Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Cœurs brisés, têtes coupées

Cœurs brisés, têtes coupées

« Cœurs brisés, têtes coupées » de Robyn Schneider, éditions Gallimard jeunesse.

Résumé : Ezra, 17 ans, est le golden boy du lycée : une petite amie, des amis sportifs, doué en tennis… Tout bascule à la sortie d’une soirée où un chauffard le percute. Opéré, il apprend qu’il ne pourra plus faire de sport et qu’il aura beaucoup de séances de rééducation. Son état d’esprit aussi a changé : aucun de ses amis n’est venu le voir à l’hôpital et il comprend que son ancienne vie n’était peut-être qu’une mascarade. Il va se rapprocher de son ancien meilleur ami et rencontrer Cassidy, nouvelle au lycée, si différente des autres…

Mon avis : Voici le récit initiatique d’un jeune homme à vie dorée à qui la vie sourit. Mais la tragédie de l’accident va remettre en cause ses idées reçues et sa façon de voir la vie. Sa personnalité va changer et il va faire l’apprentissage de lui-même et mûrir.

Il va comprendre qu’il a laissé tomber son meilleur ami d’enfance il y a quelques années pour être bien vu et populaire, voir que ses anciens amis respirent la futilité et la vacuité, et découvrir qu’il peut être bon de réfléchir par soi-même, de se démarquer. En rencontrant Cassidy, nouvelle au lycée, il va s’ouvrir à la vie, mais la vie n’est pas toujours celle dont on rêve…

Un bon roman qui invite les jeunes à réfléchir sur leur personnalité, à réfléchir indépendamment du groupe, bref à grandir, malgré ses tragédies personnelles.

Un extrait : « Oscar Wilde a dit un jour que vivre est la chose la plus rare au monde et que la plupart des gens se contentent d’exister. J’ignore s’il a raison, mais je sais que j’ai passé trop de temps à exister. Désormais j’ai l’intention de vivre. »

Voir les commentaires

Le journal d’Aurélie Laflamme, tome 2 : Sur le point de craquer !

 Le journal d’Aurélie Laflamme, tome 2 : Sur le point de craquer !

« Le journal d’Aurélie Laflamme, tome 2 : Sur le point de craquer ! » d’India Desjardins, éditions Michel Lafon.

Résumé : Aurélia va de catastrophe en catastrophe : sa meilleure amie Kat semble avoir perdu la raison depuis qu’elle sort avec Truch et elles se voient peu, elle ne sait pas quoi pas penser du baiser de Nicolas à Noël, et elle voir sa mère tchatter sur des sites de rencontres ! Et tout empire quand elle tombe amoureuse de Nicolas et sort avec lui, au moment où Kat souffre car Truch a rompu et qu’elle fait jurer un pacte à Aurélia de ne pas sortir avec un garçon !

Mon avis : Le journal intime d’Aurélia se poursuit de janvier à avril dans ce tome 2.

Aurélia est une héroïne un peu maladroite et attachante à la fois, ce qui permet aux lectrices de s’identifier à elle tout en prenant de la distance par rapport aux événements de la vie : une mère veuve qui souhaite de nouveau avoir une relation amoureuse via les sites de rencontre, une amie en plein chagrin d’amour, l’amour qui fait disjoncter le cerveau, les notes à l’école…

Ce tome 2 est plein de fraîcheur et ravira les collégiennes qui rêvent d’amour, et qui peuvent se moquer gentillement de certaines situations qui se trouvent ainsi dédramatisées.

Voir les commentaires

Le faux prince

Le faux prince

« Le faux prince » de Jennifer A. Nielsen, éditions Bayard jeunesse.

Résumé : Saige vit dans un orphelinat, et vit de rapines. Un jour, un noble, Conner, l’approche et lui propose de venir avec lui pour un projet de grande envergure qu’il ne précise pas. Commence alors une aventure où il va retrouver trois autres garçons qui lui ressemblent un peu physiquement. Conner dévoile alors son plan : former les garçons à remplacer le prince Jaron tué par des pirates et présenter l’un deux comme le véritable prince. Car le roi, la reine et le prince héritier ont été empoisonnés.

Mon avis : En lisant ce roman, on va rencontrer un personnage de mauvais caractère, querelleur, et ayant l’art de se mettre en difficultés tout seul. Il s’agit de Saige, le narrateur de l’histoire, qui va se mettre à apprendre le métier de prince. Celui des garçons qui sera choisi pourra jouer le rôle de prince, les autres seront tués pour qu’ils ne puissent jamais parler.

J’ai eu du mal à croire que l’un des garçons, orphelins vivants dans la pauvreté, pourraient réussir et faire illusion. On s’attarde sur les rivalités entre garçons pour réussir à être choisi, mais on se demande comment Conner peut croire à la réussite de son plan. Il paraît d’ailleurs un peu suspect, et on se demande s’il ne serait pas à l’origine des décès de la famille royale.

En fin d’ouvrage, on assiste à un retournement de situation incroyable et improbable, qui ne m’a pas vraiment convaincue. Mais on se laisse facilement malgré tout porter par l’histoire pour peu qu’on accepte de croire que tout est possible…

Voir les commentaires

Pavel

Pavel

« Pavel » de Matthieu Simard, éditions La Courte Echelle.

Résumé : Martin est un adolescent de 16 ans solitaire. Il ne se sent pas heureux et passe sa vie tristement dans son collège privé. Il est amoureux d’Anouk, mais elle ne semble même pas le voir. Sa vie va changer le jour où Pavel, jeune russe, va arriver dans son établissement. Il se passe quelque chose lorsque leurs regards se croisent. Ils vont devenir amis. Mais Martin finit par comprendre que Pavel connaît une vie difficile. En découvrant son secret, sa vie va en être bouleversée.

Mon avis : C’est une histoire très étonnante, triste et heureuse à la fois. Triste quand on pense à la vie de Martin et à celle de Pavel, heureuse malgré tout car ces deux écorchés de la vie vont se rencontrer et réussir à sortir de leurs prisons mentales. Etonnante car on se demande pendant longtemps qui est vraiment Pavel : un ange-gardien ? un garçon bizarre ? On se demande s’il n’est pas là juste pour aider Martin à répondre aux défis de la vie. Mais on finit par découvrir l’horrible vérité sur Pavel, et le piège semble se refermer sur nos héros.

Ce roman aborde les relations entre frères, avec les parents, l’importance d’appartenir à un groupe quand on est adolescent, la difficulté de la vie en solitaire, l’amour et ses hésitations, la timidité, les essais médicaux illégaux.

On ressort de la lecture un peu sonné, mais en sachant que chacun peut changer son destin s’il le veut vraiment. Une histoire forte, parfois un peu crue, à la limite parfois du fantastique, pour les 3° assez mûrs et pour le lycée.

Voir les commentaires

Les royaumes de Nashira, 1. Le rêve de Talitha

Les royaumes de Nashira, 1. Le rêve de Talitha

« Les royaumes de Nashira, 1. Le rêve de Talitha » de Licia Troisi, éditions Pocket jeunesse.

Résumé : Talitha est la fille d’un riche dirigeant du royaume de Nashira, un peu rebelle, et accompagnée de son fidèle serviteur Saiph. Un double drame va bouleverser sa vie : la mort de sa grande sœur adorée qui était dans un monastère, et la volonté de son père de l’envoyer remplacer sa sœur dans ce monastère pour satisfaire ses ambitions, alors qu’elle voulait combattre. Elle va néanmoins devoir y aller, et va découvrir une toute autre réalité par rapport à ce qu’elle avait vécu jusque-là. Elle va notamment trouver et décrypter un message laissé par sa sœur et découvrir un terrible secret : l’un des deux soleils brille plus fort et pourrait tuer toute vie…

Mon avis : Un très bon roman d’heroic fantasy, par l’auteur des « Chroniques du monde émergé ».

L’héroïne, Talitha, pourrait ressembler à une petite fille gâtée, mais elle va faire rapidement l’expérience de la douleur, de la souffrance et de la révolte. Envoyée au monastère contre son gré, elle va réussir à s’en échapper avec son serviteur, Saiph. Elle est déterminée à retrouver un mystérieux inconnu d’une autre race qui pourrait détenir le secret pour éviter au royaume de périr brûlé par un des soleils. Au péril de leur vie, nos deux héros vont se lancer sur sa piste, mais le père de Talitha est prêt à tout pour les retrouver vivants et les torturer.

On vibre avec l’héroïne, on s’indigne avec elle de ce monde absurde et cruel envers une partie de la population exploitée par les plus puissants, on frémit avec elle dans sa fuite, on est pris dans sa quête de l’inconnu, mais celui-ci aura-t-il la solution pour assurer l’avenir de la planète ? En tout cas une révolution est en marche.

Voir les commentaires

Le gardien de phare

Le gardien de phare

« Le gardien de phare » de Camiila Läckberg, éditions Actes Sud, collection Actes noirs.

Camilla Läckberg est toujours aussi impressionnante dans sa manière de distiller les indices et de faire monter progressivement la tension, jusqu’à ce que tout s’accélère dans les dernières pages.

Le monde qu’elle décrit est très noir, et dans ce tome, il y a aussi une touche de fantastique et de folie.

A la fin seulement, tout fait sens, mais le lecteur a vécu les souffrances des différents protagonistes, tournées autour de la perte d’un enfant. Anna et Annie, aux prénoms presque jumeaux, vont réagir de façon très différente, tandis que Gunnar ne va supporter le choc.

Je n’en dis pas plus pour laisser le plaisir de la découverte de la lecture et des différentes révélations. Encore un très bon opus !

Voir les commentaires

Psy malgré moi

Psy malgré moi

« Psy malgré moi » de Marie-Sissi Labrèche, éditions La Courte Echelle.

Résumé : Après la mort de sa grande sœur, Ariane et sa famille déménagent pour une autre ville. Entre sa mère dépressive, son père prenant très (trop) à cœur son travail, son petit frère qui fait pipi au lit, Ariane a peu de temps pour penser à elle et craint sa rentrée dans son nouveau lycée. Et d’ailleurs, ça commence mal, elle arrive en retard, se perd, se met à dos une fille et son groupe et fait une entrée très remarquée pour le premier jour. Par la suite, elle se fait agresser par une autre fille fabriquée comme une armoire à glace ! En se faisant renvoyer de cours avec cette camarade, elle va trouver les mots pour parler de deuil à une secrétaire, et se faire sans le savoir une alliée, et bientôt une amie de cette camarade ! Et il n’en faut pas plus pour que les gens pensent qu’elles pourraient les aider à résoudre leurs problèmes, et Ariane devient la « psy » du lycée malgré elle !

Mon avis : Un petit bijou que ce roman qui donne des pistes de réflexions psychologiques à tout le monde, qu’on soit un personnage fictif de roman, une jeune fille ou un adulte !

En devenant la psy du lycée, Ariane va découvrir, et le lecteur aussi à travers elle, que le monde lisse des jeunes cache beaucoup de blessures intimes, de manque d’estime et de confiance en soi, même si les apparences pourraient laisser penser le contraire !

On y croise, dans le désordre, une jeune fille trop discrète et manquant de confiance en elle, un adolescent violent et psychopathe, un jeune homme surprotecteur ayant peur de perdre sa petite amie, un homosexuel qui n’ose pas le dire, des amoureux transis, des conflits familiaux.

Ariane ne se pensait pas destinée à écouter les autres et à leur donner des conseils, mais elle va se documenter, se passionner pour la psychologie, et ses avis sont très pertinents. Tout le monde devrait en prendre de la graine, même s’il est plus facile de donner ou de lire des conseils que de se les appliquer à soi-même ! En bref, une histoire pas « niaise » ni « plate » du tout, qui emporte le lecteur dans l’histoire et l’invite à réfléchir sur lui-même. Que du bonheur !

Quelques extraits :

  • « Essayez d’accepter ce que vous ne pouvez changer. »
  • « on doit apprendre à s’écouter »
  • « Eh bien, si tu veux savoir qui tu es, réfléchis à tes valeurs. Réfléchis à ce qui est important pour toi. A ce que tu aimes, toi. »
  • « Mais avec l’amour, on ne peut être certain de rien. C’est ça, aimer, c’est s’ouvrir à l’autre, le laisser entrer en soi au risque qu’il saccage tout. »
  • « On reproche souvent aux autres ce qu’on ne veut pas voir chez soi. »
  • « On aime la personne pour ce qu’elle est, avec ses qualités et ses défauts. Pas pour ce qu’on espère qu’elle sera. »
  • « C’est simple. Le plus difficile, c’est le premier non. Puis plus tu dis non, plus tu deviens habituée. Ce n’est pas sorcier. Cesse de faire attention tout le temps aux sentiments des autres et pense plus aux tiens. »
  • « il faut savourer le bonheur quand on a les deux pieds dedans, de manière à l’emmagasiner dans une petite banque intérieure afin de pouvoir y puiser aux jours les plus sombres. »
  • « Pour être heureux, on n’a besoin autour de soi que de quelques bonnes personnes qu’on aime, qui nous aiment et avec lesquelles on partage de réelles affinités. »
  • « créer des liens mène au bonheur. Encore faut-il entretenir ces liens, en passant du temps avec les gens qu’on aime, mais aussi en établissant des limites avec eux. »
  • « Il me semble qu’on est plus heureux quand on s’exprime. Quand on dit ce qu’on ressent. Quand on dit qui on est. »
  • « Profiter de la vie. Apprécier les grands, mais aussi les petits plaisirs de la vie. Profiter des gens qu’on aime, passer du temps avec eux. S’exprimer. Exprimer sa créativité. Trouver un sens à son existence. »
  • « faire la paix avec son passé »

Voir les commentaires

Chère Théo

Chère Théo

« Chère Théo » d’Anne Vantal, éditions Actes Sud Junior, collection Premier roman.

Résumé : Les parents de Léa sont divorcés depuis quelques années. Elle vit avec sa mère et va chez son père un week end sur deux. Sa mère s’est remariée, son père a des copines qui ne restent pas très longtemps. Mais un jour, elle découvre Théo, diminutif de Theodora, chez son père. Theodora n’est pas comme les autres copines de passage, elle est différente, grecque, libre, originale et va faire découvrir à Léa la culture grecque : culinaire avec la moussaka, héroïque et historique avec les aventures d’Ulysse ou d’Alexandre, géographique et culturelle avec les vacances sur une île grecque. Mais un jour, Theo disparaît comme elle est apparue, en coup de vent.

Mon avis : Une très belle histoire qui nous berce de culture grecque, de soleil, de liberté.

Anne Vantal fait le portait d’une femme libre qui va marquer durablement Léa, jusqu’à décider de faire des études de grec et de retrouver Theo une fois devenue adulte.

Porté par une écriture fluide, le lecteur est entraîné dans la vie quotidienne de Léa, rythmée par les légendes grecques et les vacances sur une île paradisiaque. Léa est encore une enfant et vit dans un monde merveilleux, et va vivre le passage à l’adolescence dans la douleur du départ et de l’absence de Theo, symbole de l’éloignement à l’adulte. Léa va comprendre que la vie n’est pas un long fleuve tranquille et que les adultes font des choix, parfois douloureux. Le souvenir de Theo va la porter dans sa construction d’adulte, et elle décidera de la retrouver.

A la fois fable, récit initiatique, légende et miroir contemporain, ce livre court se lit d’une traite et laisse au lecteur le souvenir d’une île grecque, de la mer ainsi qu’un arrière-goût de légende.

Voir les commentaires

Où est Agota ?

Où est Agota ?

« Où est Agota ? » d’André Marois, éditions La Courte Echelle.

Résumé : Un soir, Agota ne rentre pas chez elle, et ne donne aucune nouvelle, contrairement à d’habitude. Sa mère, Jeanne, son frère jumeau, Vincent, et leur groupe d’amis, les Allergiks, s’inquiètent rapidement, et préviennent la police de sa disparition. Commence alors une longue attente. Vincent et ses amis décident de prendre les choses en main, fouillant dans les affaires ou l’ordinateur d’Agota, en quête de pistes…

Mon avis : Un gros coup de coeur pour ce roman haletant qui se lit d’une traite, chaque fin de chapitre instillant du suspense donnant envie de lire le chapitre suivant.

Agota semble être une jeune fille sans problèmes, qui s’est juste un peu éloignée de son frère jumeau Vincent. En recherchant activement cette dernière, lui et sa bande d’amis allergiques, vont découvrir un pan de sa vie et vont déterrer de sombres secrets : correspondance par mail avec un certain Debris, activisme écologique, professeur narcissique fou de son corps, jeune fou de voiture, malversations immobilières…

Tous les individus qu’a pu croiser Agota semblent suspects, mais qui l’a vraiment enlevée ? Et pour quelle raison ?

En dehors de l’enquête sur l’enlèvement, les thèmes de la drogue, des relations mère-enfant, de l’homosexualité, des problèmes de santé des allergiques, des correspondances flirtant avec le danger sur Internet, sont abordés sur un ton juste, sans mélo, ni trop de compassion. Un très bon polar, aux rebondissements surprenants, qui dépeint la société actuelle.

Voir les commentaires

Ce que je sais (enfin !)

Ce que je sais (enfin !)

« Ce que je sais (enfin !) » de Carrie Hope Fletcher, éditions Albin Michel jeunesse.

Carrie Hope Fletcher est une jeune femme de 23 ans, actrice dans des comédies musicales, fan de gâteaux et de thés, adorant lire, et célèbre youtubeuse britannique. Elle donne des conseils à travers ses vidéos et a décidé d’écrire un livre, afin que tout le monde puisse avoir à portée de mains ses conseils.

Elle se place dans le rôle de la grande sœur, qui a vécu certaines choses et des moments difficiles durant son adolescence, et elle aurait bien aimé parfois que quelqu’un la conseille à ces moments-là. Devenue adulte, elle décide d’écrire un livre qui pourra aider toutes les adolescentes à passer certains caps.

Elle commence son livre de façon accrocheuse pour ses fans avec un test que ses amis ont passé pour savoir s’ils la connaissent vraiment, chaque lectrice pouvant ensuite passer ce test et vérifier ses réponses à la fin.

Son livre est ensuite organisé en plusieurs parties permettant de trouver des conseils en fonction de ses besoins : la rentrée dans un établissement inconnu, comment se faire des amis, le harcèlement, l’amour, les chagrins d’amour, Internet, les réseaux sociaux et les critiques, les relations avec les autres, la réalisation de ses rêves, choisir d’être heureux, les mensonges, les relations avec les parents…

J’avoue que je ne connaissais pas Carrie Hope Fletcher avant d’avoir reçu ce livre entre les mains : merci d’ailleurs à Masse critique de Babelio et aux éditions Albin Michel !

Au début, je n’ai pas trop accroché, trouvant trop superficiel ce qu’elle écrivait.

Mais à partir de la deuxième partie qui parle du harcèlement, j’ai trouvé que ses propositions de solutions pouvaient donner espoir aux adolescentes dans des moments difficiles et douloureux, car non seulement elle leur donne des conseils, mais surtout elle leur redonne de l’optimisme en expliquant qu’on peut survivre à cette situation, en montrant que finalement c’est le harceleur qui ne va pas bien non plus psychologiquement, et en disant que des adultes peuvent aider, qu’il ne faut jamais rester seule. Les phénomènes de groupe sont finement analysés, avec le chef et les autres qui, pris individuellement, ne vous veulent pas autant de mal que cela.

Carrie avoue que l’amour avec un grand A se présente rarement à l’adolescence car chacun est en construction, et qu’on peut se rendre compte que ce n’était pas la bonne personne, et que ce n’est pas grave, même si c’est douloureux.

La partie sur Internet est efficace : Carrie démontre que sur Internet, beaucoup de gens que l’on ne connaît pas profitent d’un certain anonymat pour critiquer les autres et leur faire du mal, elle explique également que l’on peut être addict aux réseaux sociaux, mais que du coup on passe parfois à côté de la vraie vie et de vraies rencontres enrichissantes, et qu’il faut donc garder un équilibre entre réel et virtuel.

Elle donne confiance en elle aux jeunes filles qui souhaitent réaliser leurs rêves, en leur expliquant, que certes, cela sera difficile, mais que la volonté et l’audace d’aller de l’avant peuvent permettre de réaliser ses rêves, et que si on rencontre des revers, on doit persévérer.

Carrie donne également des conseils sur la façon de prendre la vie, d’accepter de sourire, et de voir le verre à moitié plein, plutôt que la moitié vide. Elle prouve qu’il faut s’accepter comme on est, que les autres doivent aussi l’accepter, même si on peut toujours s’améliorer.

En fin d’ouvrage, des numéros de téléphone et des sites web sont indiqués si on a besoin d’aide au sujet des drogues, de l’alcool, des violences scolaires, des troubles alimentaires, de la sexualité, du harcèlement, ou de l’aide psychologique.

Au final, un livre revigorant et plein d’optimisme et d’espoir, qui peut redonner confiance en soi et en la vie. Les conseils sont judicieux, et passent peut-être mieux que quand c’est un adulte de l’entourage qui les dit.

Un site web en français répertorie quelques conseils de Carrie tirés de son livre : http://carrie-hope-fletcher.fr/

Ce que je sais (enfin !)
Ce que je sais (enfin !)

Voir les commentaires

1 2 > >>