Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je suis qui je suis

Je suis qui je suis

« Je suis qui je suis » de Catherine Grive, éditions du Rouergue, collection Doado

Résumé : C’est l’été. Pour la première fois, Raph’ ne part pas en vacances, car sa mère est enceinte. Raph’ va mal, avec le cœur et l’esprit emplis de chagrin. Et s’interroge beaucoup sur le choix qu’on a, ou pas, d’être une fille ou un garçon. Et depuis quelques mois, pour tromper son chagrin, Raph’ vole les lettres dans les boîtes des voisins.

Mon avis : Ce roman m’a été envoyé grâce au Masse critique jeunesse de Babelio et aux éditions du Rouergue, que je remercie.

J’ai découvert un texte fort qui parle de l’identité sexuelle, du mal-être à l’adolescence, de la place qu’on cherche à prendre dans le monde, des secrets de famille. Raph’ sait quel est son sexe, mais aime jouer sur l’ambiguïté, elle joue du fait que les inconnus ne savent pas si elle est une fille ou un garçon. Et d’ailleurs le lecteur se pose aussi des questions et l’auteur sème le doute, jusqu’à ce qu’elle donne la réponse.

Raph’ s’interroge beaucoup sur la frontière entre masculin et féminin, et pose la question de l’identité. Comment savoir qui on est vraiment ? Est-ce que ses parents voulaient un garçon ou une fille ? Pourquoi Raph’ a un prénom mixte ? Tous les non-dits lui tournent autour et Raph’ se pose beaucoup de questions. Et depuis plusieurs mois, Raph’ ne va pas bien, sent le chagrin étreindre son âme et son cœur, mais sans en connaître a raison. Le lecteur se doute assez vite que cela pourrait être en partie lié au fait que sa mère attende un nouvel enfant, alors que Raph’ est déjà dans l’adolescence.

Alors par jeu au début, et peut-être pour tromper son chagrin en découvrant la vie des autres, Raph’ attend chaque matin le passage du facteur pour aller voler les lettres manuscrites ans les boîtes aux lettres des voisins. Elle découvre alors un peu de leur vie.

Lorsqu’un nouveau monsieur emménage, elle va être curieuse, et ce monsieur ne s’appelle pas autrement que Ricardo Patatras. Et là, si a lu « Demain j’arrête » de Gilles Legardinier, on se dit que Raph’, tout comme Julie, va peut-être trouver un sens à sa vie ( et on comprend aussi pourquoi l’auteur fait voler des lettres à Raph’ qui d’ailleurs va se retrouver dans le même type de situation que Julie).

Finalement, le temps de l’été va permette à Raph’ de chercher à en savoir plus sur les non-dits de sa mère et à apprendre à se connaître pour retrouver le chemin de l’espoir, notamment en rencontrant Sarah, sa première amie, qui va échanger avec Raph’ et l’aider à se comprendre sans jugement.

Un beau roman, qui interroge sur l’identité et pourra parler aux adolescents qui se sentent différents et se cherchent.

Quelques extraits :

  • « Mais tu vois, Raph’, il y a un truc que j’ai compris, c’est qu’on doit accepter les choses telles qu’elles nous arrivent. Et les transformer en quelque chose de positif. »
  • « C’est un long chemin pour être qui on est »
  • « Oui, de parler. Que ce soit à la personne qui est la cause de votre chagrin ou à quelqu’un d’autre. Mais de ne pas rester trop longtemps seul avec ce qui fait de la peine. »
Je suis qui je suis
Je suis qui je suis

manou 06/04/2016 20:16

En effet il devrait plaire aux ados qui se cherchent...Chronique très intéressante !

Doc Bird 06/04/2016 21:00

Merci ! Et les romans jeunesse qui abordent ce sujet de façon délicate ne sont pas si nombreux que cela.

Bernieshoot 06/04/2016 14:01

un roman qui pose les bonnes questions sur la quête de l'identité pendant l'adolescence