Lotto Girl 

Publié le par Doc Bird

« Lotto Girl » de Georgia Blain, éditions Casterman

Résumé : Fern vit dans un monde séparé entre riches et pauvres. Les riches peuvent se permettre de choisir le patrimoine génétique de leurs enfants, tandis que les pauvres doivent travailler dans de difficiles conditions, sans espoir d’un monde meilleur pour leurs enfants. Sauf tous les 7 ans, quand des familles sont tirées au sort, et que les gagnantes peuvent choisir les avantages génétiques pour leurs enfants : beauté, talent dans un domaine, santé… C’est comme cela que Fern est née, elle est une Lotto girl, une fille de la loterie, et promise à une bonne éducation et un bel avenir. En tout cas, c’est ce qu’elle croyait jusque-là…

Mon avis : Quand Babelio m’a envoyé un mail pour me proposer ce roman, j’ai tout de suite dit oui, attirée aussi bien par la couverture, que par l’extrait en quatrième de couverture, qui était intrigant.

J’en profite d’ailleurs pour remercier Babelio pour cette opération Masse critique spéciale, ainsi que les éditions Casterman.

Fern, narratrice de l’histoire, est une Lotto Girl, une jeune fille qui a la chance de pouvoir faire des études dans un lieu privilégié, et promise à un bel avenir. Elle adore tout ce qui concerne les plantes, et aime tout e qui est en lien avec la communication, ce qui correspond à ce que ses parents souhaitaient pour elle. Très jeune, elle a été séparée de ses parents pour se rendre à l’école, et elle y va sans aucun regret, ce qui n’est pas forcément le cas des autres Lotto Girls qu’elle va y rencontrer, notamment Ivy qui se sent en décalage total et veut retourner dans sa famille. Elle va sympathiser aussi avec Wren et Lark, deux autres Lotto Girls.

Ces éléments du passé, le lecteur les connaît grâce aux confidences de Fern dans le Désert, sorte de réseau virtuel où de nombreuses données transitent.

Mais au début du roman, le lecteur ne connaît rien sur Fern, pas même sa vraie identité, et tout comme elle, s’interroge sur sa présence dans un endroit très pauvre, pollué, où les gens doivent travailler dans le tri des déchets pour pouvoir gagner des données à échanger contre de l’eau et de la nourriture.

L’auteur a fait le choix d’alterner dans chaque chapitre présent et passé, permettant peu à peu de reconstituer le puzzle de la vie de Fern. Est-elle un pur produit issu de la génétique et de la société BioPerfect ? Dans ce cas, comment se retrouve-t-elle à vivre dans une décharge dans l’attente qu’on vienne la chercher ? Que sont devenues ses amies ? Peut-elle avoir confiance en quelqu’un ?

Les questions que se pose le lecteur foisonnent, et l’auteur réussit à seulement montrer ce qu’elle souhaite, laissant le lecteur découvrir peu à peu les différents pans d’ombre dans la vie de Fern.

Par ailleurs, ce roman permet de se demander quelle est la part de génétique et d’éducation dans la réussite ?  Qu’est-ce qui constitue l’identité de chacun ? Est-on uniquement déterminé par la génétique ou a-t-on la liberté et le choix ? Quelle société voulons-nous ? Le numérique permet-il plus de liberté ou nous aliène-t-il ? Peut-on vivre dans une société qui surveille les données de tout le monde ?

Fern va avancer dans la vie et faire ses propres choix, ouvrant ainsi le lecteur à différentes réflexions et interrogations.

Un roman très intéressant, mêlant science-fiction, aventure, et réflexion éthique et philosophique. J’ai vu avec regret que l’auteur était décédée en 2016, des suites d’un cancer du cerveau, ce qui prive ses lecteurs d’une suite, car j’ai trouvé la fin trop rapide, notamment en ce qui concerne le combat entre généticiens et opposants sur ce qui fait la réussite et le bon développement d’une personne.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

manou 07/09/2017 16:37

Un roman intéressant en effet et qui soulèvent des problèmes toujours actuels. Quelle est la part d'inné et d'acquis en chacun de nous ? J'ose croire que nous avons encore notre libre arbitre et que les enfants qui naissent dans un milieu défavorisé arriveront à réaliser leurs rêves et l'école a mon avis est un véritable tremplin pour les y aider. Merci de nous parler de ce roman. Tu le conseilles à partir de quel âge ?

Doc Bird 07/09/2017 16:51

J'espère tout comme toi que les jeunes de milieux défavorisés puissent réaliser leurs rêves, et d'ailleurs, je garde de bons souvenirs de quelques élèves de ZEP ayant réussi à faire ce qu'ils souhaitaient, parfois en passant par des écoles prestigieuses. D'ailleurs, si on n'y croit pas, comment les pousser vers le haut ? Je conseille ce roman à partir de la quatrième. Bonne fin de journée.

Bernieshoot 06/09/2017 18:29

C'est vrai que la couverture est attirante et donne envie d'ouvrir ce livre

Doc Bird 06/09/2017 20:36

Oui, la couverture donne une idée de la catégorisation de la société, et du duel intérieur de l'héroïne.