Nos éclats de miroir

Publié le par Doc Bird

« Nos éclats de miroir » de Florence Hinckel, éditions Nathan

Résumé : Cléo, 14 ans et 11 mois, écrit un journal intime à la manière d’Anne Franck, qu’elle admire beaucoup, et qu’elle considère comme son amie. Anne écrivait à une amie imaginaire, Kitty, et Cléo décide d'écrire directement à Anne. Elle lui fait part de sa vie, de son quotidien, entre sa meilleure amie, Bérénice, qui se montre parfois manipulatrice, sa sœur aînée Mélodie, qui lui paraît plus forte, sa mère, qui parfois semble être dans un autre monde, ou encore Dimitri, son ancien amour d’enfance. A travers les mots, elle va essayer de capter la vie dans son mouvement, comme des éclats de miroir.

Mon avis : Ce roman sous forme de journal intime est tout simplement magnifique, mettant en avant le personnage d’Anne Franck à travers les réflexions de Cléo sur ce qu’elle a pu vivre et comment elle a pu le ressentir, et mettant aussi au cœur de son histoire l’héroïne principale, Cléo, qui utilise son carnet pour y coucher les mots qui vont lui permettre de témoigner de ses ressentis intérieurs et de ses émotions.

Elle ressent une attirance pour Anne, qu’elle considère comme une amie imaginaire qui a vécu avant elle, parfois au point de se demander si elle pourra oser dépasser l’âge où Anne a cessé de vivre. Cette apparente faiblesse n’en est en fait pas une, mais reflète plutôt ses états d’âme et ses réflexions sur le monde qui l’entoure. Cléo est très vive d’esprit et très sensible, et avec lucidité, ne s’arrête pas aux apparences, mais voit bien au-delà, comme si elle passait de l’autre côté du miroir.

La métaphore du miroir va d’ailleurs être le fil conducteur de son journal intime, avec le début de son improbable amitié avec Bérénice, quand elle est apparue dans le miroir de celle-ci, ou sa mère, qui polit des éclats de pierre et de verre pour créer un tableau.

Cléo va utiliser son carnet les quelques mois qui la séparent de l’âge fatidique de la mort d’Anne Franck, elle va y parler de son ressenti par rapport à son amitié un peu bancale avec Bérénice, qui l’utilise comme si elle avait peur de sa propre part d’ombre, jusqu’au jour où Cléo osera se libérer de cette amitié à sens unique ; elle parle de l’absence du père, mort quand elle était petite, des absences de sa mère qui est là parfois sans être vraiment là, de sa sœur Mélodie, qui lui paraît forte et capable de prendre les bonnes décisions, ou de Dimitri, qu’elle croise à la piscine, et pour qui elle ressent des sentiments.

A travers ce journal, le lecteur suit la transformation d’une jeune fille vers l’âge adulte, traversant les faux semblants pour mieux aller de l’avant, et découvrant qu’elle est plus forte qu’elle n’aurait plus le penser.

Un livre à lire, qui donnera peut-être aussi envie de se (re)plonger dans le journal intime d’Anne Franck.

Quelques extraits :

Je ne ressemblerai jamais à rien d’autre qu’à moi-même, qui suis si mouvante.

Ecrire, c’est tricoter avec les laines des pensées : formes, couleurs, fils, sensations, idées abstraites. Les agencer, puis les couvrir d’une couette douillette. Ou au contraire, les trancher avec un sabre.

C’est plus facile de discerner les injustices humaines du passé, puisqu’elles sont déjà condamnées. C’est dans le présent qu’il faut avoir le courage de refuser ce qui arrive.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Il a l'air superbe en effet, l'idée d'écrire à Anne Franck, qui comme tu dis peut donner envie au lecteur de se plonger dans son journal, la métaphore du miroir, l'histoire personnelle de l'héroïne et de sa famille, tout me plaît dans ce roman qui va forcément plaire aux ados pour son côté initiatique. Merci de ta présentation
Répondre
D
J'ai vraiment bien aimé ce roman, pour toutes ses raisons, et j'espère qu'il fera lire le journal d'Anne Franck, il y a d'ailleurs de belles adaptations en BD.