Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Frigiel et Fluffy, 2. Les prisonniers du Nether 

« Frigiel et Fluffy, 2. Les prisonniers du Nether » de Frigiel et Nicolas Digard, éditions Slalom

Résumé : Frigiel, Alice et le chien Fluffy se retrouvent dans le Nether avec une carte où rien n’apparaît. Comment vont-ils se repérer dans le Nether ? Réussiront-ils à rencontrer les mages et à trouver de l’aide ?

Mon avis : Ce tome 2 va faire grandir et évoluer nos héros, qui vont se retrouver face à de grands dangers, et vont devoir prendre des décisions, ce qui fait de cette série un véritable roman d’apprentissage, le tout dans une ambiance fantastique, avec une quête à réaliser.

Abel a quitté le groupe et commence à le regretter dès le début, car il se retrouve enrôlé dans l’armée des Lumières, et comprend que son père a toujours pensé de lui qu’il était un faible. Frigiel et Alice pensent que leur dernière heure est peut-être venue, et Frigiel se sent coupable d’avoir emmené Alice dans cette aventure mortelle, car le Nether est un enfer brûlant et la carte qui devait les guider vers la ville des mages est blanche, sans aucune indication. Et de nombreux dangers les guettent, entre les ghasts et les squelettes…

Frigiel va rapidement comprendre que lui aussi est peut-être un mage, mais il se sent inutile, d’autant plus qu’il a perdu le coffre confié par son grand-père en entrant dans le portail vers le Nether. Et il comprend aussi que certaines personnes malveillantes cherchent à le manipuler par tous les moyens possibles. Il n’a donc d’autre choix que de mûrir et d’espérer faire les bons choix.

Un tome 2 prenant aussi bien pour l’aventure et le suspense sur la quête de Frigiel et de ses amis, que pour le fait que les auteurs font évoluer et grandir leurs personnages, leur permettant d’apprendre à dépasser leurs peurs et leur manque de confiance en eux. Et l’aventure continue, car Frigiel et ses amis se retrouvent en mauvaise posture à la fin de ce tome…

Une série plaisante à suivre.

Quelques extraits : 

Mais la peur le tenaillait toujours. Alors il comprit que plus il la combattait, plus elle grandirait et deviendrait effrayante. (…) Plus il acceptait sa présence, plus il lui laissait sa place, plus il se rendait compte qu’elle s’éteignait d’elle-même et plus il se sentait confiant.

Comment expliquer à son ami qu’il avait le droit de ne pas être parfait ? Que c’était un devoir d’embrasser sa différence et qu’il n’y avait que cette façon qu’il prendrait confiance ? 

Voir les commentaires

Masked noise, 12

« Masked noise, 12 » de Ryoko Fukuyama, éditions Glénat

Résumé : Momo et Nino se sont rapprochés, mais chacun est jaloux de l’attention des autres sur l’être aimé. Yuzu, lui, est absent depuis plusieurs semaines, et manque au groupe. Et la perspective d’une tournée fait remarquer à Nino qu’elle a perdu de sa voix. Comment la retrouver ?

Mon avis : Dans ce tome 12, l’accent est mis sur les amours de Momo et Nino, qui même s’ils se sont maintenant trouvés, éprouvent beaucoup de jalousie. Momo se demande si Yuzu a toujours une place dans le cœur de Nino, tandis que Nino éprouve une vive jalousie à la vue des fans féminines de Momo au lycée. Une nouvelle recrue va aussi apparaître dans le groupe de lycée, et elle semble voir et comprendre bien des choses… Et Nino, à l’approche d’une tournée de son groupe, comprend que Yuzu et sa musique lui manquent énormément, et ne sait plus comment retrouver sa voix d’avant.

Ce tome 12 est du pur shôjo pour les amours, et permet de comprendre que le changement dans la voix de Nino est lié à Momo. A quoi sert en effet de faire porter sa voix loin, quand celle-ci a enfin atteint sa cible ?

Un extrait :

Je réalise qu’en fait, lorsqu’on met des mots sur ses sentiments, il arrive parfois qu’on souffre plus encore. 

Voir les commentaires

Clairefontaine, L’école des Bleus, 3. Le grand match

« Clairefontaine, L’école des Bleus, 3. Le grand match » de Fabrice Colin, illustrations de Christine Chatal, éditions Nathan

Résumé : L’équipe de France va se réunir à Clairefontaine pour s’entraîner avant un match décisif contre l’Angleterre. Les élèves de l’Institut National de Football espèrent les croiser, voire avoir des autographes. Mais en attendant, ils doivent continuer à s’entraîner dur, car un match important arrive pour eux aussi.

Mon avis : Dans ce tome 3, on retrouve les différents garçons qui sont devenus amis, avec l’accent mis sur Yannis, qui prend parfois les conseils à la légère, et croit que tout est facile, et Jordan, qui sent que la concurrence est rude entre gardiens, et commence à perdre confiance en lui.

Ce tome aborde donc le thème de l’estime de soi, montrant que se sous-estimer comme surestimer, sont des attitudes mauvaises, et qu’il faut avoir suffisamment confiance en soi, sans prendre la « grosse tête », la philosophie du ni trop ni trop peu.

Une série toujours aussi intéressante à suivre, qui montre tous les efforts nécessaires, aussi bien physiquement que mentalement, quand on veut atteindre un niveau professionnel dans le sport.

Voir les commentaires

Zen attitude ! La belle vie à portée de main

« Zen attitude ! La belle vie à portée de main » d’Aurore Meyer et Marie Voyelle, éditions De la Martinière jeunesse, collection Bulle d’Air

Quand on a un coup de mou, qu’on se sent triste ou stressé, rien de mieux que d’avoir sous la main (et les yeux !) un guide bourré de conseils pour se sentir mieux, et avancer avec plus d’optimisme dans la vie.

Et cet ouvrage de la collection Bulle d’Air va permettre de regonfler à bloc les ados qui en auraient besoin. Organisé en trois parties (être bien avec soi-même, être bien avec les autres, des conseils pour la vie de tous les jours), cet ouvrage propose des astuces pour prendre son temps, se réveiller en douceur, bouger, voir le bon côté des choses, bien se nourrir, avoir une bonne hygiène de vie, avoir confiance en soi, gérer les relations avec les autres, s’organiser se détendre, souffler, ressentir des émotions…

Une mine de conseils pour ados (et adultes aussi !) pour amener plus d’optimisme et voir la vie du bon côté !

Voir les commentaires

One-Punch Man, 14 

« One-Punch Man, 14 » de Yusuke Murata, éditions Kurokawa

Résumé : Le combat des arts martiaux s’est terminé avec la victoire de Suiryû. Mais un immense monstre du nom de Mutant arrive, et propose aux différents combattants de prendre des cellules de monstres afin de devenir à leur tour des monstres et être super puissants !

Mon avis : Beaucoup d’actions et de rebondissements dans ce tome 14, où le plan de la ligue des monstres apparaît au grand jour.

Le monstre Mutant, qui était autrefois un homme, a été vaincu et capturé, puis transformé en monstre à la puissance redoutable. Il arrive sur la scène du tournoi des arts martiaux et fait une proposition aux différents combattants : soit avaler des cellules de monstres afin de connaître la puissance de frappe des monstres, soit le combattre et mourir. Plusieurs combattants acceptent de manger des cellules de monstres et se transforment immédiatement en monstres surpuissants, ce qui satisfait leur ego et leur soif de victoire !

Suiryû refuse et décide de combattre les nouveaux monstres et Mutant, mais les forces ne sont pas les mêmes.

Mais au fait, que fait Saitama pendant ce temps ? En tout cas, il a raté tout le début de ce qui arrive et trouve dommage d’avoir encore raté quelque chose. Sera-t-il assez fort face aux monstres ?

Ce tome 14 m’a fait sourire à certains moments, car il joue des clichés sur le héros vaillant, combattant seul contre tous, et se relevant toujours malgré la souffrance, ou prenant le temps de réfléchir sur lui-même. Et l’arrivée de Saitama, comme un cheveu sur la soupe, fait toujours son effet, avec son air un peu ahuri d’avoir raté un épisode, et étant toujours aussi efficace.

A suivre dans le tome 15 !

Voir les commentaires

Les oies de Baba Yaga 

« Les oies de Baba Yaga », raconté par Alain Serres, illustré par Alessandra Vitelli, éditions Rue du Monde, collection Papagayo poche

Résumé : Irina n’a pas surveillé son frère Ivan en l’absence de ses parents, et quand elle revient, elle voit ce dernier emporté par les oies de Baba Yaga pour le faire rôtir dans sa marmite !

Mon avis : J’adore la collection Papagayo poche, qui emmène dans un pays différent à chaque conte. Ici, on part en direction de la Russie, pour découvrir une histoire sur la méchante sorcière Baba Yaga !

Cette dernière a une maison qui marche sur des pattes de poulet, et elle utilise des oies pour voler des petits enfants qu’elle va manger ! Irina a laissé son petit frère sans surveillance et voit les oies l’enlever ! Elle les poursuit alors afin de pouvoir le sauver. En chemin, elle croisera un four, un pommier et une rivière de lait, mais elle ne va pas les écouter.

Un conte traditionnel russe qui montre qu’il faut toujours suivre les conseils des autres et dire la vérité pour pouvoir s’en sortir.

A la fin, un petit carnet documentaire permet d’en savoir plus sur la vie, les coutumes et traditions de Russie.

Voir les commentaires

 Magic 7, tome 7. Des mages et des rois

« Magic 7, tome 7. Des mages et des rois », scénario de Kid Toussaint, dessin de Jheremy Raapack et Kenny Ruiz, couleurs d’Andrew Elder et Noiry, éditions Dupuis

Résumé : 16 années après le dernier épisode, le père de Léo a récupéré le pouvoir de télépathie et l’a utilisé à son profit pour gouverner et persuader les gens que ses idées et ses actions sont les meilleures. Léo et Milo ont renoncé à leurs pouvoirs. Mais l’annonce d’une guerre possible de son père contre Hamelin et Farah va l’amener à sortir de sa réserve.

Mon avis :  Ce tome marque un tournant et est déroutant pour le lecteur, en tout cas, c’est ce que j’ai ressenti. On quittait nos héros avec la blessure mortelle reçue par Alice, et on se retrouve projeté 16 ans plus tard, avec nos héros devenus de jeunes adultes, ce qui m’a perdu au début, d’autant plus que j’avais lu il y a un moment le tome 6, et que je ne voyais plus vraiment qui était qui.

Suite au choix de Léo de perdre volontairement ses pouvoirs, Milo a suivi également, tandis que les autres ont gardé les leurs. Mais cette décision les a séparés. Depuis, le père de Léo a reçu le pouvoir de télépathie et gouverne le pays, tandis que Hamelin a fondé un royaume en harmonie avec les animaux, et Farah est devenue une guerrière crainte avec ses démons. La guerre semble d’ailleurs inévitable entre tous. Léo décide alors de sortir de l’ombre pour empêcher cette catastrophe…

Ce tome 7 désarçonne, mais on comprend à la fin pourquoi les auteurs ont décidé de faire ce saut dans le temps. On dirait que ce tome 7 marque la fin d’un premier cycle, avant de retrouver nos héros !

Un extrait : 

Ce que j’ai appris, c’est que nos pouvoirs ne sont ni un don ni une malédiction, ils sont notre responsabilité. 

Voir les commentaires

Bilan de mes lectures 2020

2020 a été une année compliquée, mais malgré tout riche en lecture. Voici un aperçu des livres coups de coeur lus cette année, et il y en a beaucoup ;) A bientôt pour de nouveaux partages de lecture ! 📚

Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020
Bilan de mes lectures 2020

Voir les commentaires

L’évangile des anguilles

« L’évangile des anguilles » de Patrik Svensson, éditions du Seuil

J’ai reçu ce roman en avant-première sur proposition de Babelio que je remercie, ainsi que les éditions du Seuil. D’ailleurs je parle de roman, mais on pourrait aussi bien parler d’essai philosophique aussi bien sur l’anguille que sur la vie et la mort.

Patrik Svensson est un auteur suédois qui écrit avec ce titre son premier livre, et celui-ci est très original. S’appuyant à la fois sur son histoire personnelle et familiale, notamment avec le récit de pêches à l’anguille avec son père, et sur des recherches scientifiques poussées (d’ailleurs il y a une bibliographie à la fin), ce récit alterne des chapitres personnels, et d’autres plus longs, à la recherche de l’énigme scientifique de l’anguille, qui glisse entre les mains de quiconque tente de percer son mystère.

Et sur un sujet qui n’a pas l’air si palpitant au premier abord, je me suis retrouvée happée par surprise dans ce récit. Car l’auteur a réussi à m’hameçonner habilement, en racontant les mystères de l’anguille, auxquels l’homme essaye de trouver des réponses concrètes et scientifiques depuis Aristote, mais qui se heurte à un animal tellement secret qu’on sait peu de choses sur lui, même si on progresse peu à peu avec les moyens modernes.

C’est ainsi que j’ai appris que ce poisson ( car c’en est bien un, malgré son allure de serpent), naîtrait dans la mer des Sargasses sous forme de petite feuille larvaire, puis suit les courants marins, se transforme en alevin, et arrive dans les rivières d’eau douce où il devient une anguille de couleur jaune, vit sa vie d’anguille et un jour, poussé par on ne sait quel instinct, se transforme en anguille argentée, développe des organes sexuels et repart vers la mer des Sargasses se reproduire et mourir.

Enfin bon, tout cela reste encore un peu théorique, car toutes les preuves ne sont pas là. Par exemple, on n’a jamais vu d’anguille se reproduire, il a fallu des siècles avant de découvrir des anguilles avec des organes reproducteurs, et on n’a jamais vu d’anguille morte dans les Sargasses.

Et ces mystères nuisent aussi à cet animal de légende, qui pourrait rapidement disparaître de la surface du globe, à cause de l’action humaine, alors qu’il est apparu sur terre bien avant l’homme.

Ce roman fourmille d’informations sur l’anguille, son mode de vie, les légendes qui l’entourent, la passion des hommes sur ses mystères (même Freud, avant d’être le célèbre psychanalyste qu’on connaît, s’est penché sur le mystère de l’anguille et n’a rien trouvé), la volonté de quelques uns à passer des années pour en savoir plus sur elle. Et en même temps, c’est aussi l’occasion pour l’auteur de renouer avec ses origines, ses parties de pêche à l’anguille avec son père, et de réfléchir à des questions philosophiques et métaphysiques liées à cet animal nimbé de mystère, de réfléchir sur ses racines pour savoir où l’on va, sur les croyances et la foi, sur la vie, ses transformations, la mort.

Et la couverture est très réussie, avec le bleu de la mer ou de la rivière, la barque où se trouvent père et fils, et l’onde de l’eau qui fait penser à des anguilles, mystérieuses et cachées.

Un titre original que je conseille, qui a d’ailleurs été lauréat du prix August, équivalent du prix Goncourt en Suède.

 

Voir les commentaires

Mythologies égyptienne, chinoise, romaine, indienne et les héros grecs

« Mythologies égyptienne, chinoise, romaine, indienne et les héros grecs » de Jean-Charles Blanc, Claude Helft et Florence Noiville, illustrations d’Anne-Lise Boutin, éditions Actes Sud junior, collection Les Naissances du Monde

Cet ouvrage propose différents récits autour de la naissance du monde, mais aussi de ce qui arriva après dans différentes mythologies.

Ainsi, on part à la rencontre de la création du monde et des dieux égyptiens, avec aussi une histoire expliquant l’origine de la momification, des premiers dieux chinois, des empereurs, et de récits autour des éléments célestes, des héros grecs qui ont marqué l’imaginaire, du mythe de la fondation de Rome, et enfin des épopées indiennes expliquant la naissance du monde et le monde dans lequel on vit.

Ce livre fourmille d’histoires, certaines que je connaissais, notamment les mythes grecs et romains, d’autres que j’avais un peu oubliées comme la mythologie égyptienne, d’autres encore que je connaissais imparfaitement, comme la mythologie indienne, voire très peu pour la mythologie chinoise.

Un livre intéressant pour raconter une histoire, découvrir un récit, un dieu ou un héros, pour les petits curieux et petites curieuses, ou pour une recherche.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>