Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La pire mission de ma vie

La pire mission de ma vie

« La pire mission de ma vie « de Robin Benway, éditions Nathan.

Résumé : Maggie est une espionne de 16 ans, qui vit avec ses parents, tous eux espions également. Sa spécialité : ouvrir les serrures, et surtout celles des coffres-forts. Sa première mission en solo lui est confiée : rechercher à New York des documents divulguant les noms des membres du Collectif, société qui emploie sa famille. Pour cela, elle va devoir aller étudier au lycée et se rapprocher de sa cible, Jesse, dont le père détient les documents et va les publier dans la presse. Mais ce que Maggie n’avait pas prévu, c’est de se faire une amie et de tomber amoureuse de sa cible. Comment pourra-t-elle s’en sortir ?

Mon avis : Un bon roman de détente, pas forcément indispensable, mais qui se laisse lire. Pour une fois, c’est une jeune fille qui est l’héroïne d’un roman d’espionnage. Meggie est pleine d’humour et a un regard détaché sur sa situation, permettant au lecteur de rire ou de sourire avec elle, étant parfois pris à partie. Comme dans tout roman d’espionnage, le méchant n’est pas forcément celui qu’on pense, il y a à la fin une scène de course-poursuite, et une histoire d’amour pointe le bout de son nez. Cette histoire devrait plaire à toutes les fans d’aventure et d’héroïnes hors normes. La suite devrait sortir en juillet 2014.

Voir les commentaires

Un jour j'irai chercher mon prince en skate

Un jour j'irai chercher mon prince en skate

« Un jour j’irai chercher mon prince en skate » de Jo Witek, éditions Actes Sud Junior, collection Romans Ado.

Résumé : Fred est une jeune fille de 14 ans qui adore s’habiller en jean, déteste se maquiller et adore faire de skate. Elle a compris qu’avec son look, elle ne réussira jamais à attirer un prince charmant. Elle comprend que de toute façon, ses goûts et sa façon de vivre sont plus importants que le fait d’embrasser ou de sortir avec un garçon. Ainsi, au collège, elle devient la confidente et même la conseillère des amoureux, de par son statut de « célibre » assumée, qui affirme attendre le lycée pour s’intéresser aux garçons. Mais au fond de son coeur, elle attend toujours son prince. En partant séjourner dans la grande maison familiale normande, elle va faire la rencontre de ses cousins et surtout de tante Diane, sa marraine, adulte excentrique qui la comprend et l’aide à trouver sa voie et surtout à surmonter sa plus grande peur, celle d’oser prendre des initiatives et d’accepter de tomber amoureuse.

Mon avis : Un roman plein de fraîcheur qui revigore ! Ici, les filles ne sont pas toutes présentées comme des écervelées qui attendent leur premier baiser, leur première histoire d’amour. L’héroïne, Fred, a décidé de rester comme elle était et de ne pas chercher à plaire à tout prix aux garçons en vue d’un hypothétique premier rendez-vous. Ils n’ont qu’à l’accepter comme elle est, même si c’est parfois dur de l’assumer et qu’elle rêve en secret de son prince. En nouant des relations avec sa famille, elle va comprendre que les femmes sont libres et qu’au lieu d’attendre le prince charmant, elles peuvent aussi aller le chercher, en skate s’il le faut, car la chance se provoque. Les jours passés en famille vont également permettre à tous les membres de se réconcilier avec leur passé et d’accepter le présent. Un livre plein d’émotions, où la vie apparaît telle qu’elle est : amère parfois, douloureuse aussi, mais où la force de vivre et de prendre sa destinée en main permet d’avancer.

Quelques extraits :

« Et tout cela à cause de qui ? Je vous le demande, les filles ? A cause des garçons. Du regard des garçons. Et dire qu’on appelle nos pays des démocraties ! Des espaces de vie qui respectent la liberté des femmes. Tu parles ! Jupe courte, jean troué ou voile : même combat. Celui de l’enfermement des filles dans des fringues pour plaire ou déplaire aux garçons selon les coutumes et traditions. »

« Si ma peur de la mer m’avait permis d’apprécier la réelle beauté du paysage, je pouvais reproduire l’exercice avec les garçons. Elle avait raison, j’avais peur d’eux en réalité, et ma trouille viscérale devait m’empêcher de les regarder vraiment. Tels qu’ils étaient. Sans le savoir, j’avais peut-être croisé un prince, mais j’étais tellement concentrée sur l’idée d’être choisie que je l’avais sans doute laissé passer. »

« La chance est forcément avec vous puisqu‘elle dépend de vous. »

Voir les commentaires

La 5° vague

La 5° vague

« La 5e vague » de Rick Yancey, éditions Robert Laffont.

Résumé : Cassie se cache seule dans la forêt depuis que sa mère est morte de maladie, son père tué et son petit frère emmené dans un camp militaire. Elle doit se débrouiller seule pour survivre, sans faire confiance à qui que ce soit, depuis que les extraterrestres ont envahi la planète. Ils ne sont pas du tout comme on l’imaginait, ni même ne se battent pour gagner, il leur a suffi d’infiltrer des humains de l’intérieur et de lancer des vagues successives : la première vague est l’Extinction des feux, un choc électromagnétique qui prive l‘humanité des réseaux et de tout ce qui fonctionne avec de l’électricité, la deuxième vague est la Déferlante, gigantesque tsunami qui tue tous les habitants vivants jusqu’à des centaines de kilomètres des côtes, la troisième Vague est la Pandémie, maladie transmise par les oiseaux qui tue la plupart des gens, la quatrième vague est le Silence imposé, ne sachant pas à quels rares survivants parler, et la cinquième vague va utiliser les enfants rescapés. Cassie va tout faire pour essayer de retrouver son petit frère, même à faire conscience à un Infiltré…

Mon avis : Un roman palpitant dès le début, qui remet en cause tous nos schémas de pensées concernant une possible invasion d’extraterrestres, ici, pas de monstres géants ni de batailles sanglantes. En fait, tout humain est susceptible d’être infecté et d’être en réalité un extraterrestre. Le plan des extraterrestres est machiavélique : faire croire aux enfants qu’ils ont été sauvés par l’armée, les former à tuer ceux qu’ils disent Infectés, et enfin tuer ces enfants, une fois leur mission accomplie, en pressant le bouton de destruction de la puce qu’ils ont inséré dans leur nuque. La moitié du livre et passionnante et nous fait plonger dans l’horreur, avec un rappel des camps de concentration, mais la deuxième partie est beaucoup plus convenue, l’héroïne va tomber amoureuse de celui qu’il ne faut pas, et le vocabulaire devient beaucoup trop souvent familier, voire vulgaire, ce qui gâche le plaisir de la lecture. A voir si la qualité des deux tomes suivants prévus remonte et si l’histoire sort des sentiers battus.

Voir les commentaires

Paris à l'air libre

Paris à l'air libre

« Paris à l’air libre », préface de Lindsey Tramuta, éditions du Chêne, collection Les guides du chêne

Résumé : Organisé en cinq parties, ce guide fourmille de conseils et d’adresses pour profiter au maximum de Paris. La première partie « Vélo, boulot, dodo ! » nous propose de faire du sport, de manger sainement ou de trouver des endroits reposants. La seconde partie « Faire un break après le boulot » propose des bons plans pour l’apéro, et profiter de son propre jardin dans la capitale. La troisième partie « Le week-end à Paris » fait profiter des soins de nature et de campagne à Paris. La quatrième partie « Un air d’été à Paris » fait naviguer sur la Seine ou au bord de ses plages, embellit les nuits de fêtes ou enrichit la culture artistique. La dernière partie « Paris sous la pluie » propose des solutions pour ne jamais s’ennuyer et même s’évader de Paris.

Mon avis : Un guide indispensable pour les parisiens, mais aussi pour ceux qui vont y passer quelques jours de vacances. Loin du parcours touristique classique, ce guide propose des endroits et des adresses parfois cachés, connus seulement de quelques initiés. Tout est à portée d’une station de Velib’, donnant la belle part à la nature et au plein air. De belles découvertes jalonnent ce guide, avec des illustrations tout en douceur donnant immédiatement envie de s’évader : cours de yoga ou tai-chi en plein air, marchés et produits naturels ou bios, parcours sportifs ou de repos dans les parcs, vignobles méconnus, restaurants ou cafés permettant de voyager sans bouger… Mention spéciale pour la librairie Shakespeare & Co qui ouvre en nocturne et nous accueille dans un cadre au décor anglais accueillant, avec des échelles pour aller en haut des étagères. Je pense y faire un petit tour… En résumé, un ouvrage que je conseille à tous ceux qui souhaitent (re)découvrir Paris sous l’angle de la nature et des endroits insolites.

Merci aux éditions du Chêne et à Babelio et sa Masse critique pour cette superbe découverte !

Paris à l'air libre
Paris à l'air libre

Voir les commentaires

Réseaux, Tome 1

Réseaux, Tome 1

« Réseaux, Tome 1 » de Vincent Villeminot, éditions Nathan.

Résumé : Sixie souffre de troubles psychologiques qui lui font faire chaque nuit des cauchemars, qui se sont par le passé souvent révélés prémonitoires. Le jour, elle publie des vidéos sur le réseau social DKB. La nuit, elle écrit ses cauchemars sur sa version nocturne, le MDP, MyDarkPlaces. Elle se rend compte un jour que quelqu’un a filmé ses cauchemars et se demande si elle n’est pas responsable d’un assassinat. Un jour, Nada#1, chef des clowns noirs, semant le chaos dans les capitales de l’Europe en faisant rejouer des jeux vidéos en direct live, la contacte pour réaliser pour lui une vidéo. Mais Sixie se fait piéger et est arrêtée par la police. On la soupçonne d’être en collusion avec Nada#1 et d’avoir participé à un attentat…

Mon avis : Ce résumé, très incomplet, donne juste aperçu d’une partie de l’histoire. J’ai mis environ 100 pages avant de comprendre ce qui se passait vraiment et à reconnaître les différents personnages intervenant dans l’histoire. Et là, je n’ai parlé que de Sixie, car tout tourne autour d’elle, ou plutôt, c’est l’appât pour que quelqu’un qui tient à elle rejoigne Nada#1. En fait, toute l’histoire est construite comme une toile d’araignée, avec différents éléments semblant fort éloignés les uns les autres, mais se retrouvant finalement imbriqués par la proie au centre de la toile. Découpé en plusieurs grands chapitres, le roman se découpe ensuite jour après jour, avec les différentes heures et différents personnages intervenant. Le langage est très moderne, souvent très proche de celui des geeks. Les scènes sont parfois violentes et prennent à la gorge. On comprend au fur et à mesure que quelque chose d’inéluctable s’est mis en marche et que rien ne peut l’arrêter. Un roman, entre virtuel et polar, plutôt à destination des lycéens ou des bons lecteurs de 3°, pourvu qu’on arrive à se mettre dans l’histoire car au début, rien ne semble lié, et il difficile de retenir tous les personnages.

Voir les commentaires

Delirium

Delirium

« Delirium » de Lauren Oliver, éditions Hachette, collection Black Moon.

Résumé : Lena arrive en fin d’année scolaire et compte les jours qui la rapprochent enfin de l’opération du protocole attendue impatiemment. Enfin, elle sera heureuse, ne ressentant plus de sentiments, pouvant dormir sans le cauchemar de voir chaque nuit sa mère se suicider en se jetant dans l’océan du haut d’une falaise. Le jour de l’Evaluation qui détermine votre personnalité en fonction des réponses à un questionnaire, l’esprit de Lena se révolte et elle donne de mauvaises réponses. Heureusement, l’Evaluation est interrompue par des vaches lancées en pleine course dans le laboratoire. Il s’agit d’une action des Invalides, personnes à l’extérieur de la ville qui vivent en ayant refusé l’opération et pris la fuite dans la Nature. Ce jour-là, Lena aperçoit le visage d’un jeune homme qu’elle va revoir plus tard. Elle tombera amoureuse de lui, atteinte alors de ce que la Société appelle amor deliria nervosa, et qui est soigné par l’opération. Progressivement, Lena va laisser son moi profond s’exprimer et comprendre grâce à l’amour qu’une autre vie est possible. Pourra-t-elle choisir sa vie avant que la Société ne s’en empare ?

Mon avis : Ce premier tome d’une dystopie en trois volumes accroche et on ne le lâche plus. Le monde dans lequel vit Lena est dirigé par une société qui a décidé de chasser les sentiments chez tous les habitants afin de les sauver. Après l’opération qui a lieu à 18 ans, chaque personne change et est privée de tout sentiment, vivant dans l’indifférence. Lena est marquée par son passé, le suicide de sa mère, qui a préféré se tuer plutôt que de subir une nouvelle fois l’opération. Avec l’amour, les yeux de Lena se dessillent, et elle comprend que la société joue beaucoup avec le mensonge et les apparences : oui, on peut vivre avec l’amour, non, les barrières à la sortie de la ville ne sont pas toutes électrifiées, oui, il y a des gens infiltrés dans la société qui soutiennent la cause des Invalides de l’intérieur, non, cette société n’est idéale, elle tue et fait régner la terreur dans la ville. Hélas, quand Lena fait son choix, elle est démasquée… Arrivera-t-elle à s’échapper ?

Voir les commentaires

Peur express

Peur express

« Peur express » de Jo Witek, éditions Actes Sud Junior, collection Romans Ado.

Résumé : Six jeunes gens, inconnus les uns des autres, se retrouvent dans le même TGV qui va tomber en panne et s’arrêter en pleine nature, sur un pont, au cœur d’une tempête de neige. Tous vont vivre une expérience de l’horreur : rencontre d’un vampire, de personnes mortes, de revenants. Ils vont être confrontés à leurs pires peur et vont se découvrir un lien lié à leurs passés respectifs.

Mon avis : Un thriller efficace où la frontière entre la réalité et le paranormal est ténue. Comment expliquer les hallucinations ? Fragilité psychologique ? Folie collective ? Mémoire d’un passé qui doit se résoudre dans le présent ? Télépathie ? Un roman fort qui tient le lecteur en haleine, un suspense qui dure jusqu’au bout. A la fin, le lecteur doit faire face à ses certitudes et ses doutes pour se faire sa propre opinion. A lui de voir ce en quoi il croit. Tout semble possible et la fin est ouverte…

Voir les commentaires

Promenade par temps de guerre

Promenade par temps de guerre

« Promenade par temps de guerre » de Anne-Marie Pol, éditions Le livre de poche jeunesse, collection Le livre de poche jeunesse-Historique.

Résumé : Victor vit dans un orphelinat car son père est porté disparu. Mais au fond de lui-même, il reste convaincu que son père est toujours vivant. Aussi, profitant du bombardement de l’orphelinat, il part sur les routes à la recherche de son père. Au cours de son périple, il rencontrera un poilu, des soldats, une jeune fille aux cheveux rouges, une troupe de comédiens. Parviendra-t-il à retrouver la trace de son père ?

Mon avis : Un roman écrit par Anne-Marie Pol en hommage à son grand-père mort pendant la Première Guerre mondiale. Elle nous invite à suivre les pas d’un jeune garçon persuadé que son père est toujours vivant. Au fil des rencontres et du parcours, on a un aperçu de la situation en France à la veille de l’Armistice de 1918 : bombardements, villages quasiment détruits, grippe espagnole, faim, retour difficile des poilus à la vie civile, exécution pour l’exemple des soldats se rebellant contre le fait de retourner au front, vie difficile des civils… Victor se révolte contre le destin et force sa chance afin de pouvoir retrouver son père. Un ouvrage qui montre l’horreur de la guerre à travers les yeux d’un enfant. A avoir au CDI.

Voir les commentaires