Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #lectures-romans catégorie

Les grandes jambes

« Les grandes jambes » de Sophie Adriansen, éditions Slalom

Résumé : Marion grandit trop vite, et ses pantalons sont bien vite trop courts pour ses grandes jambes ! C’est la catastrophe ! Comment parvenir à attirer l’attention du beau Grégory en ayant les chaussettes visibles ? Mais un voyage à Amsterdam pourrait bien lui faire changer de regard sur la vie, et à prendre de la distance par rapport à ses petits soucis…

Mon avis : Gros coup de cœur pour la découverte de ce titre, chez un éditeur que je ne connaissais pas auparavant.

Le texte est écrit avec délicatesse et douceur, l’auteur réussissant à se mettre dans la peau d’une adolescente avec justesse. Peut-être d’ailleurs parce qu’elle a mis un peu, voire beaucoup, d’elle et de son vécu.

Marion est une jeune fille plutôt timide et complexée qui déteste grandir aussi vite des jambes, car elle ne trouve pas de pantalon qui lui aille, et elle grandit toujours. Elle ressent le regard des autres sur elle, et pense à leur jugement critique sur elle. Heureusement elle peut compter sur Charlotte, sa meilleure amie, pour la rebooster et lui donner le sourire.

Car la vie de collégienne mal dans sa peau n’est pas facile tous les jours, surtout quand on est amoureuse du beau Grégory à qui Marion n’ose pas adresser la parole.

Lorsque leurs professeurs annoncent que leur classe va partir trois jours sur les traces des peintres flamands à Amsterdam, Marion se réjouit. Et quand elle étudie le tableau « Ronde de nuit » de Rembrandt, elle est prise de passion pour ce chef d’œuvre en l’étudiant et en faisant des recherches.

Le voyage aux Pays-Bas pourrait bien la faire mûrir et grandir dans sa tête, et apprendre à s’élever plus haut que la longueur de ses pantalons.

Une belle histoire, desservie par une écriture fine, qui permet de se plonger dans une histoire d’amour à la fois entre une jeune fille et un garçon, mais aussi envers un tableau de Rembrandt.

Le récit du voyage à Amsterdam rend bien la vie des lieux, avec un moment d’émotion important lors de la visite du musée d’Anne Franck, puis lors de la rencontre avec le tableau « Ronde de nuit ».

Ce roman allie les qualités d’un récit autour des complexes à l’adolescence, de l’amour, des questions autour des projets de vie, à la rencontre artistique qui vous fait vous sentir faire partie intégrante de l’œuvre.

Une belle histoire à lire !

Voir les commentaires

Journal d’un noob (super-guerrier), Tome 2

« Journal d’un noob (super-guerrier), Tome 2 » de Cube Kid, illustrations de Saboten, 404 éditions

Résumé : Minus continue son apprentissage de guerrier. Rien n’est gagné car la concurrence est rude, et certains élèves sont déloyaux dans cette course. Minus va enfin voir sortir un monstre de sa boîte, un bébé slime qu’il va adopter et appeler Jello. Le danger monte et les assauts des premières batailles vont commencer. Le village arrivera-t-il à résister ?

Mon avis : Un tome 2 où des mystères apparaissent sur le rôle de certains villageois, qui seraient peut-être des espions au service des monstres, où les monstres semblent plus effrayants et plus préparés que prévu, et où certains élèves sont prêts à tout pour faire partie de l’élite des guerriers, tandis que d’autres cachent leurs talents.

Minus continue à écrire son journal intime avec autant de verve, mettant beaucoup d’humour permettant de mettre à distance les dangers.

Comme souvent, il semblerait que le personnage le moins doué (du moins en apparence) pourrait peut-être être celui qui va se révéler à la fin pour sauver le village.

Les illustrations en couleurs donnent vraiment l’impression d’être dans le monde de Minecraft.

Un tome 2 facile à lire et un peu plus intrigant.

Voir les commentaires

Hanako Fille du Soleil levant 

« Hanako Fille du Soleil levant » d’Elodie Loch-Béatrix, éditions Milan, collection Milan poche junior, ici et là-bas

Résumé : Hanako commence une année de 4° sous le signe de changement : elle arrive dans un nouveau collège suite à un déménagement, se fait de nouveaux amis de Chloé et d’Adam, doit participer à un cours d’ikebana, rencontre le beau Matt qui lui plaît bien, et découvre que ses parents lui cachent un secret enfermé dans une mystérieuse boîte qu’elle n’a pas le droit de toucher…

Mon avis : Un roman qui se dévore d’une traite, et qui mêle modernité et traditions japonaises.

Chaque chapitre du roman est placé sous l’égide d’un mot japonais qui est traduit, et qui donne un peu le ton du chapitre.

Hanako vit en France, son père est japonais et sa mère française. Ses parents ont décidé de l’inscrire dans un cours d’ikebana (l’art floral du Japon) afin qu’elle renoue un peu avec ses racines, mais Hanako préfèrerait faire de la danse.

Mais à quelque chose malheur est bon, car elle va rencontrer Matt, un jeune lycéen, en se rendant à ce cours. Il pratique le kendo, art martial des samouraïs, au même endroit.

Mais les ennuis surgissent très vite, entre ses questionnements sur ses sentiments amoureux, et surtout sa quête d’un secret familial caché dans une boîte interdite. Hanako pense que cette boîte contient un secret en rapport avec ses origines et va tout faire pour découvrir ce qu’il contient !

Un roman qui allie les interrogations sentimentales d’une jeune fille à l’adolescence, la découverte de traditions japonaises bien vivantes, et un secret familial bien gardé.

Les lecteurs fans de culture japonaise seront ravis d’en apprendre un peu plus sur des traditions et l’histoire du pays, même si tout n’est pas vrai concernant l’empereur Akihito, mais nous sommes dans une fiction !

Une belle histoire intéressante à lire !

Seul petit point négatif : l’image de la prof-doc du CDI acariâtre, gardant l’antre du CDI tel un dragon !

Voir les commentaires

Journal d’un noob (guerrier), Tome 1

« Journal d’un noob (guerrier), Tome 1 » de Cube Kid, illustrations de Saboten, 404 éditions

Résumé : Minus est un jeune villageois de 12 ans, destiné à devenir agriculteur comme ses parents. Mais son rêve est de devenir un guerrier. Et il pourrait bien pouvoir le devenir ! Car l’école a décidé de sélectionner 5 élèves pour les former à être des guerriers. Et Minus ne veut pas rater sa chance !

Mon avis : Ce roman se présente sous la forme d’un journal intime écrit par Minus.

Celui-ci raconte sa vie au quotidien, souvent banale, mais qui devient plus intéressante le jour où il apprend que 5 élèves vont être sélectionnés pour devenir guerriers. Il décide de tout faire pour en faire partie, car c’est son rêve qui pourrait se concrétiser !

La cause de ce changement, c’est que les monstres deviennent organisés pour attaquer les villages, et qu’il va falloir riposter pour pouvoir rester en vie.

Une histoire qui surfe sur la mode des aventures non officielles de Minecraft et des journaux intimes, comme le « Journal d’un dégonflé » : aventure, menaces de monstres, un peu de mystère, histoire racontée sous forme de journal intime illustré et avec de l’humour, prise à partie du lecteur pour aller dans le sens des idées du héros.

Pas de quoi révolutionner le genre, mais cette histoire pourra attirer les jeunes fans de Minecraft.

Voir les commentaires

No et moi : extraits

« No et moi : extraits » de Delphine de Vigan, éditions Hatier, collection Classiques & Cie Collège

Résumé : Elève précoce, entrant en seconde à 13 ans, Lou est très timide et discrète. Un jour, elle rencontre dans une gare No, jeune SDF, grâce à qui elle va réaliser un exposé sur le thème des jeunes sans-abris. Progressivement, les deux jeunes filles se lient d‘amitié, et Lou essaie de venir en aide à No.

Mon avis : J’avais beaucoup entendu parler de ce roman lors de sa sortie, ainsi que du film qui en est issu.

L’histoire est racontée sous forme d’extraits, destinée aux collégiens.

On assiste à une rencontre entre Lou, jeune fille solitaire, originale et un peu à part, et No jeune fille qui vit dans la rue suite à un enchaînement de circonstances. Les deux jeunes filles vont s’apprivoiser mutuellement, et chacune, sans parfois d’en douter, va apporter de l’aide et du soutien à l’autre.

Grâce à No, la famille de Lou va un peu sortir de sa léthargie, surtout la mère de Lou, effondrée depuis la mort de son bébé, qui va revenir vers la vie grâce à l’arrivée de No.

Lou, elle, va décider d’héberger No chez elle, afin de l’aider à retrouver un peu de stabilité et un travail. Mais No est écorchée vive, et les démons de la boisson et de la drogue vont la poursuivre, surtout quand elle sonne chez sa mère qui refuse de lui ouvrir.

Un roman fort, intense et poignant, qui témoigne des difficultés de vivre des jeunes sans abris, des épreuves qu’ils ont déjà subies avant d’arriver dans la rue. Une rencontre entre espoir et fatalité, qui fait réfléchir.

Voir les commentaires

Panique dans la mythologie : L’Odyssée d’Hugo

« Panique dans la mythologie : L’Odyssée d’Hugo » de Fabien Clavel, illustrations de Sébastien Pelon, éditions Rageot, collection Rageot Romans

Résumé : En visitant le musée du Louvre avec son père, Hugo croit voir que le héros Ulysse a disparu d’un vase. Et lorsqu’il descend avec son père dans le sous-sol pour voir une mystérieuse pyramide noire, Hugo se retrouve projeté aux Enfers et se voit attribuer la mission de retrouver Ulysse qui a disparu, sinon l’histoire pourrait changer !

Mon avis : J’ai été enchantée par ce roman qui part d’objets réels (ici un cratère à figures rouges exposé au Louvre) et d’une légende (ici, celle de l’Odyssée) pour mieux faire connaître un mythe au lecteur.

Ce dernier se retrouve aux côté d’Hugo, qui a l’avantage de connaître la langue grecque et les mythes grâce à son père.

Hugo se retrouve projeté aux Enfers après être entré dans la pyramide noire, et découvre que sa mission va être de retrouver Ulysse qui a disparu. S’il ne le retrouve pas, le mythe pourrait disparaître !

Aidé de Blanche, la fille du dieu des Enfers, Hadès, Hugo part alors sur les traces d‘Ulysse pour éviter que le cours de l’histoire ne soit changé.

C’est avec plaisir que le lecteur suit les pas d’Hugo pour découvrir le parcours d’Ulysse, ainsi que toutes les histoires qui jalonnent son parcours.

Une manière de rendre les mythes plus vivants et plus accessibles ! 

Voir les commentaires

L’accusé du Ross-Shire 

« L’accusé du Ross-Shire » de Graeme Macrae Burnet, éditions Sonatine

Tout d’abord, merci aux éditions Sonatine et à Babelio de m’avoir proposé de lire ce roman pour un Masse critique spécial. Je dois dire que j’ai tout de suite postulé pour ce roman, car le résumé me donnait vraiment envie d’en savoir plus.

10 août 1869. Roderick Macrae, jeune paysan de 17 ans, tue trois personnes dans leur maison. Aussitôt, il se rend et explique qu’il est l’auteur de ce triple homicide.

2014. Graeme Macrae Burnet fait des recherches sur son grand-père. Il découvre alors des documents d’archives sur un de ces ancêtres, Roderick Macrae, et sur les assassinats dont il serait l’auteur. Graeme Macrae Burnet décide alors de lire tous ces documents et de les porter à la connaissance du grand public. Ce sont ces documents dont le lecteur va prendre connaissance. Il y aura les différentes dépositions, le récit des événements par Roderick lui-même, les rapports d’autopsie, un extrait d’ouvrage sur la psychologie de la folie dans le monde judiciaire, des extraits du procès, à travers différents articles de journaux de l’époque.

Le principe ce de roman est intéressant, faisant participer l’auteur qui a découvert fortuitement des informations sur un de ses ancêtres, mêlant les différents éléments du dossier judiciaire, afin que le lecteur se fasse son propre avis sur la culpabilité de Roderick. Il est coupable physiquement de trois assassinats, mais avait-il toute sa tête à ce moment-là ? Les jurés ont rendu leur verdict, au lecteur d’avoir son propre avis. Cette idée d’avoir un fait et plusieurs interprétations est originale, laissant le lecteur se forger sa propre conviction à l’aide des éléments fournis, comme dans le cadre d’un véritable procès. A travers les différents documents présentés, le lecteur est mis à distance du personnage de Roderick, se sentant souvent simple spectateur, sauf au moment de la lecture du récit des faits par Roderick lui-même, même si, là encore, la narration impose toujours un certain recul.  Le lecteur se retrouve donc en position plutôt impartiale pour pouvoir juger de la culpabilité de Roderick.

Le récit de Roderick est le document qui permet de cerner au plus près la personnalité de ce jeune homme, et qui permet de comprendre l’enchaînement des faits qui a mené au massacre final. Y est dépeinte une société paysanne des Highlands au 19ème siècle, avec son lot de personnages frustes, et le vase clos du village qui renferme plein de rancœur et de désespoir. A partir du moment où Roderick perd sa mère, le destin semble inexorablement pousser la famille vers un sombre destin. Le père, déjà taciturne, se renferme encore plus, Jetta, la fille aînée, doit pourvoir à tout dans la maisonnée et perd sa joie de vivre, et Roderick sent que des jours difficiles arrivent. Car Lachlan Mackenzie est élu constable du village, et n’aura de cesse de s’acharner sur la famille Macrae : il invente de nouvelles réglementations pour les empêcher de vivre, et entre dans une véritable campagne de harcèlement, sans que le reste du village n’ose y redire, par lâcheté. Les événements s’enchaînent alors rapidement, faisant basculer le destin de la famille. Et Roderick a en plus le malheur de ressentir des sentiments pour Flora Mackenzie, alors qu’il sait que cela est impossible. Rien de bon ne peut ressortir de cet engrenage infernal. Roderick se laisse aller à son destin, malgré une vélléité de fuite, et se résigne à suivre ce que le destin lui offre. Jusqu’au jour où tout bascule, et où il assassine sauvagement Flora, son petit frère, et Lachlan.

Les différents documents, et notamment les détails du procès, vont essayer de déterminer si Roderick était en pleine possession de con esprit au moment des meurtres ou pas. Différents témoins et experts sont appelés à la barre, et le portrait de Roderick est très mouvant, l’accusé lui-même semblant non concerné par son procès. Alors fou ou pas ? Rien n’est sûr, et c’est à chacun de se faire sa propre opinion.

Ce récit permet de dresser le portrait sociologique d’un petit village des Highlands renfermé sur lui-même, où chacun se mêle de ses propres affaires, sans forcément aider les autres. On y rencontre des personnalités âpres, des conditions de vie difficiles, et un jeune Roderick qui accepte de se laisser porter par le destin, ne pouvant lutter contre, et se résignant. La campagne de harcèlement contre sa famille est infâme, et la naïveté de Roderick lui jouera des tours. La noirceur de l’âme humaine apparaît au grand jour, et il est facile de désespérer sur le genre humain à la lecture ce roman. Il n’en reste pas moins que les assassinats sont sordides et d’une rare violence, et le doute plane sur les motivations de Roderick.

Au niveau de la description historique, je trouve que ce récit a tout bon, mais la quatrième de couverture allèche le lecteur en le qualifiant de thriller, alors que je trouve qu’on en est loin. Nul suspense sur les événements, pas de frissons, et aucune tension.

Un récit à la construction originale, qui intéressera les passionnés de criminologie, et ceux qui ont aimé lire « Oliver Twist » ou « Les Misérables ».

Alors, si vous voulez vous faire votre propre avis, il ne vous reste plus qu’à lire ce titre.

 

L’accusé du Ross-Shire 
L’accusé du Ross-Shire 

Voir les commentaires

La photo qui tue

« La photo qui tue : Neuf histoires à vous glacer le sang » d’Anthony Horowitz, éditions Le Livre de Poche Jeunesse

Résumé : 9 nouvelles où le fantastique côtoie la peur, et où frissons et doutes s’insinuent au plus profond de chacun : un appareil photo qui tue, une baignoire avide de sang, un jeu vidéo trop réel, ou un restaurant anthropophage…

Mon avis : Laissez-vous emmener au coeur de neuf histoires, toutes plus glaçantes les unes que les autres !

Ces nouvelles permettent d’aborder le genre du fantastique et ses codes : lieu lugubre ou isolé, violence, irruption de l’irrationnel, événement inquiétant, effrayant et inexplicable…

Les histoires sont variées et prenantes : bus de nuit avec d’étranges passagers, ordinateur prédisant l’avenir, photo prédisant le futur du héros, souvenir rapporté de vacances.

On passe un bon moment. 

Voir les commentaires

Le professeur de musique 

« Le professeur de musique » de Yaël Hassan, illustrations de Serge Bloch, éditions Casterman, collection Casterman poche

Résumé : M. Simon Klein est professeur de musique en collège. C’est sa dernière année d’enseignement avant la retraite. Et elle va être particulière avec la rencontre de Malik Choukri, élève de 6° qui va lui avouer qu’il adore la musique classique et souhaiterait apprendre à jouer du violon. C’est la première fois de toute sa carrière, et cela pourrait remettre en cause toutes les idées reçues de M.Klein, et lui permettre de se délivrer du fardeau de son passé.

Mon avis : Comme souvent chez Yaël Hassan, ce roman est placé sous le signe de la rencontre entre deux personnes que tout oppose : l’un est âgé, l’autre est jeune, l’un est juif, l’autre arabe.

Malgré leurs différences, ils vont se rencontrer autour d’une passion commune, la musique classique, mais aussi autour d’un passé douloureux lié au violon.

Leur rencontre permettra à chacun de faire face au passé pour mieux profiter de l’instant présent.

Une histoire émouvante qui montre que regarder le passé en face peut permettre d’aller mieux pour vivre le présent, que les miracles sont possibles, et que chacun peut vivre ses rêves, même s’il pensait les avoir bien enfouis.

Ce roman aborde aussi le thème de la Shoah et de ses conséquences traumatiques.

Une histoire à mettre entre toutes les mains.

Et pour finir, un lien vers la chronique de Manou, qui m'a donné envie de lire ce roman :

http://www.bulledemanou.com/article-le-professeur-de-musique-de-yael-hassan-115770509.html

Voir les commentaires

Des parents de rechange

« Des parents de rechange » de Véronique Petit, illustrations de Mary-Gaël Tramon, éditions Rageot, collection Rageot romans

Résumé : Adam vit en foyer depuis des années. Il rêve d’avoir une famille à lui, de rentrer le soir et d’avoir sa place à table. Mais son rêve semble loin de la réalité, tellement qu’un jour de nostalgie, il craque devant une girafe dans la vitrine d‘une libraire. Mais cette dernière n’est pas à vendre…

Mon avis : Une histoire autour de la thématique de la famille et des éléments nécessaires pour en former une.

Est-ce les liens du sang ? Le fait de porter le même nom de famille ?

Depuis la mort de ses deux parents, Adam est en foyer et comprend qu’à 11 ans, il est trop grand pour pouvoir être adopté. Malgré tout, il rêve de faire partie d’une famille qu’il pourrait retrouver chaque soir en rentrant du collège, avec qui partager de bons moments…

Lorsque le hasard des événements le mène devant la vitrine d’une librairie, Adam remarque immédiatement une belle girafe qui lui rappelle des bribes de la douceur de son enfance avec ses parents. Il voudrait l’acheter, mais le libraire lui dit qu’elle n’est pas à vendre. Alors Adam décide de l’avoir malgré tout, coûte que coûte. Cette décision va l’amener vers de nouveaux horizons, mais au prix d’un mensonge.

Que va-t-il décider ? Réussira-t-il à ouvrir son cœur aux autres et acceptera-t-il de faire confiance ? Comprendra-t-il ce qui forme une vraie famille ? 

Un roman émouvant sur la thématique de la famille, de l’adoption, mais aussi de l’amour qui relie les gens.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>