Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #coups de coeur catégorie

La Passe-miroir, 1. Les Fiancés de l’hiver

« La Passe-miroir, 1. Les Fiancés de l’hiver » de Christelle Dabos, éditions Gallimard jeunesse

 

Résumé : Dans un monde futuriste divisé entre différentes Arches dirigées par des esprits de famille, je vous présente Ophélie, qui vit sur l’arche Anima, où les gens ont des dons avec les objets, que ce soit pour les réparer, « lire » leur histoire… Ophélie a deux dons originaux : elle peut traverser des miroirs, et est une liseuse renommée, tenant son musée d’objets du passé. Soudainement, elle découvre qu’elle va devoir se marier. Mais son promis n’habite pas Anima, et vient du Pôle. Elle va devoir quitter sa famille soudainement pour suivre son futur mari chez lui, heureusement accompagnée par sa tante Roseline. Mais elle va rapidement comprendre qu’elle se retrouve en territoire ennemi…

 

Mon avis : Coup de cœur pour ce premier roman de Christelle Dabos dont j’ai entendu ou lu beaucoup de bien.

 

Le lecteur est plongé dans un monde futur, où les gens vivent dans des Arches différentes, sous l’égide de leur esprit de famille. Ophélie est une jeune fille un peu à part dans son Arche d’Anima, elle a des dons un peu spéciaux, n’est pas du tout coquette, et a déjà refusé deux cousins en mariage ! Mais tout change du jour au lendemain, elle va devoir se marier à un parfait étranger qui vient de l’Arche du Pôle. Et quand elle rencontre son fiancé, Thorn, elle découvre un homme glacial, peu causant, aux manières un peu rustres, qui l’ignore complètement, et semble encore moins apprécier qu’elle l’idée du mariage.

 

Mais elle n’a pas le choix, elle va devoir le suivre chez lui, dans la Citacielle, qui sous couvert d’illusions, cache de sombres secrets, complots et meurtres. Accompagnée de sa tante Roseline, Ophélie va devoir affronter une belle-famille pas toujours vraiment accueillante, et comprendre que sa vie pourrait même être en danger.

 

Pourquoi Thorn l’a-t-il choisie ? Quels sont les avantages de ce mariage soudain pour lui et sa famille ? Ophélie est bien déterminée à comprendre ce qui se trame…

 

Quand on plonge dans ce roman, on se retrouve avec une Ophélie aux antipodes des critères de l’héroïne accomplie : elle prend peu soin d’elle, s’habille et se coiffe avec négligence, est myope, souvent malade, toujours maladroite, et ne s’intéresse qu’aux objets du passé. Aussi, on se demande comment elle va pouvoir survivre dans un univers glacial et fourbe, face aux différentes manigances qui se trament dans son dos, alors qu’elle ne sait toujours pas pourquoi elle a été choisie.

 

C’est avec d’autant plus de plaisir qu’on la voit progressivement s’affirmer, comprendre les mystères qui entourent sa venue, et décider de devenir maîtresse de son propre destin. Car sous ses airs frêles, elle cache une grande force de caractère en quête d’honnêteté et de vérité. Sa vie sera difficile et elle va être malmenée, mais ses qualités d’écoute et de réflexion vont lui permettre de se frayer une place dans ce monde si différent du sien.

 

En bref, un roman que je recommande à tous, mais je reste sceptique sur le fait que des élèves de collège accrochent à ce gros pavé à l’histoire très (trop !) originale pour eux. Je le conseillerais plutôt à partir du lycée. J’ai l’impression que ce roman entre dans les catégories des livres qui ont un très gros succès auprès des prescripteurs de lecture, mais qui a du mal à se faire une place chez les jeunes. Un peu comme « Vango » de Timothée de Fombelle. Mais peut-être que je me trompe…

Voir les commentaires

Le grand méchant Renard

« Le grand méchant Renard » de Benjamin Renner, éditions Delcourt, collection Shampooing

 

Résumé : Renard va régulièrement à la ferme pour tenter de s’emparer d’une poule à dévorer. Mais hélas, il ne fait absolument pas peur, et les poules se moquent de lui. Alors quand Loup lui suggère de voler les œufs d’une poule, de les couver, d’élever les poussins pour les manger, Renard n’hésite pas un instant. Mais c’est sans compter sur ses émotions de « mère poule ».

 

Mon avis : Cette BD a reçu en 2016 le Fauve Prix jeunesse du Festival d’Angoulême, et on comprend pourquoi.

 

J’ai moi aussi adoré cette BD pleine de joie, où le Renard est l’antithèse des animaux qui font peur. Même les petits oiseaux se moquent de lui et ne ressentent aucune peur. Le cochon et le lapin du fermier ont même pitié de lui et lui donnent des navets, car Renard est bien incapable de faire le poids par rapport aux poules. Alors, lorsque son compère Loup lui suggère de voler des œufs pour élever des poussins et les dévorer, il pense que c’est enfin le moment d’y arriver. Mais bien sûr, rien ne se passe comme prévu pour notre Renard un peu (beaucoup !) looser. Les petits poussins vont vite s’attacher à lui, et il va découvrir les joies et les crises de nerfs de la vie en famille !

 

Une BD réjouissante où on rit de Renard lésé par le Loup (pour une fois), bien loin de la légendaire ruse dont on affuble les animaux de sa race. Renard est maladroit, peureux, mais aussi attachant. Et il va se révéler finalement bien plus courageux qu’il y paraît quand il va devoir sauver la vie des petits poussins qu’il aime finalement comme une mère. Beaucoup de gags, mais aussi de poésie et des moments touchants dans cette BD qui se lit d’une traite et se relit aussi pour le plaisir !

 

A lire absolument !

 

Le grand méchant RenardLe grand méchant Renard
Le grand méchant RenardLe grand méchant Renard

Pour prolonger l'aventure, une aventure interactive très sympathique est disponible en ligne :

 

Aventure de Renard

 

Et voici la bande-annonce du film d'animation qui sortira sur les écrans le 21 juin

 

 

L'avis de Manou, qui m'avait fortement donné envie de lire cette BD, c'est par ici : http://www.bulledemanou.com/2016/04/le-grand-mechant-renard-benjamin-renner.html

Voir les commentaires

Toc toc toc : papa, où es-tu ?

« Toc toc toc : papa, où es-tu ? » de Bryan Collier et Daniel Beaty, éditions Little urban

 

Résumé : Un petit garçon joue tous les matins au « toc toc toc » avec son papa et cela le rend heureux. Mais un matin, son père ne frappe pas à la porte, alors le petit garçon l’attend chaque jour…

 

Mon avis : Un superbe album sur l’absence du père. On ne sait pas ce qui est arrivé exactement au papa, même si on le devine. Son absence va assombrir la vie du petit garçon qui attend son papa pour le guider dans la vie. Alors il lui écrit une lettre. Et un jour, une réponse arrive, qui va le guider dans sa vie, même s’il ne revoit pas son père. Cette lettre va lui ouvrir les portes qui vont lui permettre de réaliser ses rêves, mais surtout de se réaliser dans la vie.

 

Un bel album, avec des collages qui marquent la douceur et la joie, mais aussi la peine face à l’absence du père. Ce dernier disparaît physiquement, mais va guider son fils à travers les mots, lui demandant d’être sérieux et de croire en lui-même pour oser vivre sa vie.

Un album doux-amer qui pourra permettre aux enfants de mettre des mots sur leur souffrance, mais aussi de comprendre qu’ils peuvent choisir leur vie et se construire.

Voir les commentaires

Le Héros

« Le Héros » de Pierre Cornuel, éditions HongFei

 

Résumé : Zhou Chu est fort et puissant, aime dominer les autres et les commander, ce qui le rend souvent cruel. Aussi lorsque qu’un habitant lui suggère de vaincre le terrible tigre et le monstrueux poisson, il pense devenir un héros respecté. Mais le destin va lui jouer des tours…

 

Mon avis : Cet album est tout simplement magnifique, avec ses illustrations au pinceau et à la plume, dignes des estampes traditionnelles !

 

L’histoire raconte la vie d’un jeune homme cruel et présomptueux, à qui la vie va offrir une leçon amère. Mais il va saisir cette occasion pour se recentrer sur lui-même, apprendre à se connaître et s’ouvrir au monde.

 

Une belle leçon de morale et qui fait penser à l’enseignement de Confucius. Elle peut permettre de faire réfléchir les élèves sur l’apprentissage de la sagesse, qui commence par la connaissance de soi et la maîtrise de son for intérieur.

 

Un vrai coup de coeur !

 

Un extrait : « Se dépasser soi-même est plus important que dominer les autres »

Voir les commentaires

14-14

« 14-14 » de Silène Edgar & Paul Beorn, éditions Castelmore

 

Résumé : Adrien se rend régulièrement au cimetière pour y retrouver Marion. Mais le jour où il compte lui déclarer sa flamme, elle lui envoie un SMS pour lui dire qu’elle sort avec Franck ! Désespéré, le garçon aurait bien besoin de conseils. Sa requête sera entendue. Il va entamer une correspondance avec celui qu’il pense être son cousin, Hadrien, par l’intermédiaire d’une boîte aux lettres un peu ancienne. Mais Hadrien ne vit pas en 2014 mais en 1914. Lui est amoureux de Simone, et souhaiterait pouvoir aller au lycée, mais son père refuse. Tous deux vont apprendre à se connaître et devenir amis. Mais la première Guerre Mondiale va bientôt survenir…

 

Mon avis : L’idée de faire correspondre deux garçons à 100 ans d’intervalle est originale.

Au début, chacun des garçons pense écrire à son véritable cousin, jusqu’à ce qu’ils découvrent, stupéfaits, que l’un vit en 1914 et l’autre en 2014. Tous deux vivent à des époques différentes, mais ont des préoccupations communes : l’école, la famille, l’amour… Chacun va apprendre à connaître l’autre, et tous deux vont se donner mutuellement des conseils qui vont leur servir et les aider à grandir. Mais lorsque Adrien comprend que la Première Guerre mondiale va bientôt éclater, il a peur de perdre son ami. Car le village où il habite va faire partie du Chemin des Dames et va vite être rayé de la carte. Comment faire pour l’aider ?

 

Chaque chapitre alterne des scènes de la vie quotidienne d’Adrien et Hadrien, ainsi que leurs lettres. Très vite, on oublie l’aspect merveilleux de l’échange de lettres à travers le temps pour se plonger dans la vie de ces deux garçons.

D’un côté, la vie moderne de 2014 avec la difficulté pour Adrien de trouver sa place, de réussir à exprimer ses sentiments, sa révolte contre l’école. De l’autre, en 1914, la vie à la campagne d’Hadrien qui va passer son Certificat et rêve d’intégrer le lycée pour devenir ingénieur, même si son père voudrait le garder à la ferme, la vie quotidienne aux champs et les soins des animaux, et les terribles maladies comme la pneumonie qui emportent des vies. Chacun va avoir besoin de l’autre et trouver des solutions pour venir à bout des difficultés rencontrées. Et surtout Adrien voudrait sauver Hadrien d’une mort certaine s’il ne quitte pas son village avec sa famille. Mais comment faire entendre aux autres que l’on reçoit des lettres du futur ?

 

J’ai trouvé ce roman poignant, mettant en parallèle la vie de deux garçons qui vont devenir amis. Certaines scènes sont très touchantes et donnent parfois même les larmes aux yeux. Le scénario de l’histoire est original, les lettres pleines de vie, et l’histoire commune des deux amis va permettre à chacun de trouver de l’aide et de trouver le courage de faire face aux difficultés de la vie.

Un livre que l’on referme avec nostalgie.

Voir les commentaires

Bluebird

 « Bluebird » de Tristan Koëgel, éditions Didier Jeunesse

 

Résumé : Sud des Etats-Unis, dans les années 1940. Minnie parcourt les routes du Mississippi avec son père, elle, jouant de l’harmonica, lui, du violon. Minnie a un rêve : pouvoir enregistrer un disque ! Tous deux passent d’un endroit à un autre, jusqu’au jour où le destin va les forcer à s’arrêter dans la plantation de Silas. C’est là que le destin de Minnie va basculer, pour le meilleur comme pour le pire : elle va rencontrer Elwyn, le fils du contremaître avec qui elle va se lier d’amitié, mais elle va aussi assister une catastrophe qui va la pousser à s’enfuir à Chicago. Que va-t-elle devenir dans cette grande ville ? Pourra-t-elle s’y reconstruire et réaliser son rêve ?

 

Mon avis : Gros coup de cœur pour ce roman qui fait chanter l’âme du blues jusqu’au tréfonds de votre être.

 

Minnie est la fille d’un songster, un chanteur noir itinérant, depuis la mort de sa femme qui s’est tuée à la tâche dans une plantation. Ils sillonnent les routes du sud, échangeant un toit et de la nourriture contre des chansons. Et tous deux savent mettre l’ambiance avec leur blues. D’ailleurs Mille rêve d’enregistrer un disque, de faire des tournées.

 

Le jour où ils sont contraints de s’arrêter dans une plantation, Minnie va découvrir un maître diabolique et pervers, entouré de la famille du contremaître qui ne vaut pas mieux que lui. Mais elle va aussi faire la rencontre d’Elwyn le fils des contremaîtres, qui vient l’écouter et lui apporter un bâton de sucre en cachette. Tous eux vont faire fi des conventions et de la ségrégation et devenir amis.

 

Mais Minnie va devoir face à un coup cruel du destin et fuir à Chicago. Là, elle va devoir apprendre à faire face à sa peine et survivre dans ce nouvel environnement. Le blues va revenir à elle par des biais détournés, heureux hasard ou destin écrit par le vieux sorcier qui lui a donné une amulette protectrice et lui a prédit que sa voix résonnerait au-delà des montagnes. Le lecteur découvre alors l’univers du blues, avec sa concurrence rude, les clubs où on joue, l’enregistrement des disques…

 

Ce roman touche au cœur, autant par l’histoire personnelle de Minnie, la reconstitution de l’atmosphère lourde et difficile dans les plantations, la ségrégation et le racisme quotidien envers les Noirs, que par la découverte du blues, qui va révolutionner l’univers de la musique à cette époque.

 

L’auteur prend le judicieux parti de faire alterner différentes voix au cours du roman, permettant de multiplier les points de vue. Chaque voix donne un élément d’un puzzle où le diable semble se rire de tout, et où les gens et les situations ne sont pas ce qu’elles pourraient sembler être.

 

On tremble avec Minnie qui va réaliser son destin à cause d’un événement tragique, on frémit de crainte face à Silas qui semble l’incarnation du diable en personne, on est ému par les sentiments d’Elwyn et son amour profond pour Minnie, on ressent de la fierté et de la tristesse avec l’histoire de Nashoba, jeune indien qui va suivre la famille du contremaître, on pleure avec les morts, tout comme on danse de joie à l’écoute du blues. Et on découvre la voix aérienne, profonde et envoûtante de Minnie, ressentant le blues dans son corps et dans son âme.

 

Un superbe roman, intense et sensible, que je vous conseille vivement !

 

L'avis de Que lire

L'avis de Takalirsa

Voir les commentaires

Nos âmes jumelles

« Nos âmes jumelles » de Samantha Bailly, éditions Rageot

 

Résumé : Sonia veut devenir écrivain et prend la plume régulièrement. En se rendant sur un site de fanzine pour déposer ses premiers travaux d’écriture, elle fait la rencontre de Lou, jeune dessinatrice en herbe. Toutes deux se lient d’amitié et décident de réaliser une histoire à quatre mains. Objectif : l’avoir terminée pour la Japan expo ! Toutes deux sont très différentes mais vont devenir amies à travers leur passion commune, en dialoguant via Internet.

 

Mon avis : Ce roman est rayonnant et est une vraie bouffée d’optimisme ! Un vrai coup de cœur !

 

Samantha Bailly semble avoir beaucoup mis de son expérience personnelle dans ce roman qui raconte le chemin long et difficile, mais aussi grisant, qui mène vers l’écriture et l’illustration.

 

En exergue de chaque chapitre, quelques phrases de Lou ou de Sonia sont écrites avec le recul des dix années de leur relation littéraire, artistique et amicale.

Chacune porte en elle ses fêlures et ses difficultés par rapport à sa famille, ses relations avec les autres. Sonia et Lou sont très différentes de physique et de caractère, mais se complètent, comme les deux faces d’une même médaille.

Sonia semble être une jeune fille libre qui n’a peur de rien et se lie facilement aux autres, alors qu’à l’intérieur d’elle-même, elle est emplie de doutes.

Lou est une jeune fille timide dont on se moque souvent, qui n’a pas d’amis et se sent seule, mais qui se révèle à travers le dessin.

Chacune va aider l’autre à donner le meilleur d’elle-même, à croire en elle et en ses capacités. Toutes deux vont ressortir plus mûres et plus apaisées de cette relation.

 

Samantha Bailly croque bien la vie actuelle des jeunes filles d’aujourd’hui, qui peuvent lier des relations via les réseaux virtuels, d’ailleurs une aventure montrera qu’on peut y rencontrer le pire comme le meilleur !

 

Sonia et Lou ont en commun une famille qui ne croit pas qu’écrivain ou illustrateur soient de vrais métiers, mais leur passion est chevillée au corps, et elles travaillent dur pour s’améliorer et réaliser leur rêve.

 

Ce roman sera sûrement un succès auprès des jeunes filles, car elles se reconnaîtront dans ces héroïnes, leurs sentiments, leurs doutes et leurs peurs. Et il donnera aussi un formidable espoir à celles qui se destinent à écrire ou illustrer, en leur montrant qu’à force de ténacité, tout est possible, même si c’est difficile. Une vraie réussite !

 

Voir les commentaires

Soul breakers

« Soul breakers » de Christophe Lambert, éditions Bayard jeunesse

 

Résumé : Dans l’Amérique de 1936, où la crise est passée, nombreux sont les gens jetés sur les routes qui essayent de se rendre ailleurs pour trouver un emploi. Teddy, sa sœur Amy, et leur père, en font partie. Lors d’une étape dans un campement, une caravane de forains débarque, et Amy va avoir la joie d’assister à un spectacle de marionnettes. Mais dans la soirée, Amy change brusquement, et la petite fille joyeuse et pleine de vie laisse place à une personne plongée dans un état catatonique, comme si son âme avait disparu. Teddy est persuadé que les forains ont volé l’âme de sa sœur, et décide de partir à leur poursuite…

 

Mon avis : Un roman bouleversant que j’ai adoré et lu d’une traite !

 

L’histoire commence dans la difficile réalité des Etats-Unis, où la pauvreté augmente suite à la crise, et où les gens essayent de trouver un avenir meilleur et un emploi dans d’autres régions. La vie quotidienne est très difficile pour survivre, et l’argent manque cruellement.

Aussi, lorsque des forains proposent à Amy et Teddy une place gratuite pour le spectacle, Teddy se demande ce que cela cache. Et lorsqu’il découvre sa sœur dans un état d’abrutissement total, il comprend que les forains ont volé l’âme de sa sœur.

Incapable de l’expliquer, il quitte son père pour partir à la poursuite de cette étrange troupe de forains, aidé par son pouvoir qui lui permet de visualiser dans ses rêves la position des personnes.

 

Son chemin va le mener à faire de belles rencontres, à découvrir l’amitié, mais aussi le sordide quotidien des travailleurs américains dans les mines ou dans les abattoirs pour une poignée de dollars.

Il croisera toute une gamme de sentiments : amitié, amour, peur, solidarité, et il va aussi découvrir le pouvoir de forces occultes, chamanisme comme vaudou, au service de forces antagonistes.

 

Ce récit initiatique, sorte de road movie à travers le continent américain, mêle description de la vie rude à la fin des années 30 et magie intemporelle. Car la sinistre caravane des forains emporte les âmes sur son passage dans un but secret.

 

Une histoire forte, à laquelle je ne m’attendais pas à la lecture du résumé, et où le fantastique prend peu à peu possession du récit, mêlant différentes traditions et légendes, et nous emmenant dans un récit mené tambour battant.

 

Le héros, Teddy, va mûrir et va aussi apprendre à mieux se connaître et devenir adulte. Il va comprendre que, quel que soit son pouvoir, chaque homme a le choix de l’utiliser pour le bien ou pour le mal. Chacun est responsable de ses choix.

 

Une histoire que je conseille à partir de la troisième, au lycée, et à tout adulte qui a gardé son âme d’enfant, acceptant de croire l’impossible, et souhaitant connaître le destin des âmes emportées.

 

Merci à Babelio et son opération Masse critique, ainsi qu’aux éditions Bayard jeunesse, pour m’avoir fait découvrir ce roman passionnant juste après sa sortie !

 

 

 

 

Quelques extraits :

 

  • « Mais oui, il y a toujours des raisons de se réjouir. C’est juste que la plupart des gens ne les voient pas. »
  •  
  • « C’était ça, devenir adulte ? Etre en permanence devant des carrefours où personne n’aurait songer à planter de panneaux indicateurs ? Cela ne donnait guère envie de vieillir. »
  •  
  • « Parfois, on n’a pas le choix. Pour survivre, on se construit une carapace. On ferme les écoutilles et on avance… Teddy a fait des choses dont il ne se serait pas cru capable auparavant. »

Voir les commentaires

Orange, Tome 5

 « Orange, Tome 5 » d’Ichigo Takano, éditions Akata

Résumé : La date du suicide de Kakeru s’approche à grands pas, et Naho et ses amis sentent la pression monter, car, malgré les conseils des lettres du futur, des événements n’arrivent pas à être changés. Naho se demande comment faire depuis sa dispute avec Kakeru, qu’elle n’a pu éviter malgré ses efforts. Est-il vraiment possible d’éviter le pire et de changer le futur ?

Mon avis : Ce tome termine cette série qui est un vrai coup de cœur !

Ichigo Takano fait alterner dans ce tome le présent, le passé et le futur. On découvre pourquoi Kakeru est aussi triste suite au décès de sa mère et pourquoi il s’en rend responsable. Chaque personnage semble enfermé dans sa douleur, ses regrets, ses inquiétudes, même s’il reste encore une étincelle d’espoir. On comprend pourquoi Kakeru a des idées suicidaires, car ses regrets l’emportent dans son coeur, et il ne veut faire souffrir personne.

Ses amis se sentent à certains moments impuissants, même s’ils font tout pour soutenir Kakeru et lui montrer leur amitié ou leur amour.

Vient le jour fatidique où tout va se cristalliser, et où le destin va choisir ce qui va advenir.

Une très belle histoire sur l’amitié, la douleur, les regrets et remords, mais aussi sur la vie et les liens de l’amitié. On y découvre que changer le passé peut créer des mondes parallèles, et qu’une somme de petits gestes peut changer les choses.

Une série sensible et touchante que je quitte avec regrets, et que je vous conseille. 

Voir les commentaires

Coups de coeur de l'année 2016

Pour terminer cette année 2016 et en faire le bilan livresque, voici une petite rétrospective de mes coups de coeur de l'année 2016, classés par catégorie.

Si vous cliquez sur l'image, vous aurez accès à ma chronique sur le livre.

Dans la catégorie bandes dessinées :

 

      

 

 

 

 

 

Et ma BD préférée de l'année, qui m'a le plus émue :

Dans la catégorie mangas :

 

 

 

 

 

 

Le manga que j'ai apprécié alors que je ne m'y attendais pas du tout :

 

 

 

 

 

 

Le manga dont j'ai apprécié le côté décalé :

 

 

 

 

 

Et la série manga, que j'ai terminée, et que j'ai trouvée très touchante :

Dans la catégorie albums :

Dans la catégorie documentaires :

Dans la catégorie romans :

- De l'aventure et suspense

 

 

 

 

 

 

- De l'humour

 

 

 

 

 

 

- De l'émotion et des larmes :

 

 

 

 

 

 

- Du frisson artistique :

 

 

 

 

 

 

- Du fantastique, de la peur, de l'amour :

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>