Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

coups de coeur

The Wicked Deep

Publié le par Doc Bird

« The Wicked Deep : la malédiction des Swan Sisters » de Shea Ernshaw, éditions Rageot

 

Résumé : Il y a deux cent ans, trois sœurs, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, ont été accusées de sorcellerie à cause de leur pouvoir de séduction, et ont été condamnées à mourir noyées dans le port de la ville de Sparrow. Depuis, chaque année, en juin, les sœurs Swan reviennent de la mer pour habiter chacune le corps d’une jeune fille, et se venger des hommes de la ville… La malédiction semble inéluctable….

 

Mon avis : Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Rageot et Babelio pour m’avoir proposé de lire ce roman avant sa parution en avril. Le thème était vraiment attirant avec l’histoire d’une malédiction qui revient chaque année depuis deux siècles, et que rien ne semble pouvoir arrêter.

 

Les trois sœurs Swan étaient venues émigrer dans la petite ville côtière de Sparrow pour avoir une nouvelle chance, et avaient ouvert une boutique de parfumerie.

Mais elles ont été rejetées par les habitants de la ville, car elles étaient étrangères, et parce qu’elles étaient différentes. Les deux aînées, Marguerite et Aurora, attiraient les hommes dans leur lit, et Hazel était amoureuse d’un jeune homme, et le père de ce dernier refusait cet amour.

La jalousie s’est muée en haine, et les trois soeurs accusées de sorcellerie et condamnées à mort. Elles furent condamnées à mourir noyées, lestées de pierres, dans les eaux du port. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais les trois sœurs ne sont pas vraiment mortes, et sont restées des fantômes dans l’océan, pouvant revivre dans le corps de trois jeunes filles, quelques jours en juin, à partir de la date anniversaire de leur mort.

 

 C’est dans ce contexte que nous rencontrons Penny, qui vit seule avec sa mère sur l’île de Lumière, là où se trouve le phare. Penny est plutôt solitaire, mais accepte de de se rendre à la fête du début du retour des sœurs Swan avec son amie Rose. Mais elle est effrayée par ce qui peut arriver, ayant peur que son corps soit choisi par une des sœurs.

Elle rencontre Bô, un jeune homme qui cherche un travail, venant d’ailleurs, mais Penny se demande s’il vient là pour l’attraction de la malédiction des sœurs Swan qui tuent et noient des hommes par vengeance chaque année, ou s’il est arrivé là par hasard. Confusément, elle sent qu’il a fait le choix de venir à Sparrow, mais ne sait pas pourquoi. Elle commence à ressentir des sentiments pour lui, mais craint que l’une des sœurs réincarnées veuille l’entraîner vers la mort dans l’océan… Et l’inéluctable semble bien vouloir arriver….

 

Je me suis trouvée happée par l’atmosphère étrange se dégageant de ce coin perdu en Amérique, semblant être figé dans le temps depuis la mort des sœurs Swan.

Tout semble conspirer afin que la malédiction puisse avoir lieu chaque année, mais tout pourrait aussi changer car une jeune fille, Penny, tombe amoureuse et veut protéger la vie de celui qu’elle aime.

 

La place de la nature sauvage, des éléments naturels, et de l’océan est très importante dans le récit, mettant en place une atmosphère à la fois fantastique et lugubre, semblant prouver que tout conspire à la réalisation de la malédiction chaque année.

 

J’ai été étonnée par la révélation sur Penny au cours du récit, qui signe un tournant dans l’histoire, et ouvre de nouvelles perspectives.

J’ai été touchée par une des sœurs Swan, Hazel, qui a vécu une histoire d’amour malheureuse et souhaite avoir la chance de pouvoir en vivre une autre, avec une décision sur le fil qui peut changer tout le cours de l’histoire, et qui va accepter de prendre ses responsabilités.

 

Ce roman est envoûtant, un mélange d’amour qui traverse les époques, de haine, et de fantastique, avec l’impression que rien d’heureux ne peut arriver.

L’histoire nous tient en haleine jusqu’au bout, suspendue à la décision d’Hazel, qu’on aimerait détester, mais qu’on ne peut s’empêcher de plaindre.

 

L’histoire restera en mémoire du lecteur pendant un long moment… Et si un jour, vous entendez le chant envoûtant des sœurs Swan au bord de l’océan, écoutez leur histoire…

 

Un extrait : 

Mais peut-être que ça, ce que je fais là, me rend plus humaine que ne l’ai jamais été. Mourir. Se sacrifier pour que d’autres n’aient pas à le faire. Faire un choix. Et puis, je suis tombée amoureuse. Qu’y-a-t-il de plus humain ?

Partager cet article
Repost0

Les filles de Brick Lane 2. Sky

Publié le par Doc Bird

« Les filles de Brick Lane 2. Sky» de Siobhan Curham, éditions Flammarion jeunesse

 

Résumé : Sky, Ambre, Rose et Maali se retrouvent le 31 décembre afin de souhaiter que leurs vœux se réalisent durent l’année à venir. Mais les rêves ne se réalisent pas toujours comme on le souhaiterait. Sky va devoir aller au lycée, Ambre veut rechercher sa mère biologique, Rose veut oser être elle-même, et Maali voudrait connaître l’amour. Quelles surprises l’année leur réservera-t-elle ?

 

Mon avis : Coup de cœur pour ce tome 2, dont j’avais déjà apprécié le tome 1.

Chacune des filles de Brick Lane a son propre caractère, et va devoir affronter ses peurs ou le regard et le jugement des autres, lors de cette année éprouvante, mais qui va aussi leur apprendre à mieux se connaître et à être elles-mêmes.

 

Leur fraîcheur, leurs regards sur la vie, aussi différents soient-ils, se rejoignent sur l’essentiel, et permettent au lecteur d’approfondir sa propre réflexion surtout en cette période d’adolescence pas toujours facile.

 

Sky va devoir aller au lycée, alors qu’elle n’est jamais allée sur les bancs de l’école, mais va avoir l’heureuse surprise de rencontrer Léon, un jeune slameur.

Ambre va vouloir découvrir qui est sa mère biologique, tout en traversant une période de doute par rapport à elle-même, elle se sent différente, et doute de ses capacités et de ses talents de rédactrice pour son blog.

Rose va faire la révélation de son homosexualité, et va découvrir les affres de l’amour.

Maali voudrait oublier Ash, qui lui a brisé le cœur, et rencontrer l’amour, mais elle va apprendre que son père est gravement malade, remettant en question toutes ses croyances.

 

Chaque épreuve que va rencontrer chacune des filles va entrer en résonance avec les autres, mais leurs joies vont aussi leur permettre de donner des instants de bonheur aux autres.

 

Au final, une année à la fois douloureuse et magique, qui va permettre à chacune des jeunes filles de mûrir et de prendre confiance en elle.

J’ai lâché avec regret ce tome 2, attendant avec impatience la suite des aventures des filles de Brick Lane, qui portent un regard lucide et positif sur la vie, montrant que l’amitié et la solidarité peuvent aider les autres à aller mieux. 

 

Et voici un beau poème présent au cœur de l'histoire qui m'a touché et que je partage : 

COURAGE
Par Sky et Léon
Quand la peur fait trembler la forêt
Reste droit comme le pin le plus haut
Au fond de toi bat un cœur pur et beau
Qu’aucune peine ne peut effleurer
Tes branches peuvent bien plier
Mais le courage te donne un tronc d’acier

Quand la peur fait trembler la vallée
Vole sur les nuages tel un vautour
Au fond de toi bat un cœur plein d’amour
Qu’aucune peine ne peut effleurer
Tes plumes peuvent bien s’emmêler
Mais le courage te donne des ailes d’acier

Quelques extraits :

Comment je suis censée savoir quoi faire de ma vie si je ne sais pas qui je suis vraiment ? Si je ne le sais jamais ?

Mais je pense qu’il y a une force d’amour au fond de chacun de nous, et dans tout l’univers.

C’est alors qu’une pensée lui vint : aussi longtemps qu’on garde son imagination, tout n’est pas perdu. Il reste toujours de l’espoir.

Notre société n’a pas besoin d’un tas d’esprits libres qui savent ce qu’ils veulent et qui savent comment l’obtenir, en suivant leur propre chemin. Notre société a besoin d’un troupeau de moutons prêts à faire aveuglément tout ce qu’on leur dit de faire. C’est à l’école primaire que ça commence. C’est là qu’on nous éduque à devenir de bons petits moutons bien conformes.

Parfois, on ne sait pas de quoi on a besoin, ce qui nous manque… jusqu’au moment où on le trouve.

beaucoup de nos peurs ne sont que des ombres

Mais j’adore ta manière de surmonter tes peurs, de ne pas les laisser te dicter tes actes.

Elle avait aussi appris que même dans les heures les plus sombres, une petite lumière brillait au bout du tunnel ; et qu’il n’était pas impossible de trouver l’amour même au cœur de la tempête.

Elle savait maintenant qu’on ne trouve pas sa véritable identité à travers celle de quelqu’un d’autre. On la trouve en soi.

Partager cet article
Repost0

L’aube sera grandiose

Publié le par Doc Bird

« L’aube sera grandiose » d’Anne-Laure Bondoux, illustrations de Coline Peyrony, éditions Gallimard jeunesse

 

Résumé : Nine doit passer la nuit à une fête avec des amis. Mais sa mère, Titania, l’a brusquement emmenée en voiture, direction une cabane dans la forêt, à côté d’un lac. Car cette nuit est différente des autres. Titania va faire à Nine le récit de l’histoire familiale, et de ses nombreux secrets. A l’aube, rien ne sera plus pareil.

 

Mon avis : Coup de cœur pour ce roman pour grands ados, que j’ai apprécié en tant qu’adulte.

 

Nine se retrouve embarquée à bord de l’antique voiture de sa mère, direction une cabane perdue au fond des bois, à côté d’un lac.

Car suite à une nouvelle importante, Titania, la mère de Nine, décide qu’il est temps pour elle de raconter à sa fille le roman familial, loin des non dits et des mensonges, et de transmettre son héritage familial à sa fille.

Heure par heure, durant toute une nuit, le lecteur est convié à écouter le récit d’une famille dans les années 70.

 

Sans rien dévoiler du récit, qu’il faut savourer étape par étape, je peux dire qu’il y est question de belles rencontres, de joie de vivre, de tristesse, de handicap et d’amour familial.

 

Cette saga se laisse lire avec plaisir, avec des références qui font remonter à un passé pas si lointain pour certains, mais qui peuvent faire penser à la « Préhistoire » pour les jeunes : 3 chaînes de télévision, l’arrivée des CD, les cabines téléphoniques.

 

Un récit d’une enfance à la fois douce et amère, entre moments de complicité, et difficultés.

 

A l’aube, Nine connaîtra tout sur son passé familial, et elle va mettre un pied dans le monde adulte.

 

Un roman de qualité, touchant par moments, avec des moments de nostalgie. Une lecture qui permet de comprendre un peu la famille et de resserrer les liens.

 

Un extrait : 

 

Personne n’est jamais prêt à entendre la vérité. Je peux te le dire d’expérience, il n’y a pas de bon moment pour ça. Il arrive, et on n’y peut rien.

Et je vous mets en lien le billet de Manou qui m'a donné envie de lire ce titre : 

Partager cet article
Repost0

Bilan de mes lectures 2018

Publié le par Doc Bird

En cette fin d'année 2018, je vous propose un récapitulatif de mes lectures coups de cœur, avant de vous retrouver en 2019 pour partager d'autres lectures ! 
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Bilan de mes lectures 2018
Partager cet article
Repost0

La Passe-miroir. 3. La Mémoire de Babel

Publié le par Doc Bird

« La Passe-miroir. 3. La Mémoire de Babel » de Christelle Dabos, éditions Gallimard jeunesse

Résumé : Ophélie a été contrainte de revenir à Anima, et n’a reçu aucune nouvelle de Thorn depuis deux ans et sept mois. Mais possibilité lui est donnée un jour de pouvoir s’échapper, et elle décide de se rendre sur l’Arche de Babel, afin de faire des recherches par rapport à Dieu et l’Autre. Et elle souhaite aussi ardemment retrouver Thorn…

Mon avis : Gros coup de cœur pour ce tome 3 qui m’a enchantée, tout comme les précédents. Il m’a fallu de la patience, mais j’ai enfin pu emprunter ce tome à la médiathèque. Et la lecture a été à la hauteur de mes attentes !

J’ai retrouvé avec plaisir Ophélie, revenue encore plus fragile du Pôle, coincée par l’inaction, et surveillée de près par les Doyennes. Elle sent en elle un grand trou se former, la grignotant de jour en jour, dans l’attente de nouvelles de Thorn qui ne viennent pas. Heureusement, un coup de pouce va l’aider à quitter Anima, et à retrouver l’envie d’agir et d’en savoir plus sur ce mystérieux Dieu…

Elle part aussi à la recherche de Thorn, qui a dû arriver aux mêmes conclusions qu’elle : se rendre sur l’Arche de Babel. Mais arrivée sur place, elle va découvrir un monde dont elle ne connaît pas les codes et les règles. Et il va lui falloir beaucoup de courage pour réussir dans sa mission !

Ce tome 3 fait avancer l’intrigue doucement, avec bien sûr de plus en plus de révélations au fur et à mesure qu’on avance dans le livre.

L’action est centrée sur Ophélie et ses pérégrinations, tandis que seulement quelques chapitres montrent ce qui se passe du côté de Bérénilde et de sa fille Victoire, dotée d’un étrange pouvoir et qui fait se poser des questions au lecteur.

J’ai dévoré ce livre avec plaisir, retrouvant une Ophélie toujours aussi maladroite et touchante, marquée par la volonté de trouver des réponses à ses questions, quitte à devoir changer d’identité et à mentir sur son passé, et voulant retrouver Thorn.

Les dangers sont de plus en plus nombreux autour d’elle, et il lui faudra du courage et de l’obstination pour continuer sa quête. Je ne peux pas en dire plus, ni vous dire si elle retrouve Thorn, car cela gâcherait votre plaisir de lecture.

Sachez juste qu’Ophélie va mûrir et avoir enfin le courage de dire ce qu’elle pense.

La bibliothèque du Mémorial de Babel est un magnifique hommage à toutes les bibliothèques, faisant penser à la « Bibliothèque de Babel » de Borges, défiant les lois de l’apesanteur, et renfermant de sombres secrets.

Ce tome est aussi l’occasion de faire réfléchir le lecteur sur un monde privé de liberté pour le bonheur des citoyens, sur la dictature, et sur le remplacement des hommes par des machines.

Un vrai régal à lire, qui emmène dans l’envers du décor d’une nouvelle Arche, et en donnant des réponses, ouvrant la porte à de nombreux autres mystères. Plus on apprend, moins on en sait ;) Délicieuse torture d’attendre la sortie du tome 4 !

Quelques extraits :

 

La seule véritable erreur est celle qu’on ne corrige pas.

Elle avait aussi honte de s’être laissée contaminer par cet esprit de compétition qui les avait tous poussés à se détester mutuellement.

Partager cet article
Repost0

Quelques minutes après minuit

Publié le par Doc Bird

« Quelques minutes après minuit » de Patrick Ness, éditions Gallimard jeunesse, collection Folio Junior

Résumé : Conor, 13 ans, fait un horrible cauchemar récurrent depuis que sa mère a un cancer. En effet, chaque soir, quelques minutes après minuit, le cauchemar revient, tellement terrible qu’il ne peut pas en parler. Une nuit, un monstre sous forme d’arbre apparaît dans son cauchemar. Il lui dit qu’il a entendu son appel et qu’il vient pour entendre la vérité…

Mon avis : Immense coup de cœur pour ce roman, qui a reçu de nombreuses critiques élogieuses, et qui a été adapté au cinéma. Une fois qu’on entre dans la vie de Conor, on n’en ressort pas indemne.

Dès le début, le lecteur comprend que la maladie de la mère de Conor prend de l’ampleur, et que cette situation le perturbe énormément. Il doit s’occuper souvent tout seul de lui-même car sa mère est très fatiguée, mais cela irait encore si sa meilleure amie, Lily, n’avait pas divulgué le secret du cancer de sa mère à ses camarades de classe et aux adultes de l’école. Depuis, il se sent à part, comme si la maladie de sa mère lui donnait l’immunité pour tous les devoirs et obligations de l’école. Et il se sent seul, invisible aux yeux des autres élèves, brouillé avec Lily, et supportant difficilement la pitié des adultes. Alors Conor se rassure comme il peut, se sentant enfin vivant quand un trio de garçons le harcèle.

Chaque nuit, le mal et la douleur le rongent, il a peur de son cauchemar. Mais une nuit, après son cauchemar, il rencontre un monstre en forme d’arbre, qui lui parle, et lui dit qu’il vient suite à son appel. Conor ne lui a pourtant rien demandé, et se surprend même à penser que ce monstre n’est pas si effrayant que cela. Le monstre lui explique comment leurs rencontres vont fonctionner : il racontera à Conor trois histoires « sauvages », « qui griffent et qui mordent », et la quatrième histoire, ce sera à Conor de la raconter, d’oser extirper de son cœur et de son âme la vérité… Commencent alors des rencontres qui peu à peu vont mettre à jour les sentiments mêlés de Conor : peur, rage, doutes, culpabilité, tristesse, révolte…

J’ai été totalement bouleversée par cette histoire, qui mêle à la fois la magie des contes qui font peur - avec le monstre comme sorte de génie qui vient pour des questions de vie ou de mort, et qui accepte de raconter trois histoires, demandant en contrepartie une quatrième histoire à celui qui l’a appelé - et la dure réalité d’un enfant vivant seul avec sa mère, qui souffre de plus en plus du cancer, et dont les traitements la rendent malade et ne semblent pas avoir d’effets.

Ce roman met en avant le ressenti d’un enfant qui voit sa mère souffrir, et a peur de la voir mourir.

Les histoires du monstre vont lui permettre de mettre des mots, et aussi de traduire en actes, ce qu’il ressent. Mais le temps avance inéluctablement, et Conor va devoir faire face à la triste réalité, sa mère n’est pas en voie de guérison.

Aussi, lorsque le monstre va venir le voir une dernière fois, il va devoir faire face à ce qu’il se cache à lui-même et qui resurgit dans son horrible cauchemar, il va devoir affronter la vérité et la dire, ce qui lui permettra de se libérer.

Plus on avance dans l’histoire, plus on sent que l’inéluctable va arriver, malgré les efforts de Conor pour se persuader du contraire. Le monstre va lui servir de catharsis pour expulser tout ce qu’il ressent, et mettre des mots sur ses maux.

J’ai terminé l’histoire en larmes, ce récit étant magnifiquement écrit, et permettant de commencer le processus de deuil.

A lire et à faire lire pour comprendre ce qu’on ressent à l’intérieur de soi, et arriver à l’extérioriser, sans jugement, face à la difficile maladie d’un proche. Une histoire magnifique et terrible à la fois.

Partager cet article
Repost0

Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ?

Publié le par Doc Bird

« Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ? » de Carine Bausière, éditions Ravet-Anceau

Résumé : Camille, 13 ans, a vécu l’épreuve douloureuse de perdre brutalement sa maman à la fin de l’année scolaire. Aujourd’hui, c’est la rentrée, et rien ne va, elle a toujours le cœur en vrac, l’impression d’avoir un immense trou dans la poitrine, et la peur, dans cette tristesse incommensurable, de ne pas pouvoir revenir du côté de la vie. L’ambiance à la maison est désespérée, et elle ne sait pas comment elle va avoir le courage d’entrer au collège. Heureusement, elle peut compter sur Ben, son meilleur ami, ainsi que sur ses voisins, pour la soutenir.

Mon avis : Attention, roman qui va vous faire sortir les mouchoirs, et en même temps montrer de l’espoir !

On y rencontre Camille, qui a perdu sa maman au début de l’été et se sent vide de l’intérieur, dévorée par un immense chagrin. L’ambiance à la maison est morose, entre son père qui ne parle plus, enfermé dans sa propre tristesse, et Babar, son petit frère, qui vient dormir chaque nuit dans sa chambre, ne pouvant plus dormir seul. Tous sont engoncés dans leur douleur et ressentent beaucoup de difficultés à communiquer.

Alors Camille pleure, sent la rage monter, se demande pourquoi sa mère est morte, et perd pied par rapport à la vie.

Heureusement, pour l’aider, elle peut compter sur Ben, son meilleur ami, qui adore lui remonter le moral en faisant des blagues, ainsi que sur Zénobie, sa voisine, qui s’occupe d’elle et de son frère chaque mercredi. Car Zénobie est originale, dit des gros mots, conduit une antique 2 Chevaux, et fait des courses au commerce local, chez des marchands du Nord hauts en couleur et en langage.

La première partie du récit est triste, emplie du chagrin d’avoir perdu un être cher, et d’avoir peur pour les autres, maintenant que l’on sait que le pire peut arriver.

Mais ensuite, par petites touches, progressivement, et malgré les aléas de la vie, Camille et sa famille veut peu à peu revenir vers la vie, se parler, et apprendre à vivre sans leur mère et femme. Camille va même découvrir l’amour et ses chagrins, et se faire des amies. Elle sait qu’elle peut compter sur ses amis, et d’ailleurs, la fin réserve une bonne surprise à notre héroïne.

Une belle histoire émouvante, qui évoque la perte d’un parent avec des mots justes, permettant à un jeune qui a vécu la même douleur de pouvoir mettre des mots que ce qu’il ressent, et découvrir que la vie peut aussi avoir malgré tout de bons côtés.

Un coup de cœur pour ce roman sur le deuil, qui fait pleurer et redonne espoir à la fois.

Partager cet article
Repost0

Ninn, 2. Les Grands Lointains

Publié le par Doc Bird

« Ninn, 2. Les Grands Lointains » de Johan Pilet et Jean-Michel Darlot, éditions Kennes

Résumé : Avec le tigre blanc, Ninn est arrivée dans les Grands Lointains, son monde d’origine. Elle découvre alors que sa mission et de rallumer la flamme du phare, afin de pouvoir chasser les ombres noires. Mais ces dernières vont tout faire pour l’en empêcher…

Mon avis : Une suite magnifique et poétique, autant du point de vue des illustrations, des couleurs que de l’imaginaire des auteurs.

Ninn a réussi à se rendre dans les Grands Lointains. Mais l’accueil est loin d’être chaleureux : entre les guerriers de pierre qui cherchent à l’éliminer et les ombres noires qui veulent l’empêcher de réussir sa mission. Heureusement, elle peut compter sur le tigre blanc, ainsi que sur une mystérieuse salamandre capable de revêtir de multiples formes.

Ninn va alors découvrir où se rendent les pensées perdues, et découvrir en quoi consiste le rôle de gardien du phare et de la flamme.

De l’autre côté, sur terre et dans le métro, ses papas adoptifs et ses deux meilleurs amis vont partir activement à sa recherche.

Ce tome 2 permet d’entrer dans une belle légende qui permet de comprendre où vont nos pensées, une fois qu’elles sont parties, de rentrer dans un univers magique, où les règles et les lois sont différentes, et met en avant une héroïne au caractère bien trempé, qui va affronter les dangers de la vie et en ressortir grandie.

Un gros coup de cœur pour cette très belle histoire !

Publié dans Lectures-BD, Coups de coeur

Partager cet article
Repost0

La Décision

Publié le par Doc Bird

« La Décision » d’Isabelle Pandazopoulos, éditions Gallimard jeunesse, collection Pôle fiction

Résumé : Un matin, en cours de maths, Louise, 17 ans, ne se sent pas bien et sort de cours. Elle se rend dans les toilettes où elle va accoucher d’un petit garçon, alors qu’elle ne se savait ni ne se sentait enceinte. Une fois l’enfant né, comment faire face à ce choc immense ?

Mon avis : « Secret pour secret », BD/roman graphique de Charlotte Bousquet, abordait le thème de la naissance non désirée et de l’avortement, permettant aux jeunes filles de comprendre les démarches à suivre en fonction de leur choix.

« Cher inconnu » de Berlie Doherty, mettait en scène une jeune fille de 16 ans, enceinte, qui parle au bébé ans son ventre, pour lui faire part de son ressenti.

Dans « La Décision », Louise se retrouve à accoucher seule dans les toilettes du lycée, alors qu’elle ne soupçonnait même pas qu’elle était enceinte, ainsi que sa famille. Le traumatisme est fort pour elle, car elle n’a jamais eu de relations sexuelles, et se retrouve face à un inconnu, son bébé, tout en ayant l’impression que ses parents la jugent pour leur avoir menti.

Après le choc traumatique, va devoir venir l’heure des choix : garder son enfant et s’en occuper, ou le quitter et le laisser se faire adopter.

Ce roman est fort et poignant, et on ne réussit pas à le lâcher, tellement les émotions sont fortes et se télescopent.

Isabelle Pandazopoulos met en avant à chaque chapitre des narrateurs différents : Louise bien sûr, qui va intervenir de plus en plus au fur et à mesure du temps qui passe, et de sa remontée de l’enfer du néant et de l’incompréhension, mais aussi son père, sa mère, ses amis, l’assistante sociale ou la psychologue. Ces différents points de vue vont permettre de mettre en avant les différents ressentis, ainsi que les différentes facettes de la situation.

Car en dehors du déni de grossesse, le roman parle aussi de viol au GHB et de ses conséquences qui détruisent en une violente tempête toutes les certitudes de Louise. Sa vie va voler en éclats, et il va lui falloir beaucoup de temps pour se reconstruire et faire ses choix.

Elle veut nier l’existence du bébé, qui pourtant est bien là, et son attitude oscille entre intérêt pour lui et volonté d’oublier sa présence. Louise va passer par différentes étapes, forcément douloureuses, pour remonter vers la vie, face aux jugements et aux regards des autres, surtout de sa propre famille.

Un roman magnifiquement poignant, sur un sujet sensible.

Partager cet article
Repost0

Le journal de Gurty : Vacances en Provence

Publié le par Doc Bird

« Le journal de Gurty : Vacances en Provence » de Bertrand Santini, éditions Sarbacane, collection Pépix

Résumé : Gurty part avec son maître en vacances en Provence. C’est pour elle l’occasion de retrouver son amie Fleur, son ennemi Tête de Fesses, et de tester plein de nouveautés et de découvrir le monde, tout en mangeant des chichis ou en faisant pipi sur de la barbe à papa !

Mon avis : Amis des boules de poils facétieuses, bienvenue dans le journal intime de Gurty, chienne de caractère !

Gurty est contente de partir en vacances en Provence avec son humain, car elle va retrouver des grands espaces, retrouver des connaissances, et beaucoup s’amuser !

Elle va bien sûr faire des bêtises comme se rouler dans des crottes, essayer de faire peur au chat, ou tenter de partir à l’aventure dans le grand monde !

Chaque jour est une nouvelle aventure, souvent hilarante, qui devrait ravir nos jeunes lecteurs !

Une sorte de « Journal d’un dégonflé » avec un chien pour héros désopilant !

Humour 100 % canin garanti !

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>