Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Liberté d’expression : a-t-on le droit de tout dire ?

« Liberté d’expression : a-t-on le droit de tout dire ? » de Daniel Schneidermann et Etienne Lecroart, éditions La ville brûle, collection Jamais trop tôt

Résumé : La liberté d’expression est fondamentale dans les démocraties, mais pour qu’elle puisse s’exprimer, elle doit comporter des limites. Quelles sont-elles ? Que peut-on dire et ne pas dire ?

Mon avis : Un ouvrage indispensable qui explique simplement la liberté d’expression et toutes ses subtilités.

On y apprend ce qu’est la liberté d’expression, quelles en sont les exceptions, on y parle de censure, des lois qui encadrent cette liberté, de la critique des médias, des humoristes, de « Charlie », de religion, d’Internet…

Les auteurs font le tour de la question en montrant que la liberté d’expression est à la fois forte et fragile : elle permet de dénoncer des choses, mais peut aussi être influencée, que ce soit par censure exercée par quelqu’un d’extérieur, ou par autocensure, liée à des entraves économiques. La liberté d’expression est un pouvoir dont il faut prendre soin.

Les faits d’actualité récents comme « Charlie » ou les condamnations de Dieudonné sont clairement expliqués et analysés, permettant à chacun se faire sa propre opinion en ayant connaissance de tous les éléments.

Un ouvrage nécessaire dans les CDI.

Voir les commentaires

L’Ultramonde, 1. Les trois pierres du Fâark

« L’Ultramonde, 1. Les trois pierres du Fâark » de Stéphane Tamaillon, éditions du Seuil

Résumé : A Paris, en 1863, Mathilde visite avec son frère jumeau Louis le cabinet d’anatomie du Jardin des plantes. Elle y voit les squelettes de spécimens disparus comme le ptérodactyle. Mais surtout, Mathilde est impatiente d’assister au décollage du Géant, immense ballon que Nadar va essayer de faire voler pour faire le tour du monde. C’est à ce moment-là que Mathilde croit voir en une princesse faisant partie des invités un autre visage effrayant. Avec son frère, elle décide d’aller voir Nadar pour en savoir plus. C’est le début d’une longue aventure extraordinaire et effrayante…

Mon avis : Tout d’abord, merci aux éditions du Seuil et à Babelio et son opération Masse critique pour m’avoir permis de recevoir ce livre.

L’histoire commence en 1863 dans notre monde, avec un événement important qui fait courir le tout Paris : le décollage du ballon appelé Géant qui devrait faire le tour du monde. Mais Nadar est inquiet, car il sait que les Dérailleurs vont vouloir tout faire échouer, alors il guette l’arrivée de l’un d’entre eux. Et il se présente sous l’apparence d’une Princesse d’Auvergne. Mais Nadar n’est pas le seul à démasquer le Dérailleur sous les traits délicats de la Princesse. Mathilde, passionnée par les voyages dans le ciel, a elle aussi vu un autre visage, et se demande si cette personne ne serait pas responsable de l’échec du voyage du Géant.

Elle décide alors de rendre visite à Nadar, accompagnée de son frère. Mais le danger rôde et ils vont appareiller sur une sorte de bateau volant qui va les mener vers l’Ultramonde, un endroit où toutes les périodes de l’histoire se télescopent, et où les dangers sont nombreux. De plus, les Dérailleurs sont à leur poursuite, voulant arracher à Nadar l’une des trois pierres du Fâark, qui leur permettrait d’avoir des pouvoirs pour envahir et détruire la terre. Et les catastrophes s’enchaînent dès leur arrivée dans l’Ultramonde…

Un roman de la veine steampunk qui emmène son lecteur dans une folle aventure sans temps mort. Mélange entre « Le Monde perdu », les romans de Jules Verne et science-fiction, il est sans temps mort et plein de rebondissements.

J’ai aussi découvert que Nadar, que je connaissais pour ses photographies, était aussi un passionné d’aérostation, qu’il a bien fait appareiller le Géant qui a dû se poser en catastrophe vers Meaux, que le livre « Cinq semaines en ballon » de Jules Verne que Mathilde emporte avec elle, a été écrit en étant inspiré par Nadar, devenu le héros Michel Ardan dans le roman. Tout s’emboîte parfaitement pour une mise en abyme qui donne le vertige.

Et le lecteur est ainsi emmené dans une aventure sans temps mort, croisant des dinosaures, Alexandre le Grand, des hommes préhistoriques ou Napoléon. La quête de Nadar et des enfants se révèle très périlleuse, et le lecteur n’est pas au bout de ses surprises.

Un roman intéressant à suivre, qui se lit d’une traite, et ravira les amateurs de romans d’aventure.

Un tome 2 est paru en mars 2016.

Voir les commentaires

Napoléon… et l’Empire !

« Napoléon… et l’Empire ! » de Dominique Joly et Bruno Heitz, éditions Casterman, collection L’histoire de France en BD

Résumé : L’histoire de Napoléon en BD depuis sa naissance jusqu’à sa chute, en passant par son ascension au pouvoir, ses batailles ou ses réformes.

Mon avis : Une BD documentaire qui permet de découvrir de façon assez simple la vie de Napoléon. Toutes les étapes de sa vie et le contexte politique sont expliqués simplement et les illustrations aident à mieux comprendre les situations : plan de bataille, carte, schéma…. Quelques reconstitutions de tableaux célèbres permettent de faire un clin d’œil artistique (sacre de Napoléon, Tres de mayo).

A la fin, une courte partie documentaire permet d’aller plus loin : chronologie, distinction entre histoire et légende concernant la vie de Napoléon, présentation du Paris architectural de l’époque, découverte de la famille de Napoléon, découvertes et inventions de l’époque, esclavage.

Ce titre permet de comprendre assez simplement la vie de Napoléon, ainsi que le contexte de l’époque.

Une BD qui intéressera celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur Napoléon.

Voir les commentaires

Save me Pythie, 1

« Save me Pythie, 1 » d’Elsa Brants, éditions Kana

Résumé : En refusant les avances du dieu Apollon, Pythie est frappée de la malédiction de prédire des catastrophes et qu’aucun humain n’accepte de la croire. Pythie va croiser la route de Xanthe, demi-dieu fils de Zeus, qui veut prouver qu’il est un héros par ses exploits. Mais Héra le poursuit de sa haine, et Pythie pourrait l’aider à éviter les catastrophes grâce à son pouvoir. Les voilà tous deux partis à l’aventure…

Mon avis : « Save me Pythie » est un manga bourré d’humour et de références, sur un ton souvent déjanté, qui fait plaisir à lire !

Pythie se retrouve maudite par Apollon et dotée du pouvoir de prédire les catastrophes, mais elle ne s’en fait pas outre-mesure ! En croisant Xanthe, qui accepte de la croire, elle va partir avec lui dans ses aventures pour prouver qu’il est un héros. Mais bien sûr, le chemin est semé d’embûches !

Un tome jubilatoire qui mêle références sur la culture antique, mythes (Sphinx, Chimère), héros au destin tragique (Cassandre, Œdipe), et humour (trop drôle Zeus qui se transforme en poule pour suivre son fils alors qu’il est classiquement représenté sous forme d’aigle). Pythie est une héroïne qui n’a pas froid aux yeux, et qui ne s’étonne de rien !

Une série prometteuse qui revisite les classiques sur un ton irrévérencieux bien plaisant !

 

Voir les commentaires

La Rose écarlate, Missions. 1 – Le spectre de la Bastille ½

« La Rose écarlate, Missions. 1 – Le spectre de la Bastille ½ », scénario de Patricia Lyfoung, dessin de Jenny, éditions Delcourt

Résumé : La Rose écarlate et Renard continuent à voler les riches pour aider les pauvres. A Paris, des spectres habillés de blanc et portant un masque rôdent à la tombée de la nuit dans la ville, et enlèvent des jeunes filles rousses. Guilhem retrouve une ancienne amie, et décide de la protéger avec l’aide de Maud, car elle est rousse et pourrait être une cible de choix. Ils mènent donc l’enquête pour en savoir plus sur ces spectres…

Mon avis : J’ai retrouvé avec plaisir Maud et Guilhem, qui reprennent avec toujours autant d’enthousiasme les rôles de la Rose écarlate et du Renard, défenseurs des pauvres.

Cette fois-ci, ils vont se trouver face à une menace fantôme, avec des spectres qui parcourent la ville la nuit afin d’enlever des femmes rousses. Ils vont donc essayer de découvrir ce que ceux-ci trament véritablement.

Maud est toujours aussi bouillonnante, impétueuse et jalouse dès qu’une jeune fille s’approche un peu trop à son goût de Guilhem. L’humour est toujours bien présent, ainsi que l’action et le mystère.

Cette fois-ci, la mission s’articule en deux parties seulement, ce qui évite au lecteur d’attendre trop longtemps face au suspense, contrairement à la série principale qui ne se termine pas et demande beaucoup de patience.

Encore un beau tome de cape et d’épée, d’humour et d’enquête.

Voir les commentaires

Devenir zen pour les nuls en BD

« Devenir zen pour les nuls en BD » de Leslie Plée, éditions Delcourt et First Editions.

 

Je connaissais la collection « Pour le nuls » depuis longtemps, mais je ne connaissais pas le format BD.

Et le titre de celui-ci m’a attiré, tout autant que l’illustration et son humour caustique. Je me suis laissée tentée pour mon plus grand plaisir !

L’auteur, Leslie Plée, se met en scène dans cette BD, aidée de deux personnages qui vont l’aider à être plus zen. Elle va cohabiter avec Fleur d’hibiscus, jeune femme yogi et très zen, et avec Léa, qui va devenir son coach sportif. Ces deux personnes vont l’encadrer pour lui donner des conseils et l'aider dans sa recherche de plénitude.

Et bien sûr, rien n’est gagné, car Leslie est hyper super méga stressée et névrosée, et la zen attitude est bien éloignée de son quotidien !

Elle va découvrir et tester différentes méthodes que le lecteur pourra tester à son tour afin de découvrir ce qui lui correspond le mieux : psychologie positive, méditation, relaxation, yoga, tai chi, sport, massage, sophrologie. Chaque méthode ou technique est expliquée simplement et permet du coup de se faire une véritable idée de ce que c’est, sans vocabulaire compliqué.

Je me suis reconnue dans certaines situations stressantes, et l’humour de Leslie Plée permet de dédramatiser les pires situations. J’ai adoré sa façon de de dessiner et les couleurs et encres employées, très « flow ».

Une belle réussite à conseiller aux personnes stressées que l’on connaît pour les aider tout en apportant une belle note d’humour. On apprend plein de choses sur les différentes méthodes, et Leslie avec son humour ravageur, prend en compte beaucoup de situations qu’elle semble avoir testé pour le meilleur !

Voir les commentaires

Avengers

 

« Avengers » de Jacques Beaumont et Sabine Boccador, éditions Fleurus, collection La grande imagerie des super-héros

 

Résumé : Partez à la découverte des Avengers, ce groupe de super-héros composé principalement de Thor, d’Iron Man, d’Hulk et de Captain America. Leur histoire et leurs supers pouvoirs n’auront plus de secret pour vous et vous connaîtrez aussi leurs principaux ennemis.

 

Mon avis : Ce tome de la collection des super-héros de Fleurus permet de rencontrer les principaux héros membres des Avengers, de connaître leur histoire, leur organisation, leurs pouvoirs, leurs ennemis.

Une bonne mis en bouche pour ceux qui ne les connaissent pas trop, sachant que chaque héros fait l’objet d’un titre de la série pour en savoir plus.

Une collection sympathique qui devrait faire plaisir aux élèves à petit prix (7,95 €).

Voir les commentaires

Le meilleur des mondes

 

« Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley, éditions Pocket

 

Résumé : Le meilleur des mondes est celui dit civilisé, où chacun a sa place prédéterminée depuis sa conception et y vit heureux. Les Alphas dirigent le pays, tandis que les Epsilons sont affectés aux tâches les plus viles. Chacun vit au service d’une société stable qui vante la consommation. Mais un jour, Robert va ramener un « sauvage » de la réserve.

 

Mon avis : Ce meilleur des mondes qui fait froid dans le dos est un classique dont j’avais seulement lu des extraits au lycée. Je me suis lancée dans sa lecture intégrale qui montre un monde idéal pour les dirigeants : les gens y sont conditionnés dès avant leur naissance afin de servir au mieux la société, sans réfléchir ou chercher à comprendre le monde qui les entourent.

L’histoire commence avec la visite du centre d’incubation et de conditionnement où on découvre avec stupeur que les bébés ne sont plus conçus dans le ventre de leur mère, mais en laboratoire, à partir d’ovules et de spermatozoïdes. Ils sont ensuite démultipliés à un nombre vertigineux pour la caste la plus basse de la société, tandis qu’il y a seulement un exemplaire unique pour la caste dirigeante. 

Les bébés sont soumis dès leur naissance à des méthodes de conditionnement qui leur feront se comporter de la façon désirée pour la société. Les notions de père et de mère ont disparu, les ébats sexuels sont fortement conseillés dès l’enfance, avec multiplications des partenaires, et si l’on ne va pas bien, on peut prendre des pilules de « soma » pour vivre un rêve heureux et se sentir mieux.

Par opposition, il existe un endroit reculé, une réserve, où les sauvages sont parqués et observés. Ils forment une société plutôt primitive, sans hygiène, avec des rites religieux, que la société dite civilisée ne connaît plus. 

Le destin de John, jeune garçon né d’une mère de la société civilisée, perdue dans la réserve, est peu enviable : il n’appartient ni à la société des sauvages, ni à celle de la civilisation. Il se sent différent et exclu, réfléchissant par lui-même.

Aldous Huxley nous livre ici un roman d’anticipation qui n’a pas pris une ride et qui, par certains côtés, fait penser à notre société actuelle. Les gens ne pensent qu’à consommer, se contentant de leur sort pourvu qu’ils puissent consommer et obtenir des pilules de soma, le sexe est érigé en art de vivre, mais sans aucun attachement, qui pourrait être dangereux. La réflexion et la pensée philosophique leur sont totalement étrangères, et le conditionnement dont ils sont sortis les a formatés, comme des robots sans âmes. Les personnes différentes qui réfléchissent sont vues comme des phénomènes de zoo. Cette société sans âme et sans passion, avec pour seul dieu la consommation, est effrayante de vérité.

Pour conclure, ce petit extrait résumé tout :

« Tel est le but de tout conditionnement : faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper »

Voir les commentaires

Dad, 1. Filles à papa

 

« Dad, 1. Filles à papa » de Nob, éditions Dupuis

 

Résumé : Dad a quatre filles dont il s’occupe à plein temps, essayant malgré de tout de trouver un travail de comédien ou dans la publicité entre temps. C’est un vrai papa poule, qui se mêle parfois de ce qui ne le regarde pas, qui a parfois la nostalgie du passé en voyant le temps qui passe très vite. Mais il n’a pas le temps de s’ennuyer avec ses filles !

 

Mon avis : J’avais déjà lu des planches de cette série dans le magazine "Spirou", et là, je me suis laissée tentée par le tome 1.

Et c’est un vrai régal !

Dad est un super papa au foyer toujours présent pour ses filles, qui en en fait parfois trop comme de regarder dans leur journal intime, qui fait peu de sport au quotidien mais le ménage le maintient (un peu) en forme. Il essaye de se croire encore jeune et désirable, mais la réalité est souvent différente.

Une série prometteuse, entre humour et nostalgie, aux dessins très ronds et aux couleurs pastels, avec une petite famille plutôt originale, mais sympathique.

Voir les commentaires

Harry Potter et l’enfant maudit

« Harry Potter et l’enfant maudit. Parties un et deux. » de J.k. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne, éditions Gallimard

Résumé : 19 ans sont passés depuis qu’ Harry Potter a vaincu Voldemort et les forces du mal. Depuis, il s’est marié avec Ginny, a trois enfants, et travaille au Ministère de la Magie. Lors de la rentrée de son second fils, Albus, à Poudlard, il prend conscience qu’un fossé s’est creusé entre lui et son fils. Et les ténèbres pourraient bien revenir…

Mon avis : Que dire sur ce huitième tome qui n’en est pas vraiment un, et qui est le texte d’une pièce de théâtre, sachant que des millions de lecteurs l’on lu et que plein d’avis ont été publiés ?

Eh bien, que la magie opère toujours autant, même si ce n’est pas vraiment J.K. Rowling qui l’a écrit, et que l’univers n’est pas aussi approfondi que dans les romans. Mais qu’importe, je me suis laissée emportée avec plaisir dans ce nouvel opus.

Albus, second fils d’Harry, sent peser sur ses épaules la renommée de son père, et du coup, a du mal à vivre et à être lui-même. Dans le train qui le mène à Poudlard pour la première fois, il va se lier avec Scorpius, le fils de Drago Malefoy. Et pour se sentir lui aussi exister et accomplir une action dont il puisse se sentir fier, il va se lancer dans l’aventure. Mais les forces du mal ne sont jamais loin et rôdent toujours.

Très vite, on oublie qu’on lit une pièce de théâtre et on savoure l’histoire, avec de l’aventure et du suspense. En résumé que du plaisir, avec en prime une réflexion sur la relation père-fils, l’amitié, la solitude, les conséquences de ses actes.

Je n’en dis pas plus pour que vous puissiez vous faire votre propre avis en rentrant dans cette lecture.

Voir les commentaires

1 2 > >>