Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

coups de coeur

The revolution of Ivy

Publié le par Doc Bird

« The revolution of Ivy » d’Amy Engel, éditions Pocket jeunesse, collection Best Seller

Résumé : Ivy a fait son choix, douloureux, et se retrouve désormais de l’autre côté de la barrière. Il va lui falloir rapidement trouver de quoi se nourrir et s’abriter. Et surtout avoir la force morale de continuer. Le corps et l’âme blessés, elle doit apprendre à survivre en milieu hostile. Y parviendra-t-elle ? Quel sera son destin ?

Mon avis : J’attendais avec impatience de pouvoir lire ce tome 2, me demandant ce qui allait se passer une fois la barrière franchie.

Dès le début, on est repris dans l’atmosphère de l’histoire, aux côtés d’Ivy. Une fois à l’extérieur, elle doit lutter pour ne pas sombrer dans le désespoir, et trouver la force de se nourrir et de trouver un abri. Elle ne connaît rien du monde extérieur, et doit se méfier de tout et de tous.

Les rencontres qu’elle va faire, dangereuses ou bénéfiques, vont lui forger un nouveau caractère, ou plutôt la révéler à elle-même, prise entre ses contradictions et ses aspirations.

Elle va découvrir la peur, l’angoisse, mais aussi la solidarité et l’amitié. Et quand l’heure des choix va sonner, elle laissera parler son cœur.

La suite et fin de cette dystopie est un vrai régal, permettant de faire évoluer son personnage principal, de faire réfléchir à la liberté, aux choix et à leurs conséquences.

Ivy va vivre des moments tragiques, mais va aussi s’épanouir et devenir elle-même.

A lire !

Quelques extraits :

 

Les vagues ourlées d’écume nous chatouillent les orteils, rappel que malgré tout le mal que nous pouvons infliger – à nous-mêmes, aux autres, au monde – la vie peut encore nous surprendre par la multitude des possibilités qu’elle nous offre.

Je me suis habituée à dormir à la belle étoile, à sentir mes muscles tirer quand je marche. A définir mon propre monde plutôt que de le laisser me définir, et à la liberté qui en découle.

Partager cet article
Repost0

Rose givrée 

Publié le par Doc Bird

« Rose givrée » de Cathy Cassidy, éditions Nathan

Résumé : Jude, 13 ans, vit avec sa mère chez ses grands-parents. Elle ne veut pas attirer l’attention sur elle, surtout avec sa famille plutôt extravagante : une mère qui peut vite perdre le contrôle avec l’alcool, un père qui se prend pour le sosie d’Elvis Presley, et une grand-mère atteinte d’Alzheimer. Et dire que Carter, un garçon de son collège, essaye de l’approcher…

Mon avis : Coup de cœur pour ce roman de Cathy Cassidy ! Je crois même que c’est mon préféré parmi tous ceux qu’elle a écrit.

Comme d’habitude, derrière la couverture très girly et semblant légère, l’auteur aborde des thématiques difficiles et douloureuses. Ici, la maladie d’Alzheimer et l’alcoolisme.

L’héroïne, Jude, va comprendre que sa mère a de nouveau un problème avec l’alcool, et que tout pourrait rapidement déraper. Ajoutons à cela que son père va se marier avec une autre femme, que Carter, un garçon de son collège, lui tourne autour, alors qu’elle voudrait qu’il ignore tout de sa famille, et que le petit ami de sa mère décide de rompre car elle a repris l’alcool, on comprend rapidement que Jude va passer par de moments difficiles.

Elle va devoir remplir le rôle d’adulte responsable de la famille, qui sera lourd à porter.

Heureusement, certains épisodes permettent d’alléger un peu l’atmosphère par moments, surtout ses rencontres avec Carter, mais dans l’ensemble, ce récit est très émouvant, entre bizarrerie et tristesse, et j’ai même eu à un moment les larmes aux yeux.

Un roman touchant, qui parle de famille recomposée, de maladie et d‘alcoolisme, avec des notes d’amour qui redonnent de l’espoir, qui invitent à avoir de l’empathie pour les autres, en allant au-delà des apparences.

Chapeau pour la couverture et le titre qui reprennent des épisodes de l’histoire : les glaces du petit ami de sa mère, qui peuvent se révéler amères, la famille un peu givrée, et les petits cœurs de la Saint-Valentin.

A lire !

Quelques extraits :

 Le problème, avec les listes, c’est que c’est difficile de savoir quand s’arrêter. Il y a tellement de choses à régler dans ma vie que ça pourrait être un travail à plein temps. D’ailleurs, ce n’est même pas ma vie mais celle des autres que j’aimerais changer – et c’est encore plus compliqué. Les gens se comportent rarement comme on s’y attend. Ils n’en font qu’à leur tête.

 Mon vœu le plus cher serait de remonter le temps jusqu’à l’époque où elle allait bien, quand il suffisait qu’elle me serre dans ses bras et me caresse les cheveux pour que je me sente mieux. J’ai encore besoin qu’on s’occupe de moi, même si, depuis quelques temps, c’est plutôt moi qui m’occupe des autres.

J’aimerais pouvoir tout arranger et redonner des couleurs à son monde d’un coup de baguette magique. Je suis persuadée que la magie se cache là où on ne l’attend pas, dans des petites choses comme des bonbons en forme de cœur, un garçon qui nourrit des oiseaux, une femme en perruque rose qui sourit alors qu’on vient de réduire son voile de mariée en cendres. La magie, c’est ce qui rend nos vies supportables.

Il ne me dit pas que ça va passer ni que la douleur s’atténuera avec le temps, comme la plupart des gens. Il se contente de m’écouter et de me comprendre. 

Il nous arrive à tous de rêver que quelqu’un règle nos problèmes d’un coup de baguette magique, n’est-ce pas ? Alors que personne ne peut le faire à notre place. La magie est en nous.

Selon moi, il faut profiter de tous les petits moments en technicolor avant que le monde redevienne en noir et blanc.

Partager cet article
Repost0

Les filles de Brick Lane 1. Ambre 

Publié le par Doc Bird

« Les filles de Brick Lane 1. Ambre » de Siobhan Curham, éditions Flammarion jeunesse

Résumé : Ambre, Rose, Maali et Sky sont très différentes les unes des autres, mais elles ont aussi un point commun : elles habitent dans le même quartier, Brick Lane, se sentent différentes, à part, et rêvent de réussir leurs vies. Grâce à Ambre, elles vont se rencontrer, et former le club des Filles de Brick Lane ! Car à plusieurs, on peut s’entraider pour réaliser ses rêves !

Mon avis : J’ai été enchantée par ce roman qui met en scène des jeunes filles qui rencontrent des situations différentes, mais partagent la même envie de réaliser leurs rêves. Je trouve d’ailleurs que le titre anglais « The Moonlight Dreamers » est plus parlant, car il met en avant la poésie de certains passages de l’histoire, les rêves que chacune veut réaliser, et la lune qui va être au centre et au début de leur rencontre.

Chaque jeune fille possède son propre caractère et ses propres rêves.

Ambre a les cheveux courts et s’habille comme un homme, souffre de l’absence d’intérêt d’un de ses deux pères, et déteste l’homophobie. Fan d’Oscar Wilde, elle rêve de pouvoir aller à Paris pour voir sa tombe.

Rose semble prendre soin de son apparence, semble destinée à une carrière de mannequin, comme sa mère, mais aimerait devenir pâtissière. Elle vit seule avec sa mère, et déteste l’homme qui va venir habiter chez elle avec sa fille.

Cette fille s’appelle Sky, a un look plutôt bohème, et est fan de poésie. Son rêve ? Oser participer à un concours de slam. Elle déteste Rose chez qui elle va habiter, et en veut à son père de s’être attaché à une autre femme.

Maali, jeune indienne et hindou, sait se faire discrète. Elle rêve de pouvoir oser prendre la parole avec un garçon, ce que sa timidité l’empêche de faire pour le moment.

Ces quatre jeunes filles vont se retrouver ensemble grâce à Ambre, et toutes vont apprendre à se connaître malgré leurs différences, et vont même s’entraider pour réaliser leurs aspirations, comme pour s’en sortir quand l’une a des problèmes.

Elles vont se faire passer à tour de rôle une pierre de lune, symbole de leur amitié, qui va aider celle qui le porte à réussir et à aller de l’avant.

Ce roman avec quatre jeunes filles et un objet fétiche à partager fait fortement penser à la série « Quatre filles et un jean », avec la même délicatesse, des ennuis, et des aspirations à partager.

Un très bon roman qui m’a happée dès les premières pages, qui parle de différences de culture, de pensée, mais qui apprend aussi que chacun est relié à l’autre, partage les mêmes problématiques et soucis, et prouve que l’amitié peut aider à dépasser tout ce qui nous entrave.

Un mélange de réalité et de poésie qui fait du bien à lire, avec un soupçon de réflexion sur la viralité des réseaux sociaux.

Vivement le tome 2 !

Seul bémol : à plusieurs reprises, les noms des personnages ne sont pas les bons, ce qui fait que le lecteur peut se sentir un peu perdu. C’est vraiment dommage que ces coquilles aient pu passer à la relecture.

Quelques extraits 

Oui, je suis un rêveur. Car le rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu’au clair de lune, et son châtiment est de voir l’aube bien avant le reste du monde.

C’était ça, le véritable usage des lettres : offrir une pause, faire réfléchir, aider à se sentir moins seul.

Du moment que vous faites quelque chose que vous adorez faire, peu importe combien de gens vous écoutent.

Parfois, les choses ne se passent pas comme on le voudrait, mais ce n’est pas forcément grave, parce que ce qui arrive à la place peut être très bien aussi. 

Partager cet article
Repost0

Ninn, 1. La Ligne Noire

Publié le par Doc Bird

« Ninn, 1. La Ligne Noire » de Johan Pilet et Jean-Michel Darlot, éditions Kennes

 

Résumé : Ninn vit avec ses deux tontons pas loin du métro où ces derniers travaillent. Elle a été adoptée par eux quand elle était bébé, car ils l’ont trouvée dans le métro. Ninn est fascinée par l’univers souterrain du métro, et va y faire des rencontres mystérieuses, qui vont l’amener à se questionner sur ses origines.

 

Mon avis : Une superbe BD qui mêle réalisme et fantastique à travers une très belle histoire.

On redécouvre le métro sous un nouvel angle grâce à Ninn, tout en se laissant emporter sur les ailes de l’imaginaire.

De mystérieux papillons visibles seulement par Ninn, et un vieux monsieur excentrique vont l’amener à découvrir un monde caché plein de danger. Sa rencontre avec le tigre blanc de la couverture va l’amener à partir sur les traces de son passé.

J’ai trouvé cette BD envoûtante et j’ai hâte de lire la suite, car je me suis plongée avec délice dans un monde souterrain fait de magie et de peur. A lire !

Publié dans Lectures-BD, Coups de coeur

Partager cet article
Repost0

Le petit manuel de l’astronaute

Publié le par Doc Bird

« Le petit manuel de l’astronaute » de Louie Stowell, illustrations de Roger Simo, éditions Usborne

Ce manuel est à mettre entre toutes les mains des jeunes qui souhaitent devenir astronautes !

Dès le début, le ton résolument humoristique se met au service d’un contenu de qualité !

Après une introduction de Thomas Pesquet, le lecteur part sur le parcours pour devenir un parfait astronaute, en commençant par quelques explications sur l’espace, puis en plongeant dans le vif du sujet : les études à faire, les formations éreintantes, la préparation à la première mission dans l’espace, le décollage…

Et on peut dire que ce métier qui fait rêver est bien loin de tout repos ! Les études sont difficiles (mais pas impossibles), et le corps et l’esprit sont mis à rude épreuve.

Les petits détails comme le petit objet emporté traditionnellement par le commandant du Soyouz pour rejoindre la station internationale (souvent une peluche) ou comment aller aux toilettes dans l’espace, fourmillent, et rendent concrète la vie dans l’espace.

Les illustrations sont rigolotes mais aussi explicatives.

Un coup de cœur pour cet ouvrage destiné aux astronautes en herbe!

 

Partager cet article
Repost0

Le grand saut

Publié le par Doc Bird

« Le grand saut » de Florence Hinckel, éditions Nathan

Résumé : Marion, Rébecca, Iris, Paul, Sam et Alex sont amis depuis la classe de sixième. Ils sont maintenant tous en terminale, dernière année où ils seront tous ensemble avant de se séparer pour leurs études supérieures. Ils sont contents que leurs années lycée se terminent, mais en même temps prennent conscience que cette année est charnière, et que tout pourrait changer entre eux…

Mon avis : J’ai adoré ce roman, et découvert que c’était hélas seulement un tome 1, dont la suite est sortie en septembre 2017, car l’histoire se termine sur un moment de stupeur, et on a très envie de connaître la suite.

L’histoire est celle de six amis, garçons et filles, qui sont inséparables depuis la sixième. Ils ne préparent pas tous le même bac, mais sont tous dans le même lycée, et comptent profiter pleinement de cette dernière année ensemble.

Mais leur belle amitié commence à se fissurer à certains endroits, et chacun doit faire face à ses propres problèmes. Entre secrets et gros soucis familiaux, mal-être, pression pour l’avenir, sentiments inavouables, le cocktail devient vite explosif, et tout va basculer pour nos amis lors d’une soirée.

On suit les tranches de vie de ces amis durant les trois premiers mois de leur année de terminale, chacun donnant alternativement son point de vue, permettant au lecteur de se faire une vue d’ensemble, et de comprendre chacun intérieurement au-delà des apparences. Ces jeunes, à qui tout pourrait sembler sourire, cachent en fait des fêlures, et cela va craqueler leur amitié qu’ils pensaient profonde et éternelle.

Les sentiments des adolescents, presque adultes, sont bien retranscrits, le lecteur sent rapidement une tension ternir l’éclat des apparences, et se retrouve vite pris par l’histoire. Derrière l’impression de joie, il découvre les secrets douloureux de chacun, et comprend que les amis basculent dans l’âge adulte, avec son lot de douleur. Cette année de terminale est celle de tous les espoirs, mais aussi de tous les dangers, avec la confrontation avec la réalité.

Le titre « Le grand saut » est bien trouvé, mêlant à la fois des événements qui vont se dérouler dans l’histoire, ainsi que le fait de se lancer dans le vide de la vie d’adulte.

Un coup de cœur pour ce roman bien écrit, en attendant de lire la suite avec impatience !

Quelques extraits :

 Si vous voulez que la vie vous sourie, apportez-lui d’abord votre bonne humeur.

Baruch Spinoza

 Elle avait perçu au travers de ces textes qu’il fallait aligner des idées de façon logique et sensible en même temps, faire preuve à la fois d’intelligence, d’intuition et de générosité… 

Rien n’était si simple, dans la vie. Elle en avait mis du temps à le comprendre… 

Partager cet article
Repost0

Chroniques du Monde Emergé. Livre I. Nihal de la Terre du Vent 

Publié le par Doc Bird

« Chroniques du Monde Emergé. Livre I. Nihal de la Terre du Vent » de Licia Troisi, éditions Pocket jeunesse, collection Pocket jeunesse Best Seller

Résumé : Nihal est différente des autres habitants de la Terre du Vent, avec ses yeux violets, ses cheveux bleus et ses oreilles pointues, et également car elle adore jouer à la guerre avec les garçons. En grandissant, son père lui forge une épée en cristal noire, et Nihal va devoir s’en servir très rapidement, car les forces armées du Tyran assaillent son pays. Pour survivre et donner un sens à sa vie, elle décide d’apprendre à devenir une véritable guerrière, et pour cela, elle doit intégrer l’Académie, qui est réservée aux hommes…

Mon avis : Une saga épique qui emporte son lecteur ! J’avais déjà entendu parler de cette série, mais je ne l’avais pas encore lue. Et à la fin de ce premier tome, je n’ai qu’une hâte, pouvoir lire la suite !

Cette série d’heroic fantasy est un peu un mélange du « Seigneur des Anneaux » et d’« Eragon », avec une héroïne à part, dernière demi-elfe du Monde Emergé ayant échappé au massacre perpétré par le Tyran.

Vont se dérouler sous nos yeux, à travers les différents chapitres, les années de Nihal, petite fille insouciante et parfois arrogante adorant jouer à la guerre, mais qui va être rattrapée par la dureté de la vie, avec l’arrivée des troupes du Tyran qui veut tout écraser sur son passage pour dominer tout le pays.

Heureusement, sur sa route, Nihal va croiser des personnes qui vont devenir ses amis, comme Sennar, futur magicien, ou Fen, chevalier-dragon.

Nihal va alors évoluer, et de petite fille capricieuse, va grandir et vouloir devenir une guerrière, pour venger les siens, le cœur plein de haine. Son apprentissage sera bien sûr long et semé d’embûches, parfois à cause d’elle-même.

Dans ce tome 1, j’ai trouvé très intéressant que l’héroïne ne soit pas parfaite, qu’elle doive apprendre à tracer son propre chemin, et découvrir qui elle est vraiment, mêlant heroic fantasy et roman d’apprentissage.

De l’action, de la guerre, des batailles, de la découverte de soi, des dangers… bien des atouts qui donnent furieusement envie de continuer à suivre le destin de ce Monde Emergé.

Un extrait : 

 Chacun doit trouver en lui-même la force de tracer son propre destin. 

Partager cet article
Repost0

Everything Everything 

Publié le par Doc Bird

« Everything Everything » de Nicola Yoon, éditions Bayard

Résumé : Madeline a une maladie rare qui affecte son système immunitaire depuis qu’elle est toute petite, c’est la « maladie de l’enfant bulle », qui l’oblige à rester chez elle avec un air filtré et sans contact humain, à part celui de Carla, son infirmière, et celui de sa mère, car elle risque de mourir en croisant la moindre bactérie. Même si vivre de cette façon, sans contact humain réel, sans ami, est très difficile, Madeline s’est fait une raison. Mais tout va basculer lorsqu’une nouvelle famille va emménager dans la maison d’à côté, car dès le premier regard, elle est attirée par le fils des voisins. Et elle sent que cela va mal finir, car elle est prête à tout pour le voir, le toucher…

Mon avis : Une vraie réussite que ce roman et un vrai coup de cœur !

Madeline est une enfant bulle, qui ne doit avoir aucun contact avec l’extérieur, prend des cours par correspondance, et dont l’univers se limite à sa maison, sa mère et son infirmière, Carla, très gentille avec elle.

Mais l’arrivée de nouveaux voisins, et surtout du fils de la famille, Olly, va faire battre son cœur de nouveaux sentiments. Elle tombe amoureuse, et veut enfin vivre sa vie, quitte à se mettre en danger.

Ce roman pose plein de questions : une vie qui n’en est pas vraiment une est-elle une vie ? peut-on protéger les autres de tous les dangers, y compris d’eux-mêmes ?

Madeline va prendre ses propres décisions et faire le choix d’oser vivre sa vie, malgré les risques. Sans pitié ni misérabilisme par rapport à la maladie, ce roman à la saveur douce-amère met au cœur de son récit l’amour, le désespoir, mais aussi une féroce envie de croquer la vie à pleines dents.

La fin de l’histoire est inédite et surprenante, et ouvre d’autres perspectives.

La couverture est superbement illustrée, et donne envie à son tour au lecteur d’oser prendre sa vie en main.

A lire !

Partager cet article
Repost0

Monsieur Kipu

Publié le par Doc Bird

« Monsieur Kipu » de David Walliams, illustrations de Quentin Blake, éditions Albin Michel jeunesse, collection WItty

Résumé : Sur le trajet de l’école, Chloé croise en voiture un clochard, que les gens ont surnommé M. Kipu en raison de sa pestilentielle odeur. Elle se pose plein de questions sur qui il est, pourquoi il reste sur le même banc, ce qui l’a amené à devenir SDF… Curieuse de le connaître, elle va oser l’aborder et lui parler.

Mon avis : Un très beau roman, servi par une écriture de qualité, et magnifié par les illustrations de Quentin Blake, qui donne vie au personnage inénarrable de M. Kipu. D’ailleurs, il a reçu le prix Tam-Tam en 2014.

C’est l’histoire d’une rencontre entre Chloé, petite fille de douze ans plutôt triste, mal aimée de sa mère et martyrisée à l’école, et M. Kipu, SDF qui sent très très mauvais, et vit sur un banc en compagnie de sa chienne.

Chloé va oser l’aborder, car elle souhaite vraiment le connaître, et elle l’invite même chez elle, dans la cabane du jardin, malgré son inquiétude que sa mère s’en rende compte.

Commence alors une amitié entre ces deux êtres très différents, mais qui vont se compléter et s’aider mutuellement, aussi bien au niveau matériel que psychologique.

Une très belle histoire qui réussit à faire sourire, grâce à son bel humour, tout en parlant de relations familiales, de rêves de jeunesse, de perte d’un être cher, de solidarité et de politique. Finalement, ce M. Kipu vagabond va bouleverser la vie de la famille de Chloé, et va permettre de renouer des liens et de mieux comprendre l’autre. A lire ! 

Un extrait :

 Contrairement à lui, elle avait un foyer ; et pourtant, dans son cœur, elle se sentait à la rue

Partager cet article
Repost0

Assassination classroom, tome 16

Publié le par Doc Bird

« Assassination classroom, tome 16 » de Yusei Matsui, éditions Kana

Résumé : M. Koro raconte à ses élèves son passé, expliquant comment il est devenu un monstre avec des tentacules de poulpe, suite à des expérimentations scientifiques peu scrupuleuses…

Mon avis : Ce tome 16 est un tournant dans la série, riche en révélations inédites sur le passé de M. Koro.

Et cela permet de renouveler l’histoire, tout en ouvrant de nouvelles possibilités.

Bien sûr, je ne vous révélerai rien, pour ne pas gâcher le plaisir de la surprise. Je peux juste dire que ce tome est quasiment consacré au passé de M. Koro, et que l’on comprend pourquoi il est question d’assassinat et de techniques de meurtre dans l’histoire, pourquoi la date limite pour tuer M. Koro est le 13 mars, et comment il est possible que quelqu’un change, et accepte de faire jaillir la petite étincelle qui permet aux autres d’avoir confiance en eux.

La réaction des élèves sera étonnante, et promet de belles aventures dans la suite de la série.

Gros coup de cœur pour ce tome 16, et une belle envie de lire la suite ! Une réussite ! 

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>