Les vieux fourneaux, 5. Bons pour l’asile

Publié le par Doc Bird

 

« Les vieux fourneaux, 5. Bons pour l’asile », scénario de Wilfrid Lupano, dessin de Paul Cauuet, couleurs de Jérôme Maffre, éditions Dargaud

Résumé : Pierrot, en se faisant arrêter lors d’une manifestation, va découvrir une femme policière qui se rappelle de lui, Mimile va découvrir ce qui se passe sur l’île de Nauru par rapport aux migrants, Antoine va devoir apprendre à cohabiter avec son fils, tandis que Sophie va essayer de retrouver les parents du père de sa fille.

Mon avis : Nos trois vieux amis vont être secoués dans ce tome 5 !

Pierrot va découvrir qu’une jeune fille qu’il aidait dans la cité est devenue flic, chose impensable pour lui, le révolutionnaire permanent !

Mimile veut juste aller assister à un match de rugby de l’Australie, mais il va découvrir avec stupeur que l’île de Nauru chère à son cœur est devenue un lieu de rétention de migrants. Il va alors passer à l’action !

Et Sophie va faire bouger les lignes dans sa famille : elle va forcer son grand-père et son père à cohabiter et à s’occuper de Juliette, en faisant appel à la ruse, et elle va aussi partir à la recherche des parents du père de Juliette.

Ce tome 5 va donc être mouvementé ! Je crois que ce tome est d’ailleurs mon préféré, les répliques fusent avec allégresse, et l’histoire permet aux lecteurs de réfléchir à leur engagement citoyen, notamment sur le thème des migrants. Nos trois vieux fourneaux auront encore et toujours à se battre dans la société, et leurs convictions sont toujours aussi fortes et défendues via des moyens inédits et des idées choc !

Quelques extraits :

Donc, ce ne sont pas les étrangers qui font peur, ce sont les étrangers pauvres.

 C’est même peut-être ça, la France. On se trouve glorieux dans la défaite, ce qui nous rend quasi invincibles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article