sortir de ma zone de confort.

L’histoire est celle d’un jeune homme, Eddie, lycéen passionné de lutte, mais qui se laisse souvent aveugler par sa colère sur le ring. Il s’arrête souvent à temps, mais une fois il va faire le geste de trop et se retrouver banni des circuits officiels. Il perd d’un coup ses rêves de rentrer à l’université et se retrouve en position délicate avec la police suite à une plainte.

Le seul moyen de s’en sortir apparaît dans la personne de Sunday, riche organisateur de combats illégaux, qui lui propose de travailler pour lui. Eddie sent qu’il n’a d’autre choix que d’accepter, et va se retrouver coaché par Khadjee, une jeune femme qui a elle aussi des soucis dans la vie, et connaît très bien les combats.

Il va alors découvrir un nouveau monde, celui des combats de lutte illégaux, où les gens parient pour leurs champions, et où tous les coups sont permis, sans aucune règle, sinon celle du plus fort. Désormais, il sera Wild Child, l’enfant sauvage. Il va alors s’immerger dans ce nouveau monde, pensant pouvoir aider sa mère grâce à l’argent gagné, et espérant pouvoir se défaire de la peur de son père, qui le battait, ainsi que sa mère, quand il était enfant. Laissera-t-il la haine et la colère le diriger, ou trouvera-t-il une autre voie ?

J’ai un avis mitigé concernant ce roman. D’un côté, j’ai bien aimé le côté réaliste de la vie d’Eddie, ses peurs, ses doutes, sa colère, sa rencontre et sa relation avec Khadjee, et une nouvelle culture. J’ai par exemple trouvé intéressant qu’il se trouve confronté à d’autres croyances et façons de penser, qui vont un peu le bousculer. Par-contre, j’ai moins apprécié les scènes de combats, très, trop réalistes et violentes pour moi, qui ne suis pas fan de ce sport.

La fin est peut-être trop attendue, se terminant bien, mais je me suis dit que beaucoup de jeunes qui ont pris le même mauvais chemin n’auront pas eu cette force, et auront mal fini.

Un roman à proposer aux grands ados, pour discuter de la violence, de la colère, et de leur gestion.

Partager cet article
Repost0

#TousDebout 

Publié le par Doc Bird

« #TousDebout » de Agnès Marot et Cindy Van Wilder, éditions Hugo, collection New Way

Résumé : Anton est plutôt discret, et amoureux de la belle Méloée, mais cette dernière sort avec Rahim. Sous le pseudo de Gossip Boy, il dévoile tous les secrets du lycée, et personne n’échappe à ses railleries, pas même lui-même. Mais un jour, tout cela va déraper malgré lui, car en dénonçant que Rahim est sans-papiers, il va enclencher une mécanique qui pourrait broyer tout le monde. Sauf si les lycéens se révoltent et soutiennent Rahim coûte que coûte. L’opération #TousDebouts a démarré…

Mon avis : Lorsque Babelio m’a proposé de lire ce roman, j’ai postulé tout de suite, attirée par la couverture montrant les bras et poings levés de lycéens qui vont décider de s’engager pour leur camarade. Je remercie aussi les éditions Hugo de m’avoir proposé de lire ce roman.

Il a été écrit à quatre mains par deux auteures qui ont mis en avant l’engagements des jeunes par rapport à des problématiques de société. Ici, il va être question de racisme, d’islamophobie, mais aussi d’homophobie, et de biphobie.

Chaque chapitre alterne les points de vue de Méloée et d’Anton.

Méloée sort avec Rahim dont elle est profondément amoureuse, mais va découvrir qu’il est sans-papiers, et qu’il risque l’expulsion vers l’Iran, où il serait condamné à mort, car il est bisexuel. C’est le choc pour elle qui comprend alors que Rahim aime les filles et les garçons, mais qui décide, malgré leur rupture, de se battre pour lui, pour qu’il ait le droit de vivre selon son orientation sexuelle, en paix dans un pays libre. Tout cela ne serait pas arrivé si Anton, alias Gossip Boy, n’avait pas révélé ce secret dans son blog, et il va alors tout faire pour empêcher que Brahim soit arrêté. Il participe au blocus du lycée avec Méloée, mais les tensions sont fortes, et et la haine de certains contre Rahim, surtout ce qu’il représente, à la fois immigré clandestin et bisexuel.

Ce roman est plutôt destiné à des lycéens, car certaines scènes décrivent des moments violents et d’autres une relation sexuelle explicite sous l’emprise de l’alcool, ce qui pourrait gêner les collégiens, même les plus grands. Les thématiques sont hélas d’actualité, montrant aussi bien l’élan de soutien envers Rahim, que l’ignorance crasse et et la haine de tout ce qui est différent.

Méloée et Anton ne sont pas des super héros, chacun cachant une face sombre et tourmentée, des difficultés relationnelles avec sa famille, la difficulté d’accepter son identité ou ses racines. Mais pourtant, ils vont se lancer dans le soutien de Rahim, jusqu’au bout.

Les mécanismes bureaucratiques des expulsions sont clairement expliqués, ainsi que le rôle de certaines associations qui se mettent en avant sans parfois proposer vraiment de solutions, et le rôle de certains journalistes qui cherchent à faire le buzz plutôt qu’à vraiment informer est aussi dénoncé.

Un roman fort, qui permet de susciter le débat et de réfléchir à l’engagement.

Partager cet article
Repost0

Missouri 1627

Publié le par Doc Bird

« Missouri 1627 » de Jenni Hendriks et Ted Caplan, éditions Bayard

Résumé : Veronica a 17 ans et l’avenir s’ouvre à elle : elle va entrer à l’université de ses souhaits, pourrait devenir major de sa promo, est populaire. Mais tout va changer le jour elle découvre qu’elle est enceinte. Seul moyen pour se faire avorter discrètement : aller dans une clinique dans le Missouri, à 1627 kilomètres de chez elle…

Mon avis : J’ai reçu ce roman dans le cadre d’un Masse critique spécial, et je remercie Babelio et les éditions Bayard de m’avoir proposé cette lecture.

La couverture donne tout de suite le ton : on va partir sur la route avec Veronica, direction le Missouri pour avorter.

Veronica n’aurait jamais pensé que cela lui arriverait, il lui semblait pourtant avoir pris toutes les précautions, mais ses règles tardent à venir, et son test de grossesse lui confirme qu’elle est enceinte. Et pour rajouter à son désespoir, son ancienne meilleure amie, Bailey, est au courant de ce qui lui arrive, car elle était aux toilettes en même temps qu’elle. Tout l’univers de Veronica s’effondre, elle qui pensait tout contrôler de sa vie, se retrouve enceinte sans l’avoir voulu.

Une seule solution, se faire avorter, mais la clinique la plus proche qui accepte de le faire sans autorisation parentale se trouve à 1627 kilomètres, dans le Missouri ! Elle décide alors de faire croire qu’elle passe le week-end en amoureux avec son petit ami pour partir à la clinique après en avoir parlé à son copain.

Et c’est là que l’histoire commence à devenir déjantée ! Car ce dernier est au courant qu’elle pourrait être enceinte, alors qu’elle ne lui a rien dit, la demande en mariage et veut garder le bébé ! Veronica découvre alors son vrai visage : celui d’un garçon prêt à tout pour l’empêcher de partir loin de lui faire ses études !

Elle le quitte alors et n’a plus comme solution que de se tourner vers son ancienne meilleure amie, Bailey, à qui elle ne parle plus depuis l’entrée au lycée. Commence alors un road movie sur la route en direction du Missouri, où tout sera possible : monter sur une sculpture de nuit, (re)découvrir l’amitié, se disputer, faire un point sur sa vie, rencontrer des psychopathes, des anti-IVG, monter dans une limousine, ou encore se faire poursuivre par son petit ami !

Les deux jeunes filles vont alors affronter pleins de situations rocambolesques, mais aussi prendre un temps pour réfléchir sur elles-mêmes.

C’est la première fois que je lis un roman qui parle de grossesse non désirée et d’avortement sur un ton décalé et plein d’humour !

L’héroïne n’hésite pas, elle sait qu’elle ne veut pas du bébé, et elle doit garder le secret, sinon, ses parents vont vouloir qu’elle garde le bébé et se marie, comme sa sœur auparavant, ce qui n’est pas du tout son envie à elle !

A travers ce roman sous forme de road trip, on découvre que les convictions anti-IVG et pro-vie sont très fortes aux Etats-Unis, et que cela est aussi fait de contradictions pour ces gens qui promeuvent la vie, parlent de Jésus, mais peuvent se droguer en même temps, ou faire des activités peu recommandées par la religion. Nos jeunes filles vont vivre des aventures parfois épiques, souvent cocasses, poursuivies par un petit ami rendu fou par l’idée de rester seul, sans petite amie, après le lycée. Un roman au ton mordant qui permet au lecteur de réfléchir aussi à ce qu’il souhaite dans la vie.  

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 > >>