Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 Le secret des rois

« Le secret des rois » de Steve Berry, éditions Pocket

Résumé : Cotton Malone va passer quelques jours avec son fils à Copenhague. Il doit juste escorter un jeune homme à Londres où ils vont transiter. Mais les policiers qui les accueillent ne sont pas des vrais policiers, et Malone et son fils se retrouvent pris au sein d’une opération des renseignements, liée à un secret de la reine Elisabeth 1re.

Mon avis : Cette histoire fait partie d’une série dont Malone est le héros, mais dont je n’ai lu aucun tome jusque-là, mais cela ne gêne en rien la lecture.

J’aime bien lire des intrigues mêlant enquête policière et secret historique. Dans « Le secret des rois », je me suis laissée emportée avec plaisir dans cette histoire de services secrets où MI6 et CIA sont en concurrence dans l’opération « Majesté » dans le cadre d’une lutte entre les deux pays.

Les Etats-Unis sont prêts à tout, y compris au chantage, pour que l’Ecosse refuse de libérer un ancien terroriste malade, et essayent de retrouver les preuves d’un ancien secret lié à Elisabeth 1re, qui pourrait remettre en question la vérité historique et la sécurité du pays.

Malone, pourtant à la retraite, se retrouve mêlé à cette affaire malgré lui, et va devoir tout mettre en œuvre pour y voir clair, car la vie de son fils va être mise en danger, sur fond de secret de naissance.

Je me suis laissée emportée par cette histoire mêlant fiction et vérité historique, avec en prime des mystère liés aux renseignements secrets. L’auteur a bien su restituer l’ambiance et les lieux de l’époque d’Henri VIII et Elisabeth 1re, et sait faire monter le mystère avec habileté.

Cerise sur le gâteau, un personnage, Melle Mary, tient une librairie dont la description donne envie, tout en mettant en avant son amour et sa passion des livres.

L’auteur réussit à rendre parfaitement crédible le mystère autour d’Elisabeth 1re, et on en comprend les enjeux et les conséquences dans le monde d’aujourd’hui. Au lecteur de se laisser emporter et de croire (ou pas) à cette théorie, aucun document ne permettant de le prouver.

Malone est un personnage comme on les aime, père capable de tout pour aider son fils dans le danger, et enquêteur au contact sympathique.

A lire si vous aimez les enquêtes policières, l’action, l’aventure, l’histoire et les mystères.

Voir les commentaires

Et je danse, aussi 

« Et je danse, aussi » de Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat, éditions Pocket

Résumé : Un jour, l’écrivain Pierre-Marie Sotto reçoit un mail d’une certaine Adeline, qui lui a aussi envoyé une grosse enveloppe, contenant, pense-t-il, un manuscrit. Malgré ses réticences, il va finalement correspondre avec de plus en plus de plaisir avec cette mystérieuse Adeline, avec qui il va replonger dans son passé et faire face à sa douleur.

Mon avis : Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat sont tous deux des écrivains de qualité en littérature jeunesse.

Ici, ils écrivent ce roman à quatre mains, à destination d’un public adulte. J’en avais entendu beaucoup de bien, mais mon avis est plus nuancé.

Certes, l’échange de mails permet en effet de mettre en avant le processus d’écriture, le style, les sources d’inspiration, mais j’ai trouvé que l’intrigue en elle-même était assez plate. J’ai mis du temps à lire cet échange épistolaire, par manque d’intérêt pour l’histoire, qui traîne en longueur, même si j’ai eu un regain d’intérêt vers la fin, avec quelques surprises. Mais dans l’ensemble, je me suis beaucoup ennuyée à la lecture de ce roman.

Voir les commentaires

Quelqu’un pour qui trembler

« Quelqu’un pour qui trembler » de Gilles Legardinier, éditions Pocket

Résumé : Thomas est médecin humanitaire depuis de nombreuses années dans un village reculé d’Inde. Un jour, il découvre qu’il a une fille, Emma, qui a une vingtaine d’années. Il décide alors de retourner en France pour la connaître. Mais peut-on tenir son rôle de père aussi tard ? Osera-t-il l’aborder ?

Mon avis : J’aime lire l’été les romans feel good de Gilles Legardinier.

Cette fois-ci, on rencontre Thomas, qui est parti très longtemps apporter son aide de médecin en Inde, où il s’est fait sa place. Mais le jour où il apprend par son ami indien qu’il est père d’une jeune femme, il décide de rentrer en France, sans vraiment savoir comment il va gérer sa rencontre avec sa fille.

Gilles Legardinier exprime bien dans ce roman le choc culturel entre Inde et Occident, où tout pousse à une consommation effrénée, alors que peu suffit en Inde. Thomas se sent très vite en décalage, et il va lui falloir du temps pour s’adapter à la vie moderne.

Il décide de travailler dans une maison de retraite comme directeur, dans la ville où vit sa fille, et c’est là que l’humour ravageur de l’auteur entre en scène.Entre les scènes de filature de Thomas pour connaître la vie de sa fille, les fortes personnalités des pensionnaires de la maison de retraite, le franc-parler de l’infirmière avec qui il travaille, la rencontre d’un ténor et de son chien, beaucoup d’aventures vont arriver, sous l’œil plein de sympathie de l’auteur.

On rit à certaines situations (ah ! la scène de la brocante est jubilatoire), on a peur, on pleure, bref, on passe par toute la palette des sentiments, en suivant Thomas et toutes les personnes qu’il va rencontrer, et qui vont mettre du sel dans sa vie.

Une belle histoire qui met au centre de la vie les relations parent-enfant.

Voir les commentaires

Nymphéas noirs 

« Nymphéas noirs » de Michel Bussi, éditions Pocket

Résumé : Pendant treize jours, trois femmes vont être au cœur de la vie de Giverny : Fanette, petite fille de 11 ans qui a du talent en peinture, Stéphanie, jeune femme mariée, et une vieille dame qui a beaucoup vécu. Tout commence et tout finit par un meurtre. Chaque femme veut s’échapper de la cage dorée de Giverny, l’une d’entre elles y parviendra-t-elle ?

Mon avis : Gros coup de cœur pour ce roman de Michel Bussi, dont j’ai entendu beaucoup de bien ! J’avais déjà lu « Un avion sans elle », qui m’avait beaucoup plu.

Et celui-ci est tout aussi passionnant, Michel Bussi ayant l’art de distiller des indices, pour mieux perdre son lecteur, qui sera bien sûr étonné par la fin, avec l’impression d’avoir été mené par le bout du nez !

Ici, on rencontre trois femmes exceptionnelles, qui vont être au cœur de l’histoire, ainsi que Monet et ses célèbres « Nymphéas ». Le jour où le cadavre d’un homme est retrouvé à Giverny, tué dans des circonstances qui rappellent un fait divers ancien, la vie de ces trois femmes va être bouleversée.

Fanette, 11 ans, cherche à gagner un prix de peinture qui lui permettrait de devenir une artiste. Stéphanie va sentir battre son cœur pour le commissaire qui va mener l’enquête. Et la vieille dame va entendre de la bouche de son mari mourant des révélations qui vont bouleverser et gâcher son reste de sa vie.

Ces trois femmes s’entrecroisent, sans jamais sa parler, avec pour point commun un destin tragique, et l’impossibilité d’échapper à sa vie.

Le lecteur est embarqué dans une histoire tragique, et est aussi perdu que les enquêteurs. Les révélations finales seront inédites et douloureuses !

J’ai adoré ce roman que j’ai lu d’une traite, passionnée par l’intrigue. La fin m’a bluffée, tous les morceaux formant enfin un puzzle cohérent. Une histoire placée sous le signe de la passion et de ses ravages, avec une légère touche d’espoir. A lire, si ce n’est déjà fait, aussi bien pour l’histoire que pour l’ambiance impressionniste, les révélations sur les Nymphéas de Monet. Une belle histoire mêlant art et tragédie !

Voir les commentaires

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une…

« Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une… » de Raphaëlle Giordano, éditions Pocket

Résumé : Le jour où Camille a un accident de voiture, elle sonne à la porte d’un homme qui va changer sa vie. Elle va lui confier son mal-être, son impression que sa vie ne lui correspond pas et qu’elle passe à côté de l’essentiel. Or, il s’avère que cet homme, Claude, est routinologue, et qu’il pourrait l’aider à reprendre sa vie en main. Camille accepte qu’il l’accompagne dans son envie de changement…

Mon avis : Raphaëlle Giordano est spécialisée en psychologie, et a écrit plusieurs livres sur le thème du développement personnel. Pour la première fois, elle écrit un roman, qui va lui permettre de distiller des conseils afin que chacun puisse prendre les rênes de sa vie et suivre ses rêves.

On y fait la connaissance de Camille, qui, à l’approche de la quarantaine, remet en question ce qui fait sa vie : un travail peu passionnant, un mari avec qui la routine a fait son chemin, un fils de qui elle s’éloigne, l’impression d’être passée à côté de sa vie, et de s’ennuyer.

Aussi, la rencontre providentielle avec Claude, routinologue, va l’engager sur le chemin d’une reconstruction de soi. Les conseils et les étapes prônés par Claude sont souvent originaux, et mettent Camille face à elle-même : il la conseille, mais c’est à elle de mettre en action ces conseils, et de prendre à bras le corps ses difficultés.

Le chemin ne sera pas facile, mais Camille commence à en sentir les effets, elle reprend de l’énergie, et s’autorise à croire en elle et en ses rêves, malgré les doutes.

Une histoire qui permet au lecteur de se mettre dans la peau de Camille, avec des conseils et des méthodes récapitulées en fin d’ouvrage, afin de vivre réellement sa vie en pleine conscience. Les étapes du changement et les conseils donnés sont issus de la psychologie positive, et mettent en avant que chacun est responsable de sa propre vie, qu’il peut changer en mieux afin de s’accomplir pleinement.

Voici quelques méthodes proposées, en vrac : la technique de l’ancrage positif, la gratitude pour la journée passée, la méthode SMART, l’empathie, le sourire intérieur

Un roman qui a eu beaucoup de succès depuis sa sortie, et qui permet, en se mettant dans la peau de Camille, sans lire un ouvrage de psychologie qui pourrait être rébarbatif, de décider à faire le premier pas pour vivre vraiment sa vie, en accord avec soi-même, et de prendre le bonheur à bras le corps.

A lire !

Un extrait : « La capacité au bonheur se travaille, se muscle jour après jour. Il suffit de revoir son système de valeurs, de rééduquer le regard qu’on porte sur la vie et les événements. »

Voir les commentaires

Un élément perturbateur

« Un élément perturbateur » d’Olivier Chantraine, éditions Gallimard

Serge Horowitz est un quadragénaire qui vit toujours chez sa sœur, se laisse porter par la vie et les événements, travaille juste le minimum et se laisse aller. Il est aussi hyponcondriaque, se rendant régulièrement à la pharmacie pour acheter diverses vitamines, minéraux et autres médicaments au cas où il lui arriverait quelque chose. Il travaille dans une entreprise de consulting, grâce à son frère, qui est ministre des finances.

Mais deux événements vont l’amener à devoir changer sa vision de la vie : il est irrésistiblement attiré par Laura, qui travaille dans la même équipe que lui et ne lui semble pas indifférente, et il va être pris d’épisodes d’aphasie, au cours desquels il ne peut pas sortir un seul mot, restant désespérément muet. C’est d’ailleurs ce qui va lui arriver au Japon au moment de boucler une affaire, il ne peut plus rien dire, et quand il retrouve l’usage de la parole, c’est pour dire la vérité et empêcher la transaction de se faire. Son patron exige alors qu’il se rattrape et fasse réussir la transaction. C’est à ce moment-là que Serge va comprendre que dans la vie, il faut avancer et faire des choix….

L’histoire est celle d’un homme qui s’est laissé aller depuis de nombreuses années, devenu presque un simple spectateur de sa vie, s’étant englué dans ses habitudes de vie. D’ailleurs, il ne va pas bien, même si lui-même ne s’en rend pas vraiment compte. Ses virées régulières à la pharmacie font le bonheur des laboratoires pharmaceutiques, car acheter divers produits lui permet de limiter les risques avant que ceux-ci n’arrivent vraiment, et lui donner l’impression d’être rassuré.

Mais un jour, son corps émet un avertissement en l’empêchant de parler, lui donnant un signal d’alarme. Bien sûr, Serge est hypocondriaque et va essayer de trouver des solutions en pharmacie, mais en vain. Car cette aphasie cache un mal plus profond, et va le mettre sur le chemin d’une prise de conscience de sa vie. Et il va aussi découvrir qu’il est tombé amoureux de Laura, sa collègue de travail, qui souffle le chaud et le froid avec ses sentiments, et que sa vie tranquille dans l’appartement de sa sœur pourrait aussi changer. En bref, beaucoup de changements pour quelqu’un habitué à sa tranquillité !

On se dit que cette intrigue va être porteuse, avec un héros banal qui va peut-être trouver un sens à sa vie, prendre conscience que ses idéaux bien enfouis en lui sont en contradiction avec son métier, et qu’il va devoir faire des choix de vie, et c’est le cas.

Mais le style d’écriture de l’auteur est par moments beaucoup trop familier, notamment lors des scènes d‘amour, alors que cela n’apporte rien à l’histoire, et l’appesantit au contraire. Par ailleurs, la transformation de Serge grâce à une chaîne de TV qui lui apporte une certaine sérénité arrive un peu trop rapidement, ouvrant certes des pistes sur sa transformation intérieure et un possible avenir, mais sans vraiment de travail sur lui-même.

On assiste à une sorte d’éveil de personnalité, grâce à l’amour et à la maladie, d’une personne qui était presque endormie dans ses habitudes de vie. Et sa conscience politique et éthique va parallèlement se réveiller, lui permettant également de réfléchir sur ses liens familiaux, notamment avec son frère ministre.

Par certains moments le déroulé de l’intrigue est trop prévisible, s’appuyant de façon trop visible sur l’actualité politique récente, et surfant également sur la vague du bien-être.

Un roman qui aurait mérité d’âtre approfondi, car j’ai trouvé que la transformation psychologique du personnage allait trop vite, parfois à la limite de la caricature. Mais on excuse l’auteur, car c’est un premier roman.

Merci à Masse critique de Babelio et aux éditions Gallimard de m’avoir fait découvrir ce roman de la rentrée littéraire en avant-première.

Un élément perturbateur
Un élément perturbateur

Voir les commentaires

La Rose écarlate, tome XII. Tu m’as ouvert les yeux

« La Rose écarlate, tome XII. Tu m’as ouvert les yeux » de Patricia Lyfoung, éditions Delcourt

Résumé : Maud, Guilhem, son père, Natalia et Dimitri d’un côté, la reine et Linus de l’autre, sont toujours à la poursuite de la Fontaine de Jouvence. Guilhem espère redonner vie à sa mère, tandis que Linus et la reine souhaitent devenir immortels pour assurer leur pouvoir. Qui parviendra en premier à la fontaine ?

Mon avis : Ce tome 12 va clore l’aventure avec la fontaine de Jouvence, mais va aussi inaugurer un nouveau cycle d’aventures, comme le sous-entend la fin.

Chaque groupe essaie d’atteindre au plus vite et avant l’autre la fontaine de Jouvence. Mais le chemin est semé d’embûches, et les surprises sont nombreuses. Nos héros vont passer la frontière entre le monde des hommes et celui des dieux nordiques, et vont devoir faire face à de multiples dangers.

La série est toujours aussi plaisante, avec des rebondissements parfois imprévus qui en font le charme. Une fois de plus, Maud va faire preuve de bon sens et de courage pour sauver les siens. Mais à quel prix ?

Voir les commentaires

DIY comme au Japon

« DIY comme au Japon » d’Hélène Jourdain, éditions Fleurus

Résumé : 15 créations expliquées étape par étape, d’inspiration japonaise, mêlant tradition et modernité : bijou origami, nœud manga, éventail, cerisier en fleurs…

Mon avis : Un ouvrage que j’ai acheté pour les élèves du club manga.

Hélène Jourdain s’est inspirée de la vie trépidante du Japon, pleine de contrastes, entre traditions bien ancrées et modernité, pour proposer 15 créations originales.

Mes préférées : la tête de lit de carpes koï, la sushi party, le T-shirt matin d’été, le cerisier en fleurs, l’éventail, le noeud manga.

Chaque modèle est expliqué étape par étape. A la fin, les patrons sont mis à disposition pour être photocopiés et agrandis.

Un ouvrage très beau, qui donne envie de s’y mettre tout de suite, et dont les photos font rêver. 

Voir les commentaires

Un cœur en vacances

« Un cœur en vacances » de Ségolène Valente, éditions Rageot, collection Rageot romans

Résumé : Pour la première fois, Camille et Malika vont partir une semaine en vacances ensemble, au bord de la mer, avec la famille de Camille. Mais Camille est triste de se séparer de Rémy, et se sent bien seule quand Malika l’entraîne vers un groupe de beaux surfeurs. Leur amitié résistera-t-elle ?

Mon avis : Un roman d’été qui est plus profond que ce que pourrait suggérer le titre.

Camille est super contente, car sa meilleure amie va pouvoir partir avec elle en vacances. Mais elle va vite déchanter, car entre le regret d’être loin de Rémy, et Malika qui n’arrête pas de lui parler des surfeurs, Camille commence à en avoir marre ! Malika n’arrête pas de l’entraîner vers le groupe de surfeurs, et Camille commence à craquer, car elle sent que leur amitié vacille…

Ce roman commence comme une histoire d’amours d’été et d’amitié, sur fond de plage et de mer, mais va plus loin, en proposant une réflexion sur l’amitié, les sentiments et l’amour.

Camille ne sait pas trop où elle en est, entre Rémy, qu’elle oublie un peu, Malika qui s’éloigne d’elle et la fait tourner en bourrique par moments.

Une histoire qui devrait plaire aux filles, car elles se reconnaîtront dans cette période charnière de l’adolescence où tous les repères se trouvent bouleversés.  

Voir les commentaires

100 bijoux en pâte FIMO 

« 100 bijoux en pâte FIMO » de Carine le Guilloux, éditions Fleurus, collection Mes créations

Résumé : 100 modèles de bijoux à fabriquer en pâte FIMO, avec des explications étape par étape : bagues, bracelets, broches, colliers, boucles d’oreille, en forme de bonbons, champignons, fleurs…

Mon avis : Un ouvrage de loisirs créatifs plébiscité par les jeunes filles !

Comme à chaque fois dans cette collection, une première partie explique le matériel nécessaire pour pouvoir commencer, puis donne des explications pour le montage des bijoux, ainsi que sur les techniques de modelage et de finition. Et enfin, place aux modèles et aux explications pour les fabriquer à son tour.

On se régale d’avance avec les yeux grâce aux photos de gourmandises qui donnent envie de mettre la main à la pâte : boucles d’oreilles avec des cerises, bijoux macarons, bagues sucettes… Mais il y a aussi des modèles surfant sur la mode : moustaches, nœuds papillons… ou laissant la belle part à l’imaginaire : étoiles, accessoires du pays des merveilles… A la fin, des modèles de patrons sont donnés pour être photocopiés.

Un vrai délice pour les yeux. A vos pâtes FIMO, et laissez marcher votre imagination !

Voir les commentaires

1 2 > >>