Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mon guide pour aller mieux toute seule comme une grande

Mon guide pour aller mieux toute seule comme une grande

« Mon guide pour aller mieux toute seule comme une grande » de Sylvie Pichon-Maquelle et Chantal Duvault-Tavernier, éditions Prat.

Tout d’abord, merci aux éditions Prat et à Babelio et son opération Masse critique pour m’avoir sélectionnée pour recevoir cet ouvrage.

Ce guide a été écrit à deux mains, par Sylvie Pichon-Maquelle, qui a eu un accident et a eu du mal à s’en sortir, et qui a rencontré Chantal Duvault-Tavernier, qui a été à la fois son thérapeute, son naturopathe, et son amie. Grâce à elle, Sylvie a pu sortir de ses difficultés et de son mal-être, et toutes deux ont décidé de faire profiter les autres de ce qu’elles avaient appris en écrivant cet ouvrage.

Le guide propose plusieurs étapes pour aller mieux, du choix de commencer à se mettre en marche vers un processus de bien-être, vers la prise de distance par rapport à soi, aux autres, aux difficultés et obstacles, grands ou petits, qui émaillent notre vie, en passant par l’écoute de son corps, ou la prise de conscience de l’instant présent.

Chaque partie propose des outils pour aller mieux, accompagné d’encadrés qui font le focus sur un point précis, apportent le témoignage d’une personne, ou apportent des propositions concrètes. Et les points essentiels sont repris en gros et en couleurs, accompagnés de citations qui font du bien et/ou poussent à réfléchir sur soi.

Ce guide propose tout simplement d’accompagner les personnes qui le souhaitent vers le chemin du mieux-être, voire de la sérénité. Sans jugement, avec bienveillance, il propose des outils et des méthodes pour se réconcilier avec la vie, quelques soient les épreuves que l’on peut avoir à traverser, par exemple, le reiki, la pleine conscience ou la technique de libération des émotions (EFT).

En résumé, un ouvrage qui permet de rencontrer des moyens d’aller mieux et à être plus positif, et qui peut pousser les gens à se renseigner de façon plus approfondie sur certaines méthodes.

Mon guide pour aller mieux toute seule comme une grande
Mon guide pour aller mieux toute seule comme une grande

Voir les commentaires

Une planète dans la tête

Une planète dans la tête

« Une planète dans la tête » de Sally Gardner, éditons Gallimard jeunesse.

Résumé : Standish vit avec son grand-père dans la Zone 7, celle des rebuts privés de tout et constamment sous surveillance. Heureusement que son grand-père est ingénieux : il réussit à trouver de la nourriture et à élever des poules en cachette. Standish est le souffre-douleur des autres en classe, car il passe pour stupide à cause de sa dyslexie. Mais tout change lorsque Hector arrive dans la maison d’à côté. Ce dernier le défend et tous deux deviennent amis, rêvant d’aller sur la planète Juniper inventée par Standish, construisant une soucoupe volante pour y aller. Mais un jour Hector et ses parents disparaissent, un homme de la une apparaît dans leur jardin, et Standish va se révolter contre son professeur…

Mon avis : Ce roman, qui a obtenu deux prix littéraires britanniques, dépeint un monde cruel et totalitaire où le pouvoir de la peur règne en maître.

Seul Standish va oser se révolter, s’appuyant sur ses rêves et son originalité. D’abord en tenant tête à un professeur battant ses élèves, et en dénonçant l’acte de mort de ce dernier sur un élève. Ensuite, en comprenant que l’atterrissage sur la lune relayée par la télévision comme outil de propagande n’est qu’une farce, et que le bâtiment de l’autre côté du mur cache la réalisation d’un décor en studio pour reproduire cet alunissage. Standish décide alors de prouver au monde entier cette gigantesque supercherie, espérant aussi retrouver Hector.

Un roman poignant, montrant que le totalitarisme repose sur la peur, la dénonciation, le pouvoir des images. Standish, qui pourrait passer pour simple d’esprit, va rêver d’accomplir un acte héroïque pour dénoncer le pouvoir en place, quitte à se sacrifier. Un roman qui fait réfléchir, dans la lignée de « La bonne couleur » de Yaël Hassan.

Voir les commentaires

Say I love you

Say I love you

« Say I love you » de Kanae Hazuki, éditions Pika, collection Pika Shôjo.

Résumé : Mei, lycéenne de 16 ans, n’a jamais eu de véritables amis et n’a jamais eu de relation avec un garçon. Elle préfère vivre en solitaire plutôt que d’avoir des « amis » qui la laissent tomber sans prévenir, comme dans son enfance. Mais Yamato va peut-être la faire changer d’avis. Il l’embrasse un jour où il l’aide et veut la convaincre qu’il leur est possible de vivre une relation. Mais rien n’est gagné car Mei et lui sont très différents.

Mon avis : J’ai trouvé le début de ce manga un peu poussif, mais j’ai fini par m’y intéresser.

Mei est une fille étrange dans son collège car elle ne parle à personne et n’a pas d’amis. Progressivement, elle va apprendre à faire confiance à Yamato, souvent contre son gré. Elle craint qu’il ne se joue d’elle car il est beau et populaire, alors qu’elle se sent moche et invisible. Peu à peu, elle va s’ouvrir à l’amour.

Un manga qui devrait parler aux collégiennes qui se sentent parfois mal dans leur peau et qui leur montre que les apparences ne font pas tout.

Voir les commentaires

Complot à Florence : Dans l’observatoire de Galilée

Complot à Florence : Dans l’observatoire de Galilée

« Complot à Florence : Dans l’observatoire de Galilée », de Guy Jimenes, éditions Nathan, collection Un regard sur…

Résumé : A Florence, en juin 1611, un drapier du nom de Piascero, s’est acoquiné avec un inconnu, se faisant surnommer le Vénitien. Ce dernier veut la perte du savant Galilée, et demande à Piascero de trouver quelqu’un pour s’introduire dans la maison de Galilée, où une fête va être donnée pour honorer le Grand-Duc. Ils recrutent alors Fiorina, une jeune fille qui vole dans la rue, lui donnant comme mission de se faire embaucher pour préparer la fête et de déposer des documents compromettants…

Mon avis : La collection « Un regard sur… » a pour ambition de plonger le jeune lecteur dans un épisode fictif de la vie d’un personnage célèbre pour le découvrir.

Ici c’est la jeune Fiorina qui va permettre de comprendre l’importance des découvertes de Galilée via sa lunette astronomique, ainsi que le contexte historique et religieux de l’époque, où le fait de proclamer que la Terre n’est pas au centre de l’univers était condamné comme hérésie et passible de mort.

Le jeune lecteur connaîtra ce qu’a découvert Galilée, tout en s’attachant à l’héroïne Fiorina, qui est en fait un garçon !

Voir les commentaires

L’homme à la voiture bleue

L’homme à la voiture bleue

« L’homme à la voiture bleue » de Sébastien Gendron, éditions Syros, collection Rat noir.

Résumé : Antoine va chez son père et sa belle-mère un week end sur deux et pendant les vacances, et depuis quelques temps, il ne voit plus Victor, le fils de la compagne de son père. Profitant des vacances de la Toussaint, il demande où se trouve Victor, et découvre qu’il est en prison, mis en examen pour meurtre ! Victor aurait tué un représentant venant dans la résidence, mais Antoine sait qu’il n’en est rien, car il a vu revenir son frère au moment des faits et il n’aurait pas eu le temps de commettre cet acte. Mais Victor est le coupable idéal, car dans cette résidence ultrasécurisée il fait tâche avec son scooter pétaradant… Antoine décide alors de mener l’enquête pour innocenter Victor.

Mon avis : Un roman policier qui montre que les préjugés ont la vie dure et qui se fait le portrait d’une société dévorée par la peur, peur de l’autre, du voisin de palier qu’on ne connaît même pas, mais qui a sûrement de mauvaises intentions.

La situation semble désespérée, mais la ténacité d’Antoine permet de garder espoir. Au fur et à mesure de l’enquête, on comprend que Victor n’est pas coupable, mais alors qui ?

Un roman policier à l’intrigue bien ficelée. Il est cependant étrange que les policiers aient bâclé leur enquête à partir de simples présomptions des voisins, et qu’ils n’aient pas plus regardé les preuves et approfondi leur enquête.

Voir les commentaires

La fille qui dévorait les livres

 La fille qui dévorait les livres

« La fille qui dévorait les livres » de Pierdomenico Baccalario, éditions Bayard jeunesse, collection Estampille.

Résumé : M. Antonino écrit des histoires. Domitilla aime lire des histoires. Tous vont donc se rencontrer par l’intermédiaire de la bibliothécaire. Et Domitilla va non seulement lire l’histoire qu’est en train d’écrire M. Antonino, mais elle va aussi lui donner son avis, quitte à lui demander de changer l’histoire en fonction de ses idées et propositions.

Mon avis : Un roman étonnant qui montre la création d’une histoire de l’intérieur.

Au début, tout comme Domitilla, je trouvais que l’histoire écrite par M. Antonino était un peu brouillonne, mais au fil des chapitres, je me suis surprise à m’attacher aux héros, à la légende du cheval fantastique Bayard qui surgit pour aider le même village depuis des centaines d’années.

On comprend que la rédaction d’une histoire n’est jamais figée, et peut évoluer en fonction des idées des lecteurs avant sa parution. Et M. Antonino nous donne une belle leçon en expliquant que les objets sont sources d’inspiration pour leurs auteurs. A découvrir.

Voir les commentaires

Pelham Lane, Tome 3

Pelham Lane, Tome 3

« Pelham Lane, Tome 3 » de Georgina Bloomberg et Catherine Hapka, éditions Hachette, collection Bloom.

Résumé : Au centre équestre de Pelham Lane, c’est l’effervescence. Tommi entraîne un cheval qu’elle veut vendre, tout en essayant de veiller sur Kate. Kate prend très au sérieux son travail au centre, délaissant parfois son petit ami, fuyant également l’ambiance familiale. Zara rate ses entraînements, occupée à devoir mentir à sa mère, rentrée plus tôt que prévue, et l’ayant confiée à la garde de sa cousine qui a disparu.

Mon avis : Je n’ai pas lu les tomes précédents, mais il assez facile de rentrer dans l’histoire, certains événements étant racontés.

L’univers de cette série fait penser aux romans de Mélissa De La Cruz, les chevaux en moins : jeunes filles riches gâtées, mais ayant comme tout le monde des difficultés dans la vie, une autre jeune fille de classe moyenne obligée de travailler mais qui a un petit ami fortuné, des règlements ce compte, des histoires d’amour.

En bref, une lecture facile qui fait passer le temps, mais dont je ne garderai pas un grand souvenir.

Voir les commentaires

Gros sur la tomate

Gros sur la tomate

« Gros sur la tomate » de Dominique Brisson, éditions Syros, collection Tempo.

Résumé : Bob est un petit garçon qui est « dys » : dyslexique, dysphasique, dyscalculique, dysgraphique… et cela lui cause bien des soucis avec sa nouvelle maîtresse qui ne le comprend pas et croit qu’il fait exprès et qu’il est insupportable ! Heureusement qu’il y a Anna, sa seule amie à l’école, qui est sourde et muette, et qu’il a sa maman pour le soutenir et le réconforter !

Mon avis : Ce court roman est comme une gifle que l’on reçoit. Il aborde le thème du handicap à l’école, et on ne peut pas dire que les adultes aient le beau rôle, au contraire !

Bob est « dys », tout se mélange dans sa tête, et il n’arrive pas à retenir ses leçons. Il fait le récit de ses (més)aventures, en écrivant « dys », ce qui permet au lecteur de se mettre à sa place, de comprendre ses difficultés de l’intérieur au lieu de se moquer et de juger. Le comportement du boulanger ou de la maîtresse font mal au cœur, Bob passant pour mal élevé et incapable. Par ailleurs, Bob n’a pas d’amis, les autres se moquent de lui, et surtout son cousin ! Seule Anna le comprend, mais elle aussi a un handicap, elle est sourde et muette. Quand vient le moment de préparer le spectacle de fin d’année, Bob et Anna n’ont pas de texte, et vont finalement être écartés de la pièce, faisant frémir de rage Bob !

Un roman coup de poing qui fait réfléchir sur le problème des enfants « dys », que l’on soit enfant ou adulte. Un livre à lire et faire lire d’urgence à tous !

Voir les commentaires

De Cape et de Crocs, Acte XI, Vingt mois avant

 De Cape et de Crocs, Acte XI, Vingt mois avant

« De Cape et de Crocs, Acte XI, Vingt mois avant » d’Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou, éditions Delcourt.

Résumé : Le lecteur est projeté 20 mois en arrière, et retrouve Eusèbe le lapin en route pour sa destinée.

Mon avis : Eusèbe part pour devenir garde du roi, mais ses nombreuses mésaventures vont lui faire rencontrer des personnes malfaisantes, qui vont l’obliger à changer de métier. Heureusement il va rencontrer des alliés, mais il est dur de survivre à Paris, surtout quand on s’est fait un ennemi implacable et qu’on est rempli d’une naïveté confondante.

On suit ici le parcours d’Eusèbe qui part de sa province natale pour monter à Paris. En chemin, il va se faire dépouiller, déplaire au Grand Veneur, plaire à une belle marquise, devenir mousquetaire, prisonnier, poète, comédien…. Il est très naïf et innocent, ce qui fait son charme mais cause aussi sa perte.

Une superbe histoire, dont on attend la suite, en se demandant ce qui attend Eusèbe et dans quelle galère il va encore se fourrer, notamment avec son jumeau maléfique.

Voir les commentaires

Batman Vendetta

Batman Vendetta

« Batman Vendetta » de Mike W. Barr, Tony Bedard, Michael Golden, Rags morales, éditions Urban Comics, collection DC Classiques.

Résumé : 3 aventures de Batman contre son double maléfique sont ici réunies.

Mon avis : Batman va rencontrer son double maléfique, un homme, qui comme lui, a vu ses parents se faire tuer sous ses yeux, mais qui a pris une autre voie, celle du mal. La confrontation avec Batman est inévitable.

Chaque aventure est précédée d’explications qui sont les bienvenues pour les néophytes comme moi : elles permettent de comprendre l’histoire et les liens avec les autres épisodes. Batman est ici face à la personne qu’il aurait pu devenir, car ayant la mort des parents comme passé commun.

De l’action, des réflexions sur la nature des hommes, de quoi plaire aux fans de comics.

Voir les commentaires

1 2 > >>