Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Platinum end, 1

« Platinum end, 1 » de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata, éditions Kazé

Résumé : Mirai est désespéré par la vie. Il décide donc de se suicider en se jetant du toit d’un immeuble. Mais un ange le rattrape avant qu’il ne touche le sol, lui donne des pouvoirs et lui promet le bonheur. Mirai n’a pas d’autre choix que d’accepter, mais découvre qu’il participe aussi à une compétition pour devenir dieu…

Mon avis : Un manga original avec un héros marqué par de nombreuses souffrances, qui cherche à en finir avec la vie qui ne lui permet pas de connaître le bonheur.

Mirai est orphelin, vit dans une famille qui le malmène et le traite avec violence. Le jour où il décide d’en finir avec la vie, un ange lui propose des pouvoirs qui vont lui permettre d’être heureux. Mirai va comprendre rapidement que ces pouvoirs peuvent avoir un impact très négatif pour les autres, uniquement pour son propre bonheur.

Il prend alors conscience que ses valeurs et sa morale doivent rentrer en ligne de compte, car ces pouvoirs peuvent permettre de réaliser tous les désirs et tous les rêves, mais au prix de son âme.

En même temps, il découvre qu’il se retrouve en pleine compétition pour devenir dieu. 13 anges avaient pour mission de trouver des personnes qui étaient désespérées, de leur redonner espoir et bonheur à travers les pouvoirs attribués. Une seule d’entre elles sera dieu, et des meurtres commencent à avoir lieu.

J’ai trouvé ce manga original, avec un héros qui porte en lui des valeurs morales, et ne cherche pas à connaître le bonheur aux dépends des autres, ou par un pouvoir d’attraction limité dans le temps. Il décide d’être heureux par lui-même, sans utiliser ses pouvoirs. Et il interroge aussi la conception du bonheur, invitant le lecteur à se positionner par rapport à cette vaste question.

Cette histoire sombre et fantastique est écrite et dessinée par les célèbres auteurs de « Death Note » et « Bakuman ».

Dommage que des scènes soient gênantes pour les élèves collégiens, comme le suicide forcé de sa tante, ou la scène d’orgie dans une voiture. A réserver plutôt aux lycéens.

Un extrait : « Lorsqu’on n’est pas heureux soi-même, on a du mal à se réjouir du bonheur des autres… et à l’inverse, si tout le monde autour de soi n’est pas heureux, il est difficile de l’être soi-même… »